Penser les groupes dans les histoires du littéraire

Tableau de Jean-Léon Gérome (1862) représentant Louis XIV partageant son repas avec Molière devant les courtisans assemblés.

Je participerai le 28 novembre prochain à la journée d’études organisée par Laurence Giavarini (CGC UMR CNRS uB 7366) à l’université de Dijon sur « les groupes dans les histoires du littéraire ». J’y étudierai les usages de l’expression « jeune cour » dans les récits de l’affaire Tartuffe : d’où vient-elle ? quelles expressions vient-elle concurrencer ? avec quelles conséquence sur la manière dont le littéraire est pensé, en particulier dans ses relations avec le politique ?

Présentation de la journée sur le site de l’Université de Bourgogne :

Cette journée voudrait confronter le discours de l’histoire littéraire sur les lieux, collectifs ou non, de production de la littérature et le fait que celle-ci constitue un objet du monde social parmi d’autres. Penser les groupes dans les histoires du littéraire – qu’il s’agisse d’histoires existantes, de gestes historiographiques ponctuels ou d’histoires qui seraient encore à écrire – nécessite de remettre la littérature dans le monde social et politique, et de penser la façon dont ce monde intervient dans la production et la visibilité de la littérature.

On s’intéressera donc aux modalités énonciatives par lesquelles un collectif se nomme et tente d’exister comme ensemble pour les confronter à ses modes de désignation dans les histoires du littéraire. En quoi des modes d’être et de se conduire ensemble sont-ils travaillés par l’écriture, mais en quoi en retour l’écriture peut-elle exercer une action sur une communauté ? Par quelles opérations éditoriales, scripturaires, littéraires produit-on du groupe et le fait-on fonctionner dans le champ littéraire ? Comment les histoires du littéraire peuvent-elles prendre en charge la complexité des taxinomies du passé ? Quel type de récit les histoires du littéraire construisent-elles depuis les sociabilités ou les cercles poétiques de l’Ancien Régime jusqu’aux groupes, aux mouvements de l’époque contemporaine ? Ce sont quelques unes des questions que l’on voudrait poser lors de cette première journée interdisciplinaire.

Intervenants

  • Guillaume Bridet (CPTC, Université de Bourgogne)
  • Alain Cantillon (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
  • Vincent Chambarlhac (CGC UMR CNRS uB 7366)
  • Laurence Giavarini (CGC UMR CNRS uB 7366)
  • Guillaume Peureux (Université PAris Ouest-Nanterre-La Défense)
  • Marine Roussillon (Université d’Artois)
  • Nicolas Schapira (Université Paris-Est Marne-la-Vallée)

Entrée libre, sans inscription, dans la limite des places disponibles


Auteur : Marine Roussillon

Marine Roussillon est Maîtresse de Conférences en littérature française à l’université d’Artois. Elle travaille sur les usages politiques des lettres et des arts, au 17e siècle et ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *