L’édition de La Princesse d’Élide dans la relation des Plaisirs de l’île enchantée: raté ou coup de force ?

Louis XIV et sa cour assistent à une représentation de la Princesse d'Élide de Molière.
Molière a créé de nombreuses comédies-ballets pour les divertissements de la cour. Parmi ces pièces, La Princesse d’Élide1 est pourtant un cas unique : première comédie-ballet créée pour les fêtes de Louis XIV, elle est aussi la seule à avoir été intégralement imprimée dans la relation officielle de ces fêtes chez Ballard, imprimeur officiel des divertissements de la cour2. Par la suite, Molière n’a plus donné le texte de ses comédies dans les relations des fêtes : il en a conservé la propriété pour pouvoir en fournir des éditions autonomes après les avoir reprises dans son théâtre du Palais-Royal, de manière à prolonger le succès à la cour et à la ville par le succès de librairie. Dans le contexte de la carrière de Molière, marquée par la volonté de contrôler la publication de ses œuvres3, cette édition de La Princesse d’Élide peut apparaître comme un raté. Mais lorsqu’on l’étudie à la lumière des rivalités qui opposent Molière aux autres acteurs des divertissements de la cour au début des années 1660, cette édition semble plutôt un coup de force : en donnant sa pièce à l’imprimeur officiel des divertissements du roi, Molière se présente comme le fournisseur officiel de ces divertissements, alors que sa troupe n’a pas encore été adoptée par le roi et que c’est Benserade qui a le titre de « poète du roi ».

En mai 1664, Louis XIV organise à Versailles sa première « fête galante »: Les Plaisirs de l’Île enchantée. Les comédiens de Molière y sont omniprésents. Ils incarnent toutes les allégories qui prennent la parole au cours de la fête et donnent quatre comédies : Le Mariage forcé, Les Fâcheux, la première version de Tartuffe en trois actes et une comédie-ballet créée pour l’occasion, La Princesse d’Élide. La mise en imprimé de cette pièce constitue un cas unique. Le texte de la pièce, contenant à la fois les parties parlées et les parties chantées, est intégralement reproduit dans la relation des fêtes publiée par Ballard en 1664. S’il est normal que Ballard, seul imprimeur du roi pour la musique, édite les intermèdes chantés de la pièce, le choix de faire figurer aussi dans la relation le texte des parties parlées n’a rien d’évident. Il paraît même d’autant plus étonnant que ce texte est inachevé : la deuxième moitié de la pièce n’a pas été mise en vers faute de temps.

La Princesse d’Élide dans la relation des Plaisirs de l’île enchantée

La relation des Plaisirs de l’île enchantée est publiée pour la première fois en 1664, dans un livre grand format orné de planches gravées par Israël Sylvestre, puis rééditée en 1665 dans un format plus petit et sans illustrations4. Elle est organisée en « journées » et suit ainsi le rythme de la fête. La deuxième journée est entièrement consacrée à la comédie-ballet de Molière. Un paragraphe introductif fait le lien entre le dessein général de la fête (inspiré du Roland furieux de l’Arioste) et la comédie :

 

Lorsque la nuit du second jour fut venue, Leurs Majestés se rendirent dans un autre rond, environné de palissades comme le premier, et sur la même ligne, s’avançant toujours vers le lac où l’on feignoit que le palais d’Alcine étoit bâti.
Le dessein de cette seconde fête étoit que Roger et les chevaliers de sa quadrille, après avoir fait des merveilles aux courses, que, par l’ordre de la belle magicienne, ils avoient faites en faveur de la Reine, continuoient en ce même dessein pour le divertissement suivant, et que l’Ile flottante n’ayant point éloigné le rivage de la France, ils donnoient à sa Majesté le plaisir d’une comédie dont la scène étoit en Élide.

 

Le théâtre est rapidement décrit, le roi est loué pour l’organisation des lieux, puis la relation reproduit les vers du prologue de La Princesse d’Élide en nommant chanteurs et danseurs et en décrivant les jeux de scène. Le prologue est suivi de la liste des acteurs de la comédie, puis du texte de la pièce, divisé en actes et en scènes. Ce texte est entrecoupé de passages narratifs : en début d’acte ou de scène, ils résument l’action à venir ; avant ou après un intermède, ils décrivent les danses et les jeux de scène. À la fin de la pièce, un dernier paragraphe décrit ses effets sur les spectateurs et encadre ainsi sa réception par les lecteurs :

 

Toute cette scène fut si grande, si remplie et si agréable, qu’il ne s’étoit encore rien vu de plus beau en ballet. Aussi fit-elle une avantageuse conclusion aux divertissements de ce jour, que toute la cour ne loua pas moins que celui qui l’avoit précédé, se retirant avec une satisfaction qui lui fit bien espérer de la suite d’une fête si complète.

