Le choix des sujets d’opéra par Louis XIV : une affaire de goût ?

Les trois derniers opéras composés par Lully et Quinault pour Louis XIV ont tous trois un sujet chevaleresque: Amadis (1684) est inspiré du roman du même nom, Roland (1685) du Roland furieux de l’Arioste et Armide (1686) de La Jérusalem délivrée du Tasse. De nombreux textes contemporains de la création de ces opéras affirment que c’est le roi lui-même qui en a choisi le sujet. Louis XIV aurait-il eu un goût pour la chevalerie ? Pour Philippe Beaussant, « avec ce[s] œuvre[s] qui abandonne[nt] la mythologie et les images traditionnellement chargées de transmettre la symbolique royale, nous sommes plus près que jamais de la personne et de l’esprit du roi »1. Les enjeux politiques des récits du choix du sujet par le roi montrent ce que l’idée d’un « goût du roi » occulte : dans la cour galante de Louis XIV, plaire au roi est un acte de pouvoir, et le goût du roi une construction politique2.

Le choix du roi

Au moment de la création d’Amadis, plusieurs textes affirment que c’est Louis XIV qui a choisi le sujet du nouvel opéra. La dédicace du livret imprimé, rédigée par La Fontaine et signée par Lully, affirme ainsi3 :

 

Quant à moi, dont les chants vous attiroient jadis,
Je dois à votre choix, ce sujet d’Amadis ;
Je vous dois son succès, car j’aurais peine à dire
Entre vous et Phœbus lequel des deux m’inspire.

Cette affirmation est reprise par le Mercure galant dans son compte-rendu de l’opéra4Au moment de la création d’Amadis, en janvier 1684, le choix des sujets d’opéras relève depuis plusieurs années déjà de la Petite Académie, qui consacre certaines de ses assemblées à la discussion des sujets des divertissements royaux. Le choix du sujet d’Amadis intervient dans une période troublée : Colbert est mort en septembre 1683, Louvois est devenu surintendant des bâtiments, Perrault a été exclu de la Petite Académie et remplacé par Félibien. Il est difficile de savoir quelle part la Petite Académie a pu prendre dans ce choix. Il n’en reste pas moins que le choix d’un sujet d’opéra est une question politique, traditionnellement confiée à l’institution en charge de la politique de la gloire.

L’attribution de ce choix au roi n’a donc rien d’étonnant. Elle n’est pas non plus originale : il s’agit d’un lieu commun des dédicaces au roi, qui permet de figurer la relation de commande et d’obéissance qui lie l’homme de lettres et le souverain. Molière, dans l’épître des Fâcheux, utilisait déjà l’ajout d’une nouvelle scène suggérée par le roi (la scène du chasseur) pour faire du souverain l’auteur de la pièce5 :

 

Je le dois, Sire, ce succès qui a passé mon attente, non seulement à cette glorieuse approbation dont Votre Majesté honora d’abord la pièce, et qui a entraîné si hautement celle de tout le monde, mais encore à l’ordre qu’Elle me donna d’y ajouter un caractère de fâcheux, dont elle eut la bonté de m’ouvrir les idées Elle-même, et qui a été trouvé partout le plus beau morceau de l’ouvrage.
Une telle affirmation est d’autant plus utile pour Amadis que l’opéra n’a pas pu être créé à la cour, qui portait le deuil de la reine. La revendication du choix royal vient se substituer à la création à Versailles pour dire le lien entre l’œuvre et la cour, et ainsi la légitimer.
Les deux opéras suivants, Roland et Armide, sont eux aussi régulièrement présentés comme des résultats d’un choix royal6. Le Mercure galant de décembre 1684 évoque ainsi « le choix que le roi a fait de Roland pour le sujet du nouvel Opéra que M. de Lully prépare »7, et à la même période, la dédicace au roi de l’adaptation du Roland furieux par Louise Gomez de Vasconcelle cherche à s’approprier cette inspiration royale8 :

 

Le choix que vôtre Majesté a fait de Roland, pour le nouvel Opéra, m’a inspiré de mettre l’Arioste dans un jour, qui en laisse voir tout ce qu’il a d’agréable, sans en découvrir les endroits trop libres.

 

En attribuant le choix du sujet de Roland au roi, l’auteure fait de sa propre traduction un effet du commandement royal. Elle adopte une posture d’auteure au service du pouvoir et tente de s’intégrer à la politique de la gloire.

Quelle que soit la réalité de ces choix, qu’ils résultent ou non d’une intervention royale, leur publication est un acte politique. Ces récits renforcent la légitimité des opéras, au moment où ils abandonnent l’inspiration mythologique et s’éloignent du modèle de la tragédie. Ils insistent aussi sur le lien entre le spectacle et le pouvoir. Enfin, ils configurent les relations entre le roi et les artistes et gens de lettres qui travaillent pour lui.

Critiquer le jugement du roi

Décor du prologue de Roland, opéra de Lully et Quinault. Fées et chevaliers.
Roland, tragédie lyrique de Lully et Quinault : estampe. Source: BNF, département Arts du spectacle, FOL-ICO THE-592
En mars 1684, le premier numéro des Nouvelles de la République des Lettres de Pierre Bayle utilise le lieu commun du choix du sujet par le roi pour mettre en débat la politique de la gloire et  les relations entre le pouvoir et les gens de lettres qu’elle implique9.

 

On écrit de Paris que la troupe de l’Hôtel de Bourgogne, qui est celle des comédiens italiens représente une comédie très-divertissante, et qui attire une foule extraordinaire. Elle s’intitule Arlequin Empereur dans le monde de la lune. C’est, dit-on, une satire de l’Opéra d’Amadis, et on ajoûte qu’on doit représenter incessamment dans le même Hôtel, Amadis cuisinier, parce que celui qui fait le personnage d’Amadis dans l’opéra a été cuisinier. Ces nouvelles ne sont pas trop apparentes, car comme on sçait que le Roi lui-même a donné le sujet de l’Opera d’Amadis, qui oseroit en faire des railleries si publiques ?
Attribuer le choix du sujet d’Amadis à Louis XIV permet de transformer les parodies de l’opéra, qui fonctionnent sur des transpositions éthiques et esthétiques, en critiques politiques. La parodie d’opéra devient satire du jugement royal. La suite du texte utilise la figure de La Fontaine pour critiquer l’assujettissement de la littérature au pouvoir royal figuré par ce choix.

 

On travaille à un nouvel Opera dont Roland le furieux sera le sujet, et c’est encore le roi qui a choisi, et marqué cette matière à M. Quinaut, et à M. Lulli. Ce Monarque n’a point voulu que l’Opera d’Amadis fût représenté à la Cour, à cause du deuil de la Reine. On louë fort les paroles, les Machines et les Airs de cet Opera. On y voit au commencement quelques vers de M. de la Fontaine à la loüange de sa Majesté. On a publié ailleurs une Ballade adressée au même Prince, où il touche en passant la raison pourquoi l’Académie Françoise refuse de l’aggreger. Il devoit remplir la place que la mort de M. Colbert a laissée vacante dans ce Corps Illustre, mais quelqu’un ayant représenté qu’il ne seroit pas de la bienséance qu’une Compagnie où il y a tant de personnes graves, et mitrées, reçut un Poëte qui a publié tant de contes impudiques, on a sursis son installation.

Le récit du choix du roi, formulé comme une commande, est immédiatement suivi de celui des déboires de La Fontaine. Le poète est successivement présenté comme un serviteur fidèle du roi, participant à la politique de la gloire, et comme un libertin à qui l’entrée à l’Académie française est refusée. La contradiction entre les services rendus au pouvoir et l’absence de récompense met en accusation la relation entre le pouvoir et les lettres construite par la politique de la gloire. Elle apparaît comme asymétrique et tyrannique. La « politique de la gloire » qui lie les artistes à Louis XIV n’est pas une politique de mécénat qui récompense le mérite, mais un asservissement institutionnalisé. L’Académie Française devient l’une des figures de cet asservissement.

Ce premier numéro des Nouvelles de la République des Lettres est imprimé en Hollande et s’ouvre sur une préface qui vante les mérites de la liberté d’imprimer qui y règne. Le texte oppose ainsi une « République des lettres » autonome et libre au lien entre les auteurs et le pouvoir dont le sujet de Roland est l’exemple.
Le récit du choix de sujet de Roland par le roi ne sert pas ici à évoquer les « goûts » de Louis XIV, mais à figurer et à mettre en débat la relation qui lie les artistes au pouvoir dans le cadre de la politique de la gloire.

Comment pourrait-on saisir un « goût » de Louis XIV ? Les récits qui mettent en scène des choix du roi ne sauraient être des témoignages sur ses préférences individuelles. Ce sont autant de revendications qui cherchent à promouvoir des valeurs, à les transformer en normes, à s’approprier la légitimité du pouvoir. Dans une cour galante, plaire au roi est un acte de pouvoir et le « goût du roi » est une construction politique et conflictuelle.

 

Crédits. Image de titre : Amadis, opéra avec les costumes du temps. Estampe. Pantographe Gavard. Source : Gallica. BNF. département Bibliothèque-musée de l'opéra, ESTAMPES SCENES Amadis (1)

 

Pour citer ce billet: Marine Roussillon, "Le choix des sujets d’opéra par Louis XIV : une affaire de goût ?," publié sur Politiques du Grand-siècle, 9 août 2017. Lien : http://pogs.hypotheses.org/390.

  1. P. Beaussant, Lully ou le musicien du Soleil, Paris, Gallimard, 1992, p. 660. []
  2. Pour une critique du « goût du roi », voir C. Biet, « Le roi, les ambrettes, le théâtre et la fiction du goût », dans J. Duron (dir.), Le Prince et la musique. Les passions musicales de Louis XIV, Mardaga, 2009, p.137-150. []
  3. J. de La Fontaine, « Au Roi, pour Lully qui dédie à Sa Majesté l’opéra d’Amadis », Amadis, Paris, Ballard, 1684. []
  4. Le Mercure galant, janvier 1684, p.326 []
  5. Molière, Les Fâcheux, comédie, Paris, G. de Luynes, 1662, « Au Roi », n.p. []
  6. Sur le sujet d’Armide, voir P. de Courcillon, marquis de Dangeau, Journal du marquis de Dangeau, Paris, INALF, 1961, 16 mai 1685. []
  7. Mercure galant, décembre 1684, p. 317-318 []
  8. L’Arioste moderne, ou Roland le furieux, traduction libre par Louise Geneviève de Gomez de Vasconcelle, dame Gillot de Beaucour, Paris, Jean Guignard, 1685, n.p. []
  9. Nouvelles de la République des lettres, mars 1684, Amsterdam, Henri Desbordes, 1684, p. 205-206 []

Auteur : Marine Roussillon

Marine Roussillon est Maîtresse de Conférences en littérature française à l'université d'Artois. Elle travaille sur les usages politiques des lettres et des arts, au 17e siècle et ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *