Tartuffe : le retour (Théâtre de l’Odéon, février 2016)

Étonnant parcours que celui du Tartuffe joué à l’Odéon en février dernier. Il y a eu d’abord l’adaptation allemande de Tartuffe mise en scène par Luc Bondy à Vienne en 2012. De ce premier Tartuffe, le spectacle de l’Odéon a hérité son décor (une création de Richard Peruzzi) et le choix de mise en scène dont ce décor est porteur: celui de l’actualisation. Puis il y a eu un deuxième Tartuffe de Bondy, à l’Odéon cette fois, en 2014. Patrice Chéreau venait de mourir, avant d’avoir terminé sa mise en scène de Comme il vous plaira. Il fallait produire rapidement un nouveau spectacle pour compléter la programmation: Bondy recrée donc le Tartuffe. Il conserve le décor viennois, adopte le casting de Chéreau et revient au texte de Molière. Le Tartuffe de 2016 est un troisième Tartuffe. Après le décès de Luc Bondy, il s’agit à la fois de lui rendre hommage en reprenant l’une de ses créations et de pallier à nouveau un vide dans la programmation. Retour de Tartuffe donc : retour du spectacle, mais aussi retour du texte français du XVIIe siècle dans une mise en scène pensée d’abord pour un texte adapté, retour du passé dans le spectacle du présent.

Continuer la lecture de « Tartuffe : le retour (Théâtre de l’Odéon, février 2016) »

Actualité de La Princesse de Clèves

Adaptation théâtrale de La Princesse de Clèves par Magali Montoya, du 19 au 26 mars 2016 au théâtre de l’Échangeur, à Bagnolet.

Le spectacle reprend l’intégralité du texte de Madame de La Fayette et dure 7 heures, en deux parties. Il mêle théâtre, musique et peinture.

Quelques notes, comme premiers jalons pour un travail à venir sur l’actualité de la « langue classique ».

Continuer la lecture de « Actualité de La Princesse de Clèves »

« Ce contexte » : quand Ariane Mnouchkine mettait en scène (l’affaire) Tartuffe

Je continue à penser que les attaques contre Tartuffe étaient très injustes. Je reste persuadée que la pièce a été écrite exactement dans ce contexte.[1]

Ariane Mnouchkine justifie ainsi, quinze ans plus tard, sa mise en scène du Tartuffe de Molière créée à Avignon en 1995. « Ce contexte », c’est à la fois le contexte de 1995, celui de la montée de l’islamisme en Algérie, et le contexte de 1664, celui de la fameuse Affaire Tartuffe, la querelle provoquée par l’interdiction de la pièce. En identifiant l’un à l’autre, Ariane Mnouchkine propose à la fois une interprétation de la querelle comme querelle religieuse, opposant la liberté du théâtre au fanatisme, et une interprétation de la pièce comme œuvre de combat contre le fanatisme. Elle inscrit la pièce dans un contexte qui en détermine le sens pour mieux affirmer sa capacité à traverser le temps, son actualité.

Photographie de Daniel Cande. Source : Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, DIA-PHO-6 (250)
Photographie de Daniel Cande. Source : Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, DIA-PHO-6 (250)

Le spectacle de 1995, s’il propose bien une mise en scène du texte de la comédie de Molière, s’appuie beaucoup sur les textes de la querelle (notamment les placets au roi publiés par Molière) pour créer des images et actualiser la pièce. Dans la comédie de Molière, Tartuffe est un individu isolé. Mais dans les textes qu’il publie pour se défendre, Molière désigne ses adversaires comme un groupe : les « originaux » dont Tartuffe est la copie, la « cabale ». Ces termes ont rencontré un important écho dans la critique, et la « cabale des dévots » est une expression couramment utilisée dans les éditions scolaires pour désigner les ennemis de Molière. La mise en scène de Mnouchkine s’appuie sur cette figure d’ennemi pluriel et anonyme : l’entrée en scène de Tartuffe est précédée du bruit d’une manifestation et le personnage ne se déplace qu’entouré d’un groupe muet et anonyme (au point de porter, pour certains, une cagoule qui leur couvre le visage). Continuer la lecture de « « Ce contexte » : quand Ariane Mnouchkine mettait en scène (l’affaire) Tartuffe »

Que fait Nicolas Sarkozy avec Racine ?

RacineComment mieux inaugurer un blog sur les politiques du Grand-siècle qu’avec une phrase de Nicolas Sarkozy ? On se souvient qu’il avait beaucoup souffert « sur » La Princesse de Clèves et que ses commentaires avaient alors donné lieu à l’une des plus vastes tentatives d’actualisation de la littérature classique. Grâce à lui, on a pu entendre la prose de Madame de Lafayette au coin des rues. À peine ai-je ouvert ce carnet de recherches qu’il m’offre un sujet de billet, en s’attaquant à un autre de nos « classiques » : Racine.

 

La scène se passe dans une librairie de Strasbourg. L’ancien président, entouré de supporters et de journalistes, y dédicace son livre, La France pour la vie. Il fait allusion aux nombreuses critiques dont son ouvrage fait l’objet – on lui reproche notamment des erreurs et des inventions factuelles – et plus largement aux enquêtes d’opinion qui condamnent sa candidature aux prochaines présidentielles. Et c’est alors, au détour d’une phrase, que Racine survient.

[Racine] a été très perturbé par les critiques quand il a sorti Phèdre. Les critiques sont oubliées, Racine non. Sans doute j’ai trop tenu compte des commentaires.

Aussitôt se fait entendre une autre voix, celle du commentateur averti, le « proche » de Sarkozy qui avertit les journalistes : « c’était pour rire ».

Que fait Nicolas Sarkozy avec Racine ? Non pas simplement que font-ils ensemble, dans une alliance improbable qui pourrait nous faire « rire », mais comment l’un agit-il avec l’autre ? De quelle action cet énoncé qui fait référence au plus classique des auteurs classiques est-il l’instrument ? Continuer la lecture de « Que fait Nicolas Sarkozy avec Racine ? »

Politiques du Grand-siècle : de quoi s’agit-il ?

Ce carnet veut explorer des usages politiques des lettres et des arts, à partir du « Grand-siècle » : envisagé à la fois comme période historique (comment les lettres et les arts sont-ils utilisés pour agir politiquement sous le règne de Louis XIV?) et comme lieu de mémoire (comment le « Grand-siècle » et les oeuvres « classiques » sont-ils appropriés dans des périodes ultérieures pour intervenir dans la société et configurer les relations entre arts et pouvoir ?).

On y trouvera des écrits et des images du 17e s, qui utilisent le plaisir esthétique pour agir politiquement : récits et images de fêtes de cour, vers mondains et galants, traités d’héraldique, généalogies… On y croisera aussi des textes et des spectacles plus récents, qui font référence au « Grand-siècle » et se l’approprient pour agir dans un contexte nouveau, et en particulier pour configurer les relations entre arts et pouvoir : récits historiques (de Voltaire à Marc Fumaroli), réécritures, mises en scènes (le Tartuffe d’Ariane Mnouchkine ou la Princesse de Clèves de Magali Montoya), débats et querelles …

À travers ces billets, j’espère contribuer modestement à l’écriture d’une histoire politique et sociale des pratiques esthétiques et à la réflexion sur les relations entre arts et pouvoir : faire apparaître les arts non pas comme un domaine séparé des activités sociales mais comme une pratique politique et sociale parmi d’autres.