 

La fête « complète » est ainsi relayée par un livre lui aussi « complet », qui rend compte de l’ensemble des composantes du spectacle : texte parlé et vers chantés, texte et jeux de scènes, effets sur le public et jugements. En même temps, ce dispositif apparaît comme fragile, expérimental. Les passages narratifs insérés dans la pièce ne sont pas distribués de manière régulière dans le texte (on en trouve au début des trois premières scènes, puis au début de chaque acte) et sont parfois en désaccord avec ce texte. Ils semblent témoigner d’un état antérieur de la relation, dans lequel seuls les intermèdes auraient été imprimés, et où ces arguments auraient remplacé les parties parlées, au lieu de les introduire5.

 

Gravure d'Israel Sylvestre. Louis XIV et sa cour devant le théâtre. La troupe de Molière joue La Princesse d'Élide.
Seconde journée des Plaisirs de l’Île enchantée. Gravure d’Israël Sylvestre. Source: Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, RES-V-498

 

Un coup de force dans un contexte de concurrences

 

Cette édition de La Princesse d’Élide est souvent considérée dans le contexte des opérations réalisées par Molière pour contrôler la publication de ses oeuvres6. En laissant le texte de sa pièce paraître dans la relation, Molière en perd la propriété au profit de Ballard, puis du cartel de libraires avec lequel celui-ci s’associe. Cette édition apparaît alors comme un « raté » que Molière corrigera par la suite, en ne laissant plus à Ballard que les intermèdes et en assurant à ses pièces des éditions autonomes.
Dans le contexte des années 1660, l’appropriation de la pièce par Ballard peut cependant avoir d’autres enjeux. Avec La Princesse d’Élide, Molière s’inscrit dans une double rivalité: d’une part avec Benserade, poète du roi et principal auteur des divertissements de la cour; d’autre part avec la troupe royale de l’Hôtel de Bourgogne7. Aux ballets de Benserade, réputés pour les allusions qu’ils contenaient aux intrigues des courtisans, Molière oppose une comédie-ballet qui tend à la cour un miroir – La Princesse d’Élide met en scène un prince qui organise des fêtes – mais qui peut être comprise au-delà de la cour. Ce genre nouveau lui permet en outre de valoriser sa troupe, seule troupe parisienne à pouvoir à la fois jouer la comédie et chanter. Avec La Princesse d’Élide, Molière s’inscrit donc dans une rivalité avec les formes institutionnalisées du divertissement royal : le genre du ballet de cour, la troupe royale, le poète du roi. La pièce sert la promotion d’une forme, d’une troupe et d’un auteur nouveaux, qui n’ont alors aucune position institutionnelle.
Dans le cadre de ces concurrences, il importe de pouvoir imprimer dans un même lieu les parties jouées et les parties chantées de la pièce. Ce lieu ne peut être qu’un livre imprimé par Ballard, qui détient le monopole de la musique du roi. Mieux, l’édition de la pièce chez Ballard est le lieu d’une forme d’appropriation de la pièce, et avec elle de Molière et de sa troupe, par le roi, à travers son imprimeur. Avec cette édition, Molière, qui n’est ni comédien du roi ni poète du roi, publie néanmoins que sa pièce appartient au roi. Avant l’adoption officielle de la troupe par le roi, avant la pension versée à Molière, c’est la relation imprimée des fêtes qui institutionnalise le genre de la comédie-ballet, Molière et sa troupe.

 

Molière et le roi : une relation construite dans l’imprimé

Au beau milieu de la première scène de l’acte II, le texte de la pièce, jusque là en vers, est interrompu par cet « Avis » :

 

Le dessein de l’auteur estoit de traiter ainsi toute la comédie ; mais un commandement du Roi qui pressa cette affaire, l’obligea d’achever tout le reste en prose, et de passer legerement sur plusieurs scenes, qu’il auroit etendues d’avantage, s’il avoit eu plus de loisir.

 

La suite de la pièce est en prose. Cette note, placée au centre de la pièce, inscrit dans le livre la présence royale et donne sens à l’inachèvement de la comédie : il n’est plus un défaut, mais le signe dans l’imprimé du pouvoir du roi et de l’obéissance de Molière. Imprimer une version inachevée de La Princesse d’Élide, c’est publier à la fois le pouvoir du roi et le zèle de Molière.
Ce n’est pas la première fois que l’édition d’une pièce de Molière donne lieu à une telle mise en scène. Déjà, dans l’édition des Fâcheux en 1662, Molière avait utilisé l’imprimé pour figurer sa relation avec le pouvoir royal.

