AAC – Le pouvoir dans les marges du livre

12-13 octobre 2018, Université d’Artois (Arras)

 

Sous l’Ancien Régime, l’éloge du pouvoir se déploie de manière privilégiée dans les marges des textes, des images et des spectacles : prologues, dédicaces, textes introductifs, privilèges, clés, etc. Ces textes disent la gloire du roi, de sa famille ou des grandes figures de pouvoir, offrent le livre à un puissant, l’autorisent depuis une position de pouvoir, ou programment sa lecture dans une perspective politique. Ce sont ces marges, souvent négligées, peu lues et peu commentées, que nous souhaitons prendre comme objet d’étude, à partir de l’apparent paradoxe que constitue leur investissement massif par l’écriture du pouvoir : situer le pouvoir dans les marges, est-ce marginaliser le politique ?

Continuer la lecture de « AAC – Le pouvoir dans les marges du livre »

L’édition de La Princesse d’Élide dans la relation des Plaisirs de l’île enchantée: raté ou coup de force ?

Molière a créé de nombreuses comédies-ballets pour les divertissements de la cour. Parmi ces pièces, La Princesse d’Élide1 est pourtant un cas unique : première comédie-ballet créée pour les fêtes de Louis XIV, elle est aussi la seule à avoir été intégralement imprimée dans la relation officielle de ces fêtes chez Ballard, imprimeur officiel des divertissements de la cour2. Par la suite, Molière n’a plus donné le texte de ses comédies dans les relations des fêtes : il en a conservé la propriété pour pouvoir en fournir des éditions autonomes après les avoir reprises dans son théâtre du Palais-Royal, de manière à prolonger le succès à la cour et à la ville par le succès de librairie. Dans le contexte de la carrière de Molière, marquée par la volonté de contrôler la publication de ses œuvres3, cette édition de La Princesse d’Élide peut apparaître comme un raté. Mais lorsqu’on l’étudie à la lumière des rivalités qui opposent Molière aux autres acteurs des divertissements de la cour au début des années 1660, cette édition semble plutôt un coup de force : en donnant sa pièce à l’imprimeur officiel des divertissements du roi, Molière se présente comme le fournisseur officiel de ces divertissements, alors que sa troupe n’a pas encore été adoptée par le roi et que c’est Benserade qui a le titre de « poète du roi ».

Continuer la lecture de « L’édition de La Princesse d’Élide dans la relation des Plaisirs de l’île enchantée: raté ou coup de force ? »

  1. Molière, La Princesse d’Élide, 1664 : édition en ligne sur le site Théâtre classique. []
  2. Les Plaisirs de l’Isle enchantée. Course de bague, collation ornée de machines, comédie meslée de danse et de musique, Ballet du Palais d’Alcine, feu d’artifice : et autres festes galantes et magnifiques, faites par le Roy à Versailles, le 7 may 1664 et continuées plusieurs autres jours, Paris, R. Ballard, 1664, In-fol. []
  3. Voir C. E. J. Caldicott, La Carrière de Molière entre protecteurs et éditeurs, Amsterdam, Rodopi, 1998. []