Le corps noir du roi (1) : le Soleil et la Nuit

La mise en scène du corps du roi – dans les ballets, les cérémonies, les portraits, les récits… – a joué un rôle central dans la construction du pouvoir monarchique. La monarchie française disparue, ces représentations demeurent. Mais que reste-t-il de leur pouvoir ? De quelles appropriations peuvent-elles faire l’objet, quelle peut être leur pertinence pour notre présent ? Parce que la démarche « décoloniale » est aujourd’hui l’un des lieux privilégiés de la critique du canon et de la réflexion sur l’actualité des oeuvres du passé, j’ai voulu poser ces questions à partir d’oeuvres qui confrontent le corps du roi à des corps construits comme « autres »: les corps noirs du sauvage et de l’esclave. « Corps noirs » parce que la couleur de peau est une figure de l’altérité, mais aussi au sens qu’on donne à ce terme en physique : des corps qui absorbent la lumière, envers parfaits du corps rayonnant du « roi Soleil ». Que produit cette rencontre ? Et que nous dit-elle du fonctionnement de la représentation du pouvoir, jusque dans notre présent ?

Le premier billet de cette série est consacré à la recréation du Ballet royal de la Nuit par Sébastien Daucé et Francesca Lattuada en 2017. Le choix d’un danseur noir – Sean Patrick Mombruno – pour incarner Louis XIV y est l’instrument d’une dépolitisation du ballet, qui tente d’en faire l’objet d’une admiration hors du temps.

Continuer la lecture de « Le corps noir du roi (1) : le Soleil et la Nuit »