Harry Potter contre Donald Trump

Autocollant "Republicans for Voldemort".

Lire Harry Potter peut modifier vos convictions politiques. C’est une étude menée par Diana Mutz, professeur à l’Institut d’Études des Citoyens et de la Politique (ISCAP) de l’Université de Pennsylvanie, qui le prouve. Les sciences politiques viennent ainsi, statistiques à l’appui, conforter l’hypothèse selon laquelle tout plaisir esthétique a des enjeux politiques. Reste à comprendre comment tout cela fonctionne. C’est d’autant plus essentiel que nous vivons dans des sociétés où la consommation de divertissements est massive. Et c’est le rôle des études littéraires.

Le plaisir que nous prenons à lire a-t-il des conséquences politiques ? J’ai l’habitude de traiter cette question à partir d’objets venus du dix-septième siècle, avec une difficulté majeure : je ne peux pas mener d’enquête auprès des lecteurs de Corneille ou des spectateurs des fêtes royales pour mesurer l’efficacité politique réelle des textes et des spectacles. Je n’observe que des réactions isolées et pour le reste, j’en suis réduite aux hypothèses. Or voilà qu’une étude récente me sors de mon dix-septième siècle et prouve, statistiques à l’appui, que la lecture d’un roman peut influencer nos convictions politiques1.
Effets de lecture
Dans un article à paraître dans Political Science and Politics et intitulé « Harry Potter and the Deathly Donald », Diana Mutz rend compte d’une étude menée sur un échantillon représentatif de 1142 Américains qui montre, d’une part, que la lecture des romans de J. K. Rowling a un effet significatif sur les opinions des lecteurs concernant le traitement des musulmans et des homosexuels, et d’autre part, que cette lecture diminue de manière significative la sympathie ressentie envers Donald Trump. L’étude prend soin de montrer d’abord que la lecture des romans de J. K. Rowling n’est pas déterminée par des convictions préexistantes. En bref, lire Harry Potter rend plus tolérant et moins susceptible de voter Trump. Avant Diana Mutz, Anthony Gierzynski était arrivé à des conclusions similaires2.
Comment comprendre un tel phénomène ? Diana Mutz évoque plusieurs hypothèses, toutes familières pour les spécialistes de littérature : une lecture à clé de l’oeuvre, qui rapprocherait Trump et Voldemort ; l’engagement de l’auteur, qui a plusieurs fois affirmé son antipathie pour les idées de Trump ; et bien sûr l’idéologie véhiculée par les romans, qui prônent la tolérance.
Lectures à clé de Harry Potter
Il suffit de naviguer un peu sur internet pour constater qu’Harry Potter a fait l’objet de nombreuses lectures à clé. Voldemort est le plus souvent identifié à Adolf Hitler, en raison de sa politique raciste, fondée sur la pureté du sang, et de sa soif de pouvoir. Mais le rapprochement avec Donald Trump est lui aussi fréquent, au point que J. K. Rowling a fini par le réfuter, en affirmant que Trump est pire que Voldemort.
Dans le contexte du Brexit, Voldemort a aussi été identifié à Nigel Farrage3. Harry Potter n’est pas un roman à clé : personne ne prétend qu’il ait été écrit comme une énigme, dissimulant une personne réelle derrière chaque personnage. Mais il s’est prêté à de nombreuses lectures à clé : autant d’appropriations, qui soulignent la pertinence du roman dans un contexte donné et l’utilisent dans des débats politiques.
Pancarte écrite à la main: "Trump scores me more than Voldemort"
A child’s sign in Portsmouth, NH. Photo de Michaël Venditozzi. Licence CC BY-NC-ND 2.0
Harry Potter est-il de gauche? Interprétations politiques
Ces appropriations diverses, si elles s’appuient sur le roman, ne prétendent pas en épuiser le sens. La question de la portée politique de Harry Potter a fait couler beaucoup d’encre : d’autant plus que son succès est grand et son influence importante. Des chrétiens se sont inquiétés de l’éloge de la magie, d’autres ont condamné un roman qui banaliserait l’homosexualité à travers le personnage de Dumbledore. Des communistes se sont interrogés sur l’anticapitalisme de ce best-seller. Libération s’est demandé en une : « Harry Potter est-il de gauche? »4 et Le Monde a vu s’affronter dans ses colonnes un philosophe affirmant qu’Harry Potter résumait « le projet politique et social du capitalisme néo-libéral »5 et une autre répondant qu’il s’agit « d’un roman d’avertissement, pour prévenir du danger que nous vaudra notre aveuglement face à la tragédie que vivent les pauvres de la planète »6. Toutes ces interprétations s’appuient sur l’intrigue du roman, les conflits qui le structurent et les valeurs qu’il met en jeu, les caractéristiques des principaux personnages, la langue employée.
Certains personnages, certains épisodes sont particulièrement disponibles pour des lectures politiques. Ainsi des elfes de maison, ces créatures traitées par les magiciens comme des esclaves, et dont Hermione embrasse la cause. Figures de dominés, ils sont tantôt assimilés aux femmes victimes de la domination patriarcale, tantôt aux « pauvres de la planète ». Le parti-pris du roman, dans lequel les héros défendent et pratiquent l’égalité entre magiciens et elfes de maison, est le plus souvent lu comme un engagement progressiste contre toutes les discriminations sexistes ou racistes, voire contre les rapports de domination. Cependant, Dana Goldstein souligne l’absence complète d’agency des elfes de maison. Figures d’aliénés incapables de lutter contre leur aliénation, ils légitimeraient par leur bassesse la domination dont ils sont les objets, ainsi présentée par le roman comme naturelle7. Toutes les interprétations soulignent le propos anti-raciste de la série : la « pureté du sang » défendue par Voldemort est dénoncée comme un mensonge meurtrier. Mais Dana Goldstein remarque que les romans restent déterminés par le genre auquel ils appartiennent, la fantasy: ils font ainsi une large part au déterminisme et à l’héritage familial (par exemple dans la définition du héros), tout en proposant un monde fortement hiérarchisé dans lequel la plupart des créatures sont définies par leur naissance. Quant au conflit qui structure l’ensemble de la série, il fait lui aussi l’objet d’interprétations diverses, voire divergentes. La référence historique au nazisme et à la Résistance est largement partagée. Mais là où Ilias Yocaris voit un monde dominé par le conflit généralisé, une guerre de tous contre tous caractéristique du néo-libéralisme, Jean-Claude Milner8 voit plutôt une lutte des classes à l’anglaise, dans laquelle l’aristocratie cultivée, ici incarnée par les magiciens, s’allie au peuple contre une classe moyenne acquise aux valeurs libérales du Thatcherisme (les Moldus).
Ces débats sont-ils tranchés par l’étude de Diana Mutz ? Faut-il en conclure qu’Harry Potter est bien de gauche ? Sans doute pas. Ces statistiques ne donnent à voir que l’une des appropriations possibles du roman : celle qu’en a fait une génération de lecteurs américains, marqués par les débats de leur temps sur les identités et la diversité. Loin de trancher les débats, elles mettent en lumière le rôle actif du lecteur dans la construction du sens du texte et incitent à lire chacune des interprétations proposées en fonction du contexte dans lequel elle s’inscrit, des débats dans lesquels leur auteur cherche à utiliser Harry Potter et son succès.
***
Comment se fabriquent les convictions politiques ? Qu’est-ce qui produit de l’adhésion ? Là où les sciences politiques et les « media studies » doivent s’arrêter, faute de données et d’outils, les études littéraires peuvent prendre le relais et tâcher de comprendre les mécanismes et les enjeux politiques du plaisir esthétique. L’étude menée par Diana Mutz, comme d’autres avant elle, pointe ainsi le rôle essentiel que peuvent jouer les études littéraires dans nos démocraties. Dans le même temps, elle met en lumière la nécessaire articulation entre interprétation des textes et étude des pratiques sociales et historiques de lecture.
 
