AAC – Le pouvoir dans les marges du livre

12-13 octobre 2018, Université d’Artois (Arras)

 

Sous l’Ancien Régime, l’éloge du pouvoir se déploie de manière privilégiée dans les marges des textes, des images et des spectacles : prologues, dédicaces, textes introductifs, privilèges, clés, etc. Ces textes disent la gloire du roi, de sa famille ou des grandes figures de pouvoir, offrent le livre à un puissant, l’autorisent depuis une position de pouvoir, ou programment sa lecture dans une perspective politique. Ce sont ces marges, souvent négligées, peu lues et peu commentées, que nous souhaitons prendre comme objet d’étude, à partir de l’apparent paradoxe que constitue leur investissement massif par l’écriture du pouvoir : situer le pouvoir dans les marges, est-ce marginaliser le politique ?

Continuer la lecture de « AAC – Le pouvoir dans les marges du livre »

Le choix des sujets d’opéra par Louis XIV : une affaire de goût ?

Les trois derniers opéras composés par Lully et Quinault pour Louis XIV ont tous trois un sujet chevaleresque: Amadis (1684) est inspiré du roman du même nom, Roland (1685) du Roland furieux de l’Arioste et Armide (1686) de La Jérusalem délivrée du Tasse. De nombreux textes contemporains de la création de ces opéras affirment que c’est le roi lui-même qui en a choisi le sujet. Louis XIV aurait-il eu un goût pour la chevalerie ? Pour Philippe Beaussant, « avec ce[s] œuvre[s] qui abandonne[nt] la mythologie et les images traditionnellement chargées de transmettre la symbolique royale, nous sommes plus près que jamais de la personne et de l’esprit du roi »1. Les enjeux politiques des récits du choix du sujet par le roi montrent ce que l’idée d’un « goût du roi » occulte : dans la cour galante de Louis XIV, plaire au roi est un acte de pouvoir, et le goût du roi une construction politique2.

Continuer la lecture de « Le choix des sujets d’opéra par Louis XIV : une affaire de goût ? »

  1. P. Beaussant, Lully ou le musicien du Soleil, Paris, Gallimard, 1992, p. 660. []
  2. Pour une critique du « goût du roi », voir C. Biet, « Le roi, les ambrettes, le théâtre et la fiction du goût », dans J. Duron (dir.), Le Prince et la musique. Les passions musicales de Louis XIV, Mardaga, 2009, p.137-150. []