“ Nicomède, ce Che Guevara ”

Les mises en scène de Nicomède par Brigitte Jaques Wajeman, en 2008 puis en 2011, proposent une interprétation à la fois politique et dés-historicisée de la pièce de Corneille. La tragédie est utilisée pour penser une situation politique – l’impérialisme – que le spectacle rapproche de nous à la fois par ses choix de scénographie et par ses discours. Mais dans le même temps, les commentaires du spectacle utilisent la tragédie de Corneille pour réinsérer l’actualité (en particulier celle des révolutions arabes de 2010) dans une écriture stéréotypée du politique.

Penser les groupes dans les histoires du littéraire

Je participerai le 28 novembre prochain à la journée d’études organisée par Laurence Giavarini (CGC UMR CNRS uB 7366) à l’université de Dijon sur « les groupes dans les histoires du littéraire ». J’y étudierai les usages de l’expression « jeune cour » dans les récits de l’affaire Tartuffe : d’où vient-elle ? quelles expressions vient-elle concurrencer ? avec quelles conséquence sur la manière dont le littéraire est pensé, en particulier dans ses relations avec le politique ?

Continuer la lecture de « Penser les groupes dans les histoires du littéraire »

Harry Potter contre Donald Trump

Lire Harry Potter peut modifier vos convictions politiques. C’est une étude menée par Diana Mutz, professeur à l’Institut d’Études des Citoyens et de la Politique (ISCAP) de l’Université de Pennsylvanie, qui le prouve. Les sciences politiques viennent ainsi, statistiques à l’appui, conforter l’hypothèse selon laquelle tout plaisir esthétique a des enjeux politiques. Reste à comprendre comment tout cela fonctionne. C’est d’autant plus essentiel que nous vivons dans des sociétés où la consommation de divertissements est massive. Et c’est le rôle des études littéraires.

Continuer la lecture de « Harry Potter contre Donald Trump »

Tartuffe : le retour (Théâtre de l’Odéon, février 2016)

Étonnant parcours que celui du Tartuffe joué à l’Odéon en février dernier. Il y a eu d’abord l’adaptation allemande de Tartuffe mise en scène par Luc Bondy à Vienne en 2012. De ce premier Tartuffe, le spectacle de l’Odéon a hérité son décor (une création de Richard Peruzzi) et le choix de mise en scène dont ce décor est porteur: celui de l’actualisation. Puis il y a eu un deuxième Tartuffe de Bondy, à l’Odéon cette fois, en 2014. Patrice Chéreau venait de mourir, avant d’avoir terminé sa mise en scène de Comme il vous plaira. Il fallait produire rapidement un nouveau spectacle pour compléter la programmation: Bondy recrée donc le Tartuffe. Il conserve le décor viennois, adopte le casting de Chéreau et revient au texte de Molière. Le Tartuffe de 2016 est un troisième Tartuffe. Après le décès de Luc Bondy, il s’agit à la fois de lui rendre hommage en reprenant l’une de ses créations et de pallier à nouveau un vide dans la programmation. Retour de Tartuffe donc : retour du spectacle, mais aussi retour du texte français du XVIIe siècle dans une mise en scène pensée d’abord pour un texte adapté, retour du passé dans le spectacle du présent.

Continuer la lecture de « Tartuffe : le retour (Théâtre de l’Odéon, février 2016) »