AAC – Le pouvoir dans les marges du livre

12-13 octobre 2018, Université d’Artois (Arras)

 

Sous l’Ancien Régime, l’éloge du pouvoir se déploie de manière privilégiée dans les marges des textes, des images et des spectacles : prologues, dédicaces, textes introductifs, privilèges, clés, etc. Ces textes disent la gloire du roi, de sa famille ou des grandes figures de pouvoir, offrent le livre à un puissant, l’autorisent depuis une position de pouvoir, ou programment sa lecture dans une perspective politique. Ce sont ces marges, souvent négligées, peu lues et peu commentées, que nous souhaitons prendre comme objet d’étude, à partir de l’apparent paradoxe que constitue leur investissement massif par l’écriture du pouvoir : situer le pouvoir dans les marges, est-ce marginaliser le politique ?

Continuer la lecture de « AAC – Le pouvoir dans les marges du livre »

Penser les groupes dans les histoires du littéraire

Je participerai le 28 novembre prochain à la journée d’études organisée par Laurence Giavarini (CGC UMR CNRS uB 7366) à l’université de Dijon sur “les groupes dans les histoires du littéraire”. J’y étudierai les usages de l’expression “jeune cour” dans les récits de l’affaire Tartuffe : d’où vient-elle ? quelles expressions vient-elle concurrencer ? avec quelles conséquence sur la manière dont le littéraire est pensé, en particulier dans ses relations avec le politique ?

Continuer la lecture de « Penser les groupes dans les histoires du littéraire »