Que fait Nicolas Sarkozy avec Racine ?

RacineComment mieux inaugurer un blog sur les politiques du Grand-siècle qu’avec une phrase de Nicolas Sarkozy ? On se souvient qu’il avait beaucoup souffert « sur » La Princesse de Clèves et que ses commentaires avaient alors donné lieu à l’une des plus vastes tentatives d’actualisation de la littérature classique. Grâce à lui, on a pu entendre la prose de Madame de Lafayette au coin des rues. À peine ai-je ouvert ce carnet de recherches qu’il m’offre un sujet de billet, en s’attaquant à un autre de nos « classiques » : Racine.

 

La scène se passe dans une librairie de Strasbourg. L’ancien président, entouré de supporters et de journalistes, y dédicace son livre, La France pour la vie. Il fait allusion aux nombreuses critiques dont son ouvrage fait l’objet – on lui reproche notamment des erreurs et des inventions factuelles – et plus largement aux enquêtes d’opinion qui condamnent sa candidature aux prochaines présidentielles. Et c’est alors, au détour d’une phrase, que Racine survient.

[Racine] a été très perturbé par les critiques quand il a sorti Phèdre. Les critiques sont oubliées, Racine non. Sans doute j’ai trop tenu compte des commentaires.

Aussitôt se fait entendre une autre voix, celle du commentateur averti, le « proche » de Sarkozy qui avertit les journalistes : « c’était pour rire ».

Que fait Nicolas Sarkozy avec Racine ? Non pas simplement que font-ils ensemble, dans une alliance improbable qui pourrait nous faire « rire », mais comment l’un agit-il avec l’autre ? De quelle action cet énoncé qui fait référence au plus classique des auteurs classiques est-il l’instrument ? Continuer la lecture de « Que fait Nicolas Sarkozy avec Racine ? »

Politiques du Grand-siècle : de quoi s’agit-il ?

Ce carnet veut explorer des usages politiques des lettres et des arts, à partir du « Grand-siècle » : envisagé à la fois comme période historique (comment les lettres et les arts sont-ils utilisés pour agir politiquement sous le règne de Louis XIV?) et comme lieu de mémoire (comment le « Grand-siècle » et les oeuvres « classiques » sont-ils appropriés dans des périodes ultérieures pour intervenir dans la société et configurer les relations entre arts et pouvoir ?).

On y trouvera des écrits et des images du 17e s, qui utilisent le plaisir esthétique pour agir politiquement : récits et images de fêtes de cour, vers mondains et galants, traités d’héraldique, généalogies… On y croisera aussi des textes et des spectacles plus récents, qui font référence au « Grand-siècle » et se l’approprient pour agir dans un contexte nouveau, et en particulier pour configurer les relations entre arts et pouvoir : récits historiques (de Voltaire à Marc Fumaroli), réécritures, mises en scènes (le Tartuffe d’Ariane Mnouchkine ou la Princesse de Clèves de Magali Montoya), débats et querelles …

À travers ces billets, j’espère contribuer modestement à l’écriture d’une histoire politique et sociale des pratiques esthétiques et à la réflexion sur les relations entre arts et pouvoir : faire apparaître les arts non pas comme un domaine séparé des activités sociales mais comme une pratique politique et sociale parmi d’autres.