Actualité de La Princesse de Clèves

Couverture d'une édition de La Princesse de Clèves

Adaptation théâtrale de La Princesse de Clèves par Magali Montoya, du 19 au 26 mars 2016 au théâtre de l’Échangeur, à Bagnolet.

Le spectacle reprend l’intégralité du texte de Madame de La Fayette et dure 7 heures, en deux parties. Il mêle théâtre, musique et peinture.

Quelques notes, comme premiers jalons pour un travail à venir sur l’actualité de la « langue classique ».

Sur le site du théâtre de l’Échangeur, la présentation du spectacle fait parler Magali Montoya :

La langue, d’une clarté et d’une noblesse éblouissante, écrin de cette histoire, nous fait voyager de la naissance des sentiments à la conscience et nous donne accès à une humanité bouleversante. Envahie par un trouble dont je ne distingue pas l’origine je ne pense plus qu’à partager ce choc et conçois le rêve fou de le mettre à la scène. Mais comment ?
Après quelques tentatives d’adaptation dans une version d’une heure trente ou deux, tentatives d’une certaine mauvaise foi, je rends les armes face à mon désir : TOUT. Rien ne devait être laissé à l’écart.

La langue encore, dans La Croix :

Signée Emmanuel Clotus, la scénographie est épurée – murs et sol noirs, immense panneau généalogique au fond, jeu de chaises rouges redessinant en permanence l’espace, portants accueillant de belles robes qui défileront sur leur cintre.

Tout repose sur les comédiennes totalement habitées par cette langue à l’architecture inouïe, sur leur virtuosité à en exprimer l’élégance et la profondeur, les nuances et les raffinements de style – ah ! le bonheur retrouvé des subjonctifs, présents ou passés.
Débit lent ou pressé, elles se partagent la parole qui circule avec une indicible fluidité, passant dans le même mouvement de la première personne (celle du théâtre) à la troisième (celle du récit), tenant ou non le livre à la main…

 

Et encore ici, dans la bouche de Magali Montoya : la langue émerveille les comédiennes et fascine le musicien. Une langue incroyable… Et la tentative avortée de la faire entendre, l’impossibilité de choisir et de couper.

 

Dans le dossier de production du spectacle pour la MC2 (Grenoble), Magali Montoya évoque l’actualité du roman et fait revivre Madame de La Fayette en s’adressant à elle :

Assister à ça, en être éblouie de bonheur, et repartir, réinterroger, revenir à l’écrit, aux mots qui se posent en nous, descendent, cherchent leur ligne de départ, oui, le texte appris par cœur ! Et quel texte ! Et la confiance d’aller vers l’inconnu avec ce que nous savons, nos vies, notre métier, et se remettre à l’ouvrage de nous-mêmes… Avec une joie qui nous guide dans une recherche vers quelque chose de plus grand que nous, nous éveille vers un pays lointain, celui d’une femme sous le règne du Roi Soleil écri- vant volontairement dans l’anonymat cette histoire qui tra- verse les siècles et ne prend pas une ride dans son pouvoir de transmission… Tâcher de rejoindre le mystère de l’écriture.

Madame la romancière Brouillard comme vous appelaient vos amis, qu’est-ce que vous nous avez laissé en vous cachant pour observer comment cela serait reçu ? Quelle malice et quel esprit ! On va porter votre Princesse à la scène mais rassurez-vous, on garde tout, c’est vous notre dramaturge, notre guide.

Savez-vous qu’on vous célèbre aujourd’hui en publiant vos œuvres complètes dans la collection de La Pléiade… qu’un colloque s’est tenu, intitulé « Princesse de Clèves 2014, anatomie d’une fascination » ; ces hasards qui n’en sont pas nous donnent beaucoup à lire, à entendre sur vous…

Vous ne pouvez pas répondre, nous le ferons avec vos mots, j’espère au plus près de vous, de cette vérité qui éblouissait les cercles qui vous entouraient.

Oserais-je vous dire que cette « vérité » comme valeur absolue de la grandeur de l’être, de sa dignité, cette vérité qui nous fait défaut aujourd’hui dans divers endroits,
nous en avons besoin ! Comme d’un repère à ne pas perdre de vue, une nécessité à sauver l’humain, à déceler dans
sa résistance un air de liberté, quand le danger menace…

Je signe cette promesse à votre façon « adieu, vous savez ce que je vous suis ».

Magali Montoya

Tentatives aussi d’inventer l’actualité politique du texte, chez Jean-Pierre Thibaudat et dans l’article élogieux de Marie-Josée Sirach pour l’Humanité.

 

______________________

Crédits : Image de bandeau. The Princess of Cleves, by Madame de La Fayette. Signet Classics CD89, 1961. Illustration by James Hill. Par Make it old. Licence creative commons CC-BY-NC-SA.

 

 


Auteur : Marine Roussillon

Marine Roussillon est Maîtresse de Conférences en littérature française à l'université d'Artois. Elle travaille sur les usages politiques des lettres et des arts, au 17e siècle et ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *