Fêtes de cour : un projet

Feu d'artifice

Les fêtes de cour occupent une place centrale dans le mythe du Grand-siècle dont elles mettent en scène des figures essentielles : Versailles, le roi danseur, ses maîtresses, Molière…

Elles jouent aussi un rôle essentiel dans la production littéraire et artistique du dix-septième siècle. Elles sont le cadre politique et esthétique pour lequel beaucoup d’oeuvres considérées aujourd’hui comme classiques ont été produites : le Tartuffe de Molière, l’Iphigénie de Racine sont d’abord écrits pour les divertissements de la cour. Loin d’isoler ces oeuvres comme des productions esthétiques atemporelles, universelles et coupées du monde social, elles les placent dans la continuité d’autres pratiques : pratiques d’agrément (courses, loteries…) et pratiques de pouvoir.

J’ai ici le projet de recenser ces fêtes du règne de Louis XIV, d’en repérer les formes, les enjeux et les acteurs, pour mettre au jour leur place centrale dans les pratiques culturelles du dix-septième siècle et contribuer ainsi à une histoire des relations entre le pouvoir et les arts.

Les fêtes mobilisent différents media, dotés de temporalités différentes. Spectacles éphémères, elles sont aussi l’objet de textes et d’images manuscrits ou imprimés qui en ont transmis le souvenir. Autant de textes et d’images qui sont à la fois des traces et des appropriations de la fête passée : non seulement des témoignages utiles dans une démarche de reconstitution du spectacle, mais des actions qui utilisent l’événement de la fête pour en faire un usage politique. En recueillant ces textes et ces images, je voudrais donner à voir la construction d’un imaginaire du pouvoir, dans des appropriations successives ; mettre au jour les convergences qui permettent à des images, des discours, des valeurs d’être partagés jusqu’à devenir hégémoniques, mais aussi les divergences, les résistances et les débats dont elles témoignent.

 

Crédits

Image de bandeau : Feu d’artifice à Versailles, par Stéphane Martin. Licence Creative Commons BY-SA

Photo dans l’article. Les plaisirs de l’île enchantée. Mise en scène de Maurice Béjart : photographies / Daniel Cande. Source :  Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, DIA-PHO-6 (1550)


Auteur : Marine Roussillon

Marine Roussillon est Maîtresse de Conférences en littérature française à l'université d'Artois. Elle travaille sur les usages politiques des lettres et des arts, au 17e siècle et ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *