AAC – Le pouvoir dans les marges du livre

12-13 octobre 2018, Université d’Artois (Arras)

 

Sous l’Ancien Régime, l’éloge du pouvoir se déploie de manière privilégiée dans les marges des textes, des images et des spectacles : prologues, dédicaces, textes introductifs, privilèges, clés, etc. Ces textes disent la gloire du roi, de sa famille ou des grandes figures de pouvoir, offrent le livre à un puissant, l’autorisent depuis une position de pouvoir, ou programment sa lecture dans une perspective politique. Ce sont ces marges, souvent négligées, peu lues et peu commentées, que nous souhaitons prendre comme objet d’étude, à partir de l’apparent paradoxe que constitue leur investissement massif par l’écriture du pouvoir : situer le pouvoir dans les marges, est-ce marginaliser le politique ?

Continuer la lecture de « AAC – Le pouvoir dans les marges du livre »

Harry Potter contre Donald Trump

Lire Harry Potter peut modifier vos convictions politiques. C’est une étude menée par Diana Mutz, professeur à l’Institut d’Études des Citoyens et de la Politique (ISCAP) de l’Université de Pennsylvanie, qui le prouve. Les sciences politiques viennent ainsi, statistiques à l’appui, conforter l’hypothèse selon laquelle tout plaisir esthétique a des enjeux politiques. Reste à comprendre comment tout cela fonctionne. C’est d’autant plus essentiel que nous vivons dans des sociétés où la consommation de divertissements est massive. Et c’est le rôle des études littéraires.

Continuer la lecture de « Harry Potter contre Donald Trump »