Le choix des sujets d’opéra par Louis XIV : une affaire de goût ?

Les trois derniers opéras composés par Lully et Quinault pour Louis XIV ont tous trois un sujet chevaleresque: Amadis (1684) est inspiré du roman du même nom, Roland (1685) du Roland furieux de l’Arioste et Armide (1686) de La Jérusalem délivrée du Tasse. De nombreux textes contemporains de la création de ces opéras affirment que c’est le roi lui-même qui en a choisi le sujet. Louis XIV aurait-il eu un goût pour la chevalerie ? Pour Philippe Beaussant, « avec ce[s] œuvre[s] qui abandonne[nt] la mythologie et les images traditionnellement chargées de transmettre la symbolique royale, nous sommes plus près que jamais de la personne et de l’esprit du roi »1. Les enjeux politiques des récits du choix du sujet par le roi montrent ce que l’idée d’un « goût du roi » occulte : dans la cour galante de Louis XIV, plaire au roi est un acte de pouvoir, et le goût du roi une construction politique2.

Continuer la lecture de « Le choix des sujets d’opéra par Louis XIV : une affaire de goût ? »

  1. P. Beaussant, Lully ou le musicien du Soleil, Paris, Gallimard, 1992, p. 660. []
  2. Pour une critique du « goût du roi », voir C. Biet, « Le roi, les ambrettes, le théâtre et la fiction du goût », dans J. Duron (dir.), Le Prince et la musique. Les passions musicales de Louis XIV, Mardaga, 2009, p.137-150. []

L’édition de La Princesse d’Élide dans la relation des Plaisirs de l’île enchantée: raté ou coup de force ?

Molière a créé de nombreuses comédies-ballets pour les divertissements de la cour. Parmi ces pièces, La Princesse d’Élide1 est pourtant un cas unique : première comédie-ballet créée pour les fêtes de Louis XIV, elle est aussi la seule à avoir été intégralement imprimée dans la relation officielle de ces fêtes chez Ballard, imprimeur officiel des divertissements de la cour2. Par la suite, Molière n’a plus donné le texte de ses comédies dans les relations des fêtes : il en a conservé la propriété pour pouvoir en fournir des éditions autonomes après les avoir reprises dans son théâtre du Palais-Royal, de manière à prolonger le succès à la cour et à la ville par le succès de librairie. Dans le contexte de la carrière de Molière, marquée par la volonté de contrôler la publication de ses œuvres3, cette édition de La Princesse d’Élide peut apparaître comme un raté. Mais lorsqu’on l’étudie à la lumière des rivalités qui opposent Molière aux autres acteurs des divertissements de la cour au début des années 1660, cette édition semble plutôt un coup de force : en donnant sa pièce à l’imprimeur officiel des divertissements du roi, Molière se présente comme le fournisseur officiel de ces divertissements, alors que sa troupe n’a pas encore été adoptée par le roi et que c’est Benserade qui a le titre de « poète du roi ».

Continuer la lecture de « L’édition de La Princesse d’Élide dans la relation des Plaisirs de l’île enchantée: raté ou coup de force ? »

  1. Molière, La Princesse d’Élide, 1664 : édition en ligne sur le site Théâtre classique. []
  2. Les Plaisirs de l’Isle enchantée. Course de bague, collation ornée de machines, comédie meslée de danse et de musique, Ballet du Palais d’Alcine, feu d’artifice : et autres festes galantes et magnifiques, faites par le Roy à Versailles, le 7 may 1664 et continuées plusieurs autres jours, Paris, R. Ballard, 1664, In-fol. []
  3. Voir C. E. J. Caldicott, La Carrière de Molière entre protecteurs et éditeurs, Amsterdam, Rodopi, 1998. []