« Ce contexte » : quand Ariane Mnouchkine mettait en scène (l’affaire) Tartuffe

Je continue à penser que les attaques contre Tartuffe étaient très injustes. Je reste persuadée que la pièce a été écrite exactement dans ce contexte.[1]

Ariane Mnouchkine justifie ainsi, quinze ans plus tard, sa mise en scène du Tartuffe de Molière créée à Avignon en 1995. « Ce contexte », c’est à la fois le contexte de 1995, celui de la montée de l’islamisme en Algérie, et le contexte de 1664, celui de la fameuse Affaire Tartuffe, la querelle provoquée par l’interdiction de la pièce. En identifiant l’un à l’autre, Ariane Mnouchkine propose à la fois une interprétation de la querelle comme querelle religieuse, opposant la liberté du théâtre au fanatisme, et une interprétation de la pièce comme œuvre de combat contre le fanatisme. Elle inscrit la pièce dans un contexte qui en détermine le sens pour mieux affirmer sa capacité à traverser le temps, son actualité.

Photographie de Daniel Cande. Source : Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, DIA-PHO-6 (250)
Photographie de Daniel Cande. Source : Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, DIA-PHO-6 (250)

Le spectacle de 1995, s’il propose bien une mise en scène du texte de la comédie de Molière, s’appuie beaucoup sur les textes de la querelle (notamment les placets au roi publiés par Molière) pour créer des images et actualiser la pièce. Dans la comédie de Molière, Tartuffe est un individu isolé. Mais dans les textes qu’il publie pour se défendre, Molière désigne ses adversaires comme un groupe : les « originaux » dont Tartuffe est la copie, la « cabale ». Ces termes ont rencontré un important écho dans la critique, et la « cabale des dévots » est une expression couramment utilisée dans les éditions scolaires pour désigner les ennemis de Molière. La mise en scène de Mnouchkine s’appuie sur cette figure d’ennemi pluriel et anonyme : l’entrée en scène de Tartuffe est précédée du bruit d’une manifestation et le personnage ne se déplace qu’entouré d’un groupe muet et anonyme (au point de porter, pour certains, une cagoule qui leur couvre le visage).

Le programme distribué aux spectateurs évoque lui aussi l’affaire Tartuffe et anticipe un renouveau de la querelle. Mnouchkine y répond par avance à ses détracteurs en s’appropriant la parole de Molière : « C’est un crime qu’ils ne sauraient me pardonner ; et ils se sont tous armés contre ma comédie avec une fureur épouvantable »[2]. L’intérêt de la querelle est d’abord rhétorique : qui voudrait attaquer un nouveau Molière ? Il est aussi, et très explicitement, politique. Bien sûr, et comme l’affirme Mnouchkine, la montée de l’islamisme donne une pertinence nouvelle à la figure de « la cabale des dévots ». Le film Au Soleil même la nuit, qui rend compte des travaux de la troupe pour créer Tartuffe, inscrit le spectacle dans un autre contexte : celui des importantes difficultés financières du Théâtre du Soleil, qui font de la réussite de Tartuffe une question de survie[3]. Ce contexte fonde aussi l’intérêt de l’affaire Tartuffe pour Mnouchkine et sa troupe : actualiser la querelle est une manière de donner de la publicité au spectacle (Molière lui-même était familier de cet usage publicitaire de la polémique) et de s’adresser à un public particulièrement rémunérateur : l’institution scolaire.

Enfin, revendiquer l’actualité de la querelle est une manière d’affirmer la valeur politique et sociale du théâtre dans le présent. De ce point de vue, le Tartuffe de 1995 s’inscrit dans une série d’actions convergentes. Pendant le festival d’Avignon de 1995, et alors que sa troupe joue Tartuffe, Ariane Mnouchkine s’associe à d’autres artistes pour signer l’« Appel d’Avignon » en réaction à la prise de Srebrenica par l’armée serbe, puis se lance, aux côtés d’autres metteurs en scène, dans une grève de la faim qui dure 24 jours pour obtenir l’intervention de l’ONU en Bosnie. L’utilisation de la querelle dans la mise en scène de Tartuffe s’inscrit ainsi dans une série d’actions visant à construire une posture d’artiste engagé en s’identifiant à un modèle unanimement valorisé et à affirmer la valeur politique du théâtre.

Cette mise en scène de (l’affaire) Tartuffe permet de mieux saisir le rôle qu’a pu jouer ce lieu commun de l’historiographie moliéresque. L’affaire Tartuffe, c’est d’abord un contexte qui permet de lier la pièce à un environnement social, à un lieu et à une époque (la cour de Louis XIV). Mais paradoxalement, ce contexte est aussi utilisé pour revendiquer l’actualité de la pièce, non seulement en 1995 mais régulièrement et dans des contextes variés. La référence au contexte de la querelle, tel qu’il a été construit d’abord par Molière dans ses textes polémiques, puis par une longue tradition historiographique, fonde la valeur intemporelle, universelle de la pièce – son « classicisme ».

 

[1] Ariane Mnouchkine, « Le théâtre aide à se mettre dans l’histoire », entretien réalisé par Mona Chollet, Périphéries, mars 2000, version longue d’un entretien paru dans Charlie Hebdo, 23 février 2000.

[2] Cité par René Solis, « À mi-chemin entre simplification et bons sentiments, le Tartuffe de Mnouchkine s’enlise dans la caricature », Libération, 10 juillet 1995. Article disponible en ligne.

[3] Eric Darmon, Catherine Vilpoux, Au Soleil même la nuit, Paris, Agat Film, la Sept-Arte, Théâtre du Soleil, 1997. Voir aussi L. Labrouche, Ariane Mnouchkine, un parcours théâtral, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 138 : « Au moment où Faivre-d’Arcier invite la troupe à participer au Festival d’Avignon 1995, le montant du déficit occasionné par La Ville parjure est à peu près égale à celui de la subvention du Soleil ».

Pour citer ce billet: Marine Roussillon, "« Ce contexte » : quand Ariane Mnouchkine mettait en scène (l’affaire) Tartuffe," publié sur Politiques du Grand-siècle, 11 mars 2016. Lien : https://pogs.hypotheses.org/15.

Auteur : Marine Roussillon

Marine Roussillon est Maîtresse de Conférences en littérature française à l'université d'Artois. Elle travaille sur les usages politiques des lettres et des arts, au 17e siècle et ailleurs.

Une réflexion sur « « Ce contexte » : quand Ariane Mnouchkine mettait en scène (l’affaire) Tartuffe »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.