Le choix des sujets d’opéra par Louis XIV : une affaire de goût ?

Les trois derniers opéras composés par Lully et Quinault pour Louis XIV ont tous trois un sujet chevaleresque: Amadis (1684) est inspiré du roman du même nom, Roland (1685) du Roland furieux de l’Arioste et Armide (1686) de La Jérusalem délivrée du Tasse. De nombreux textes contemporains de la création de ces opéras affirment que c’est le roi lui-même qui en a choisi le sujet. Louis XIV aurait-il eu un goût pour la chevalerie ? Pour Philippe Beaussant, « avec ce[s] œuvre[s] qui abandonne[nt] la mythologie et les images traditionnellement chargées de transmettre la symbolique royale, nous sommes plus près que jamais de la personne et de l’esprit du roi »1. Les enjeux politiques des récits du choix du sujet par le roi montrent ce que l’idée d’un « goût du roi » occulte : dans la cour galante de Louis XIV, plaire au roi est un acte de pouvoir, et le goût du roi une construction politique2.

Continuer la lecture de « Le choix des sujets d’opéra par Louis XIV : une affaire de goût ? »

  1. P. Beaussant, Lully ou le musicien du Soleil, Paris, Gallimard, 1992, p. 660. []
  2. Pour une critique du « goût du roi », voir C. Biet, « Le roi, les ambrettes, le théâtre et la fiction du goût », dans J. Duron (dir.), Le Prince et la musique. Les passions musicales de Louis XIV, Mardaga, 2009, p.137-150. []

Faut-il jouer Molière comme au 17e siècle ? Discussion autour du Tartuffe inconnu

Faut-il jouer Molière comme au 17e siècle ? C’est l’ambition de plusieurs projets de théâtre « historiquement informé » qui réunissent universitaires et professionnels du théâtre autour des comédies de Molière. Quel est l’intérêt d’une telle démarche et à qui s’adresse-t-elle ? Sans rendre compte ici de l’ensemble des débats qui traversent le vaste champ du théâtre « historiquement informé », je voudrais partir d’une discussion suscitée ici par mon compte-rendu du Tartuffe inconnu de Molière pour mettre en lumière quelques uns de ses enjeux.

Continuer la lecture de « Faut-il jouer Molière comme au 17e siècle ? Discussion autour du Tartuffe inconnu »

Tartuffe : retour aux origines

Eugène Silvain dans « Tartuffe », dessin de Yves Marevéry, 1906. Source: Bibliothèque Nationale de France.
Tartuffe est la pièce de Molière la plus jouée depuis le XIXe siècle, et était encore cette année au programme de l’agrégation. Et voilà qu’une troupe d’étudiants et d’anciens étudiants, menée par Isabelle Grellet et Georges Forestier, crée à La Sorbonne un spectacle intitulé Le Tartuffe inconnu de Molière. Inconnu ? C’est qu’il s’agit pour cette petite troupe de faire revivre la première version de la pièce, avant qu’elle ait été modifiée sous la pression de la censure royale. Le travail érudit de reconstitution d’un texte originel passe ici l’épreuve de la représentation, servi par un jeu « historiquement informé » (grâce aux conseils de Jean-Noël Laurenti).
Tartuffe et Elmire sont tous deux face au public, devant la table où se cache Orgon.
Le Tartuffe inconnu de Molière. Photographie d’Olivier Jacquet, service culturel de Paris IV.

Continuer la lecture de « Tartuffe : retour aux origines »

Politiques du Grand-siècle : de quoi s’agit-il ?

Ce carnet veut explorer des usages politiques des lettres et des arts, à partir du « Grand-siècle » : envisagé à la fois comme période historique (comment les lettres et les arts sont-ils utilisés pour agir politiquement sous le règne de Louis XIV?) et comme lieu de mémoire (comment le « Grand-siècle » et les oeuvres « classiques » sont-ils appropriés dans des périodes ultérieures pour intervenir dans la société et configurer les relations entre arts et pouvoir ?).

On y trouvera des écrits et des images du 17e s, qui utilisent le plaisir esthétique pour agir politiquement : récits et images de fêtes de cour, vers mondains et galants, traités d’héraldique, généalogies… On y croisera aussi des textes et des spectacles plus récents, qui font référence au « Grand-siècle » et se l’approprient pour agir dans un contexte nouveau, et en particulier pour configurer les relations entre arts et pouvoir : récits historiques (de Voltaire à Marc Fumaroli), réécritures, mises en scènes (le Tartuffe d’Ariane Mnouchkine ou la Princesse de Clèves de Magali Montoya), débats et querelles …

À travers ces billets, j’espère contribuer modestement à l’écriture d’une histoire politique et sociale des pratiques esthétiques et à la réflexion sur les relations entre arts et pouvoir : faire apparaître les arts non pas comme un domaine séparé des activités sociales mais comme une pratique politique et sociale parmi d’autres.