 

Je le dois, Sire, ce succès qui a passé mon attente, non seulement à cette glorieuse approbation dont Votre Majesté honora d’abord la pièce, et qui a entraîné si hautement celle de tout le monde, mais encore à l’ordre qu’Elle me donna d’y ajouter un caractère de fâcheux, dont elle eut la bonté de m’ouvrir les idées Elle-même, et qui a été trouvé partout le plus beau morceau de I’ouvrage. Il faut avouer, Sire, que je n’ai jamais rien fait avec tant de facilité, ni si promptement que cet endroit où Votre Majesté me commanda de travailler. J’avais une joie à lui obéir qui me valait bien mieux qu’Apollon et toutes les Muses ; et je conçois par-là ce que je serais capable d’exécuter pour une comédie entière, si j’étais inspiré par de pareils commandements.

 

Le dispositif mis en oeuvre par cette dédicace est très proche de celui de l’édition de La Princesse d’Élide : la comédie de Molière est présentée comme inachevée jusqu’à ce que le pouvoir se l’approprie et la complète; cette appropriation est l’occasion de revendiquer une relation de service. L’édition de La Princesse d’Élide réalise, à une autre échelle, le même coup de force que la dédicace des Fâcheux : l’imprimé institutionnalise un genre, un auteur et une troupe en publiant, par sa forme même – celle d’une édition insérée dans un récit de fête, et faite par l’imprimeur des divertissements du roi – un lien privilégié avec le pouvoir.

 

 

Page de titre de l'édition de 1662 des Fâcheux.
Molière, Les Fâcheux, Paris, Guillaume de Luyne, 1662. Page de titre. Source : Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, RES-YF-4165

 

Ce choix éditorial, par lequel Molière se fait une place au coeur de l’institution, a durablement influencé la réception de La Princesse d’Élide. La comédie-ballet est restée insérée dans le récit des Plaisirs de l’île enchantée dans toutes les éditions, jusqu’au 18e siècle. Cette insertion et l’appropriation par le pouvoir royal qu’elle implique, si elles fondaient la valeur de la pièce en 1664, ont ensuite contribué à sa dévalorisation : la construction de la figure du « grand auteur » s’accommode mal des pièces de commande.

 

 

Crédit. Image de titre : Seconde journée des Plaisirs de l'île enchantée. Gravure d'Israël Sylvestre gouachée. Source: Wikimédia commons.

 

 

Pour citer ce billet: Marine Roussillon, "L’édition de La Princesse d’Élide dans la relation des Plaisirs de l’île enchantée: raté ou coup de force ?," publié sur Politiques du Grand-siècle, 29 juin 2017. Lien : https://pogs.hypotheses.org/377.

 

 

  1. Molière, La Princesse d’Élide, 1664 : édition en ligne sur le site Théâtre classique. []
  2. Les Plaisirs de l’Isle enchantée. Course de bague, collation ornée de machines, comédie meslée de danse et de musique, Ballet du Palais d’Alcine, feu d’artifice : et autres festes galantes et magnifiques, faites par le Roy à Versailles, le 7 may 1664 et continuées plusieurs autres jours, Paris, R. Ballard, 1664, In-fol. []
  3. Voir C. E. J. Caldicott, La Carrière de Molière entre protecteurs et éditeurs, Amsterdam, Rodopi, 1998. []
  4. Les éditions de 1664 et de 1665 de cette relation ne sont pas numérisées. On peut cependant consulter l’édition de l’Imprimerie Royale de 1673 sur Gallica. []
  5. Voir la notice de La Princesse d’Élide dans Molière, Œuvres complètes, éd. G. Forestier et C. Bourqui, Pléiade, 2010, vol. 1 []
  6. Voir C. E. J. Caldicott, op. cit. []
  7. Sur cette rivalité, voir mon article : « Théâtre et pouvoir avant l’institution : La Princesse d’Élide dans et après Les Plaisirs de l’île enchantée« , Revue d’Histoire du Théâtre, 2014, Les Théâtres institutionnels (1660-1848). Querelles, enjeux de pouvoir et production de valeurs, pp.15-24. Lire sur HAL. []

Auteur : Marine Roussillon

Marine Roussillon est Maîtresse de Conférences en littérature française à l'université d'Artois. Elle travaille sur les usages politiques des lettres et des arts, au 17e siècle et ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *