Que fait Nicolas Sarkozy avec Racine ?

RacineComment mieux inaugurer un blog sur les politiques du Grand-siècle qu’avec une phrase de Nicolas Sarkozy ? On se souvient qu’il avait beaucoup souffert « sur » La Princesse de Clèves et que ses commentaires avaient alors donné lieu à l’une des plus vastes tentatives d’actualisation de la littérature classique. Grâce à lui, on a pu entendre la prose de Madame de Lafayette au coin des rues. À peine ai-je ouvert ce carnet de recherches qu’il m’offre un sujet de billet, en s’attaquant à un autre de nos « classiques » : Racine.

 

La scène se passe dans une librairie de Strasbourg. L’ancien président, entouré de supporters et de journalistes, y dédicace son livre, La France pour la vie. Il fait allusion aux nombreuses critiques dont son ouvrage fait l’objet – on lui reproche notamment des erreurs et des inventions factuelles – et plus largement aux enquêtes d’opinion qui condamnent sa candidature aux prochaines présidentielles. Et c’est alors, au détour d’une phrase, que Racine survient.

[Racine] a été très perturbé par les critiques quand il a sorti Phèdre. Les critiques sont oubliées, Racine non. Sans doute j’ai trop tenu compte des commentaires.

Aussitôt se fait entendre une autre voix, celle du commentateur averti, le « proche » de Sarkozy qui avertit les journalistes : « c’était pour rire ».

Que fait Nicolas Sarkozy avec Racine ? Non pas simplement que font-ils ensemble, dans une alliance improbable qui pourrait nous faire « rire », mais comment l’un agit-il avec l’autre ? De quelle action cet énoncé qui fait référence au plus classique des auteurs classiques est-il l’instrument ?

À première vue, la référence à Racine s’inscrit dans une tentative rhétorique maladroite : il s’agirait par cette comparaison de disqualifier les critiques portant sur le livre de l’ancien président. Sauf que la comparaison est intenable : Sarkozy n’est pas Racine, La France pour la vie n’est pas Phèdre, et cela semble évident pour tout le monde. Aucun commentateur, jusqu’à présent du moins, ne s’est interrogé sur la dimension politique de la querelle des deux Phèdre ou sur la valeur littéraire de l’ouvrage de Sarkozy. Au contraire, Phèdre apparaît comme l’exemple même d’une littérature classique « aisément contemporaine de tous les âges »  – pour reprendre la citation de Sainte-Beuve – aux antipodes de l’écrit politique inscrit dans les circonstances. La comparaison, le commentaire immédiat qu’elle suscite, et les nombreuses réactions qui ont suivi sur les réseaux sociaux et dans les médias réaffirment de manière très forte, en la présentant comme évidente, la distinction entre politique et littérature. Le rapprochement des deux domaines est présenté comme une transgression comique.

La référence à Racine a cependant une certaine efficacité politique. Elle substitue aux débats sur les erreurs factuelles présentes dans l’ouvrage de Sarkozy (la mention d’une campagne électorale opposant Bush et Obama) et sur la légitimité de sa candidature à la présidentielle un débat sur la valeur de l’homme et de son ouvrage. En évoquant Racine, Sarkozy en appelle au jugement du public contre celui des experts : tout comme le succès de Racine a fait mentir les critiques, le suffrage universel pourra faire mentir les journalistes et les sondeurs. La mention de l’auteur classique s’inscrit ainsi dans la continuité d’un discours qui oppose aux sondages peu encourageants et aux commentaires des journalistes une « réalité », un « vécu » du succès. Quelques minutes avant d’évoquer Racine, Sarkozy commentait ainsi l’affluence à sa séance de dédicace: « Vous vous rendez compte du décalage entre les commentaires et la réalité de ce qu’on vit ».

C’est aussi dans la construction de cette opposition entre d’une part un Sarkozy populaire et ancré dans le réel et d’autre part des « experts » (journalistes et sondeurs) coupés du réel et du peuple que s’inscrit la référence à Racine. La comparaison se donne comme la manifestation d’une irrévérence : « c’était pour rire ». Ce commentaire contre par avance l’accusation d’inculture : les idiots, ce sont ceux qui ne rient pas, qui sont incapables d’humour. Plus les critiques citent Racine, plus ils opposent leur propre culture à la supposée inculture de Sarkozy, plus ils apparaissent comme les gardiens d’un temple poussiéreux et les membres d’une petite communauté coupée du « réel ».

La force de la petite phrase de Sarkozy réside dans son équivocité : Racine y est à la fois convoqué comme une valeur et comme un repoussoir. Valeur: le grand homme qui a réussi. Repoussoir : la littérature comme objet d’un discours savant. Depuis La Princesse de Clèves, rien n’a changé. La référence littéraire est utilisée pour construire une opposition politique. D’un côté, il y aurait le peuple des « guichetières » qui ont « souffert sur » La Princesse de Clèves, qui se moque de Racine et qui, ignoré des sondeurs, soutient Nicolas Sarkozy. De l’autre, la petite communauté des critiques – journalistes, sondeurs, universitaires et pédants en tout genre – qui lