(Il)légitimité des romans de chevalerie

Ce billet est un résumé de la communication que j’ai donnée à la journée « Culture savante, culture populaire: trajectoires de légitimation » organisée à l’université d’Arras dans le cadre du projet LegiPop de la MESHS Lille-Nord de France. Il a été écrit pour le blog du projet LegiPop.

 

L'Histoire de Huon de Bordeaux: page de titre d'une édition bon marché de la "Bibliothèque bleue", éditée par Nicolas Oudot à Troyes en 1675. Une gravure sur bois représente un homme à cheval.
Une édition bon marché de roman de chevalerie: L’Histoire de Huon de Bordeaux…, Troyes, Nicolas Oudot, 1675. Source: Bibliothèque nationale de France, Gallica.

 

Addictifs, ils inciteraient les jeunes gens à la violence et les jeunes filles à la luxure, les couperaient de leur culture, leur feraient perdre tout repère moral… Les jeux vidéos ? Non, les romans de chevalerie. C’est en tous cas ainsi que les décrit Charles Sorel, polygraphe du 17e siècle, dans son Histoire comique de Francion comme dans ses ouvrages critiques1.

Continuer la lecture de « (Il)légitimité des romans de chevalerie »

  1. C. Sorel, Histoire comique de Francion, Paris, Pierre Billaine, 1623, livre III. Voir aussi La Bibliothèque française, 1664 et De la Connaissance des bons livres, Paris, Pralard, 1671 []

Tartuffe : retour aux origines

Eugène Silvain dans « Tartuffe », dessin de Yves Marevéry, 1906. Source: Bibliothèque Nationale de France.
Tartuffe est la pièce de Molière la plus jouée depuis le XIXe siècle, et était encore cette année au programme de l’agrégation. Et voilà qu’une troupe d’étudiants et d’anciens étudiants, menée par Isabelle Grellet et Georges Forestier, crée à La Sorbonne un spectacle intitulé Le Tartuffe inconnu de Molière. Inconnu ? C’est qu’il s’agit pour cette petite troupe de faire revivre la première version de la pièce, avant qu’elle ait été modifiée sous la pression de la censure royale. Le travail érudit de reconstitution d’un texte originel passe ici l’épreuve de la représentation, servi par un jeu « historiquement informé » (grâce aux conseils de Jean-Noël Laurenti).
Tartuffe et Elmire sont tous deux face au public, devant la table où se cache Orgon.
Le Tartuffe inconnu de Molière. Photographie d’Olivier Jacquet, service culturel de Paris IV.

Continuer la lecture de « Tartuffe : retour aux origines »

Ressources en ligne sur les fêtes de cour (2) : catalogues

Illustration de l'album commémorant les festivités du mariage de l'archiduc Ferdinand en 1582. Cavaliers.
Illustration de l’album commémorant les festivités du mariage de l’archiduc Ferdinand en 1582. Source: Spencer Collection, New York Public Library.

Cet article est le second d’une série ayant pour objet de présenter quelques ressources en ligne utiles à l’étude des fêtes de cour en Europe sous l’Ancien Régime. Le premier article de la série portait sur les bases de données de livres de fêtes.

Il s’agit de faire connaître les outils permettant de recenser les écrits et les images suscités par les fêtes et de les étudier comme un corpus cohérent : non seulement comme des sources pour reconstituer les spectacles, mais aussi comme autant d’occurence d’un genre littéraire et éditorial qui occupe une place centrale dans la représentation du pouvoir et contribue à façonner l’imaginaire social de la période.

Cet article recense les catalogues en ligne de récits de fêtes. Si de nombreuses bibliothèques possèdent des livres de fêtes, peu les ont recensés dans des catalogues spécifiques et disponibles en ligne. Le Warburg Institute (Université de Londres) et la collection Spencer de la New York Public Library mettent tous deux à disposition des versions numérisées de récits de fêtes. Malheureusement, dans un cas comme dans l’autre, le repérage de ces collections est difficile et leur catalogage ne permet pas de mener de véritable recherche sur le corpus.

  • Warburg Institute

Le Warburg Institute, institut d’histoire culturelle de l’université de Londres, possède une importante collection de livres de fêtes imprimés entre 1450 et 1800 et concernant essentiellement l’Italie. Il s’agit de la collection de documents rassemblés par Aby Warburg au cours de ses recherches sur les intermèdes florentins et sur les usages de l’antiquité classique, enrichie par des acquisitions plus récentes, notamment sur les fêtes françaises et hollandaises. Les documents réunis ici ne concernent pas seulement les fêtes de cour, mais aussi les fêtes civiques, les carnavals et toute sorte de divertissements. Ces documents sont recensés dans le catalogue en ligne de la bibliothèque de l’institut. On peut aussi accéder directement à la liste complète des 102 livres de fêtes numérisés, classée par pertinence, par date ou par titre. Cette liste contient à la fois des relations de fêtes publiées entre 1550 (relation latine de l’entrée à Anvers du prince Philippe, futur Philippe II d’Espagne, téléchargeable en pdf ici) et 1779 (description d’une pompe pour le couronnement de la vierge à Ferrare, voir la notice) et des ouvrages du 19e siècle consacrés à l’étude et à la reconstitution des fêtes d’Ancien Régime.

Certains de ces ouvrages font l’objet d’un repérage plus précis. On peut ainsi accéder directement à la liste complète des 31 livres de fêtes florentins numérisés. On trouvera dans cette collection des ouvrages publiés entre 1566 (une relation en italien de festivités données à l’occasion du mariage de François Ier de Médicis et de Jeanne d’Autriche en 1565, voir la notice) et la fin du 19e siècle (avec plusieurs études concernant les fêtes florentine des 16e et 17e siècles). Les festivités du mariage de Côme de Médicis et de Marie-Madeleine d’Autriche à Florence en 1608 sont particulièrement bien documentées. Malheureusement, les liens vers les versions numérisées des documents ne fonctionnent pas toujours.

 

  • New York Public Library, collection Spencer

Image de monstre marin.
Estampe. Illustration de la relation du mariage de François Ier de Médicis, grand duc de Toscane, Florence, 1579. Source: New York Public Library, Spencer collection.

La collection Spencer de la New York Public Library réunit des livres illustrés d’origines diverses. Elle a pour origine le legs de William Augustus Spencer, qui donna à la bibliothèque à la fois sa propre collection de livres illustrés de la fin du 19e et du début du 20e siècle et une partie de son héritage qui devait être consacré à l’acquisition d’une collection représentative de « l’art de l’illustration et de la reliure ». La collection réunit ainsi aujourd’hui des manuscrits médiévaux, des miniatures indiennes, des bibles historiées… et des livres de fêtes.

Une partie de cette collection a fait l’objet d’une numérisation. Conformément à sa vocation, la collection Spencer numérisée ne contient que les pages d’illustration des ouvrages concernés. Cette collection contient plusieurs livres de fêtes, mais ils ne font pas l’objet d’un catalogage spécifique.

On peut ainsi admirer six illustrations issues d’un album célébrant le mariage de Ferdinand II, archiduc d’Autriche, en 1582  ou une estampe extraite d’une relation des fêtes faites à Florence en l’honneur du mariage de Ferdinand II, grand duc de Toscane, en 1637.

La collection Spencer numérisée a donc plus à voir avec une banque d’images qu’avec un véritable catalogue de livres de fêtes. Pour en savoir plus sur les banques d’images consacrées aux fêtes de cour, il faudra lire le troisième épisode de la série…

Pour citer ce billet: Marine Roussillon, "Ressources en ligne sur les fêtes de cour (2) : catalogues," publié sur Politiques du Grand-siècle, 27 décembre 2016. Lien : https://pogs.hypotheses.org/312.

Ressources en ligne sur les fêtes de cour (1) : bases de données

Danseurs de ballet. Estampe représentant l'un des intermèdes des Amants Magnifiques de Molière, 1670.
Les Amants magnifiques, estampe. Source : Bibliothèque nationale de France, département Bibliothèque-musée de l’opéra.

 

Cet article est le premier d’une série ayant pour objet de présenter quelques ressources en ligne utiles à l’étude des fêtes de cour en Europe sous l’Ancien Régime.

Plusieurs ouvrages ont cherché à recenser les fêtes de cour. Pour ce qui concerne les fêtes de la cour de Louis XIV, on pourra notamment consulter Philippe Hourcade, Mascarades et ballets au Grand Siècle, 1643-1715 (Paris, Desjonquères et Centre National de la Danse, 2002), Stéphane Castelluccio, Les Carrousels en France du XVIe au XVIIIe siècle (Paris, L’Insulaire, 2002), Marie-France Christout, Le Ballet de cour sous Louis XIV, 1643-1672 (Paris, Centre National de la Danse et Éditions Picard, 2005) et surtout Florence Sorkine, Propagande et mécénat royal: les fêtes louis-quatorziennes à Versailles et leurs représentations. 1661-1682 (thèse de doctorat, littérature française, Université Paris 3 Sorbonne nouvelle, 1993).

Les écrits et les images suscités par les fêtes sont moins bien repérés. Pourtant, ils ne constituent pas seulement des sources pour reconstituer ces spectacles : le récit de fête est un véritable genre littéraire et éditorial qui occupe une place centrale dans la représentation du pouvoir et contribue à façonner l’imaginaire social de la période.

Les bases de données décrites dans ce premier article rendent possible un recensement de ce corpus, l’étude de sa cohérence et de sa circulation.

Continuer la lecture de « Ressources en ligne sur les fêtes de cour (1) : bases de données »

“ Nicomède, ce Che Guevara ”

Les mises en scène de Nicomède par Brigitte Jaques Wajeman, en 2008 puis en 2011, proposent une interprétation à la fois politique et dés-historicisée de la pièce de Corneille. La tragédie est utilisée pour penser une situation politique – l’impérialisme – que le spectacle rapproche de nous à la fois par ses choix de scénographie et par ses discours. Mais dans le même temps, les commentaires du spectacle utilisent la tragédie de Corneille pour réinsérer l’actualité (en particulier celle des révolutions arabes de 2010) dans une écriture stéréotypée du politique.