Pour citer ce billet: Marine Roussillon, "Harry Potter contre Donald Trump," publié sur Politiques du Grand-siècle, 7 octobre 2016. Lien : https://pogs.hypotheses.org/215.
  1. Diana C. Mutz. Harry Potter and the Deathly Donald.  PS: Political Science and Politics, 49: to appear, 2016 []
  2. A. Gierzynski, Harry Potter and the Millenials, Research Methods and the Politics of the Muggle Generation, 2013. Voir aussi son article « Harry Potter did help shape the political culture of a generation« , The Conversation, 19 août 2014  []
  3. Par exemple dans cet article de Lyndsay Davis, construit comme une véritable clé : « How Harry Potter helped me understand British politics », Mashable, 13 juillet 2016 []
  4. Libération, 26 octobre 2007 []
  5. Ilias Yokaris, « Harry au pays du marché triomphant », Le Monde, 4 juin 2004 []
  6. Isabelle Smadja, « Qui est vraiment Harry Potter? », Le Monde, 29 juin 2004. []
  7. Dana Goldstein, « Harry Potter and the Complicatec Identity Politics », The American Prospect, 24 juillet 2007 []
  8. J.-C. Millner, « Pourquoi Harry Potter est de gauche », Libération, 26 octobre 2007 []

Auteur : Marine Roussillon

Marine Roussillon est Maîtresse de Conférences en littérature française à l'université d'Artois. Elle travaille sur les usages politiques des lettres et des arts, au 17e siècle et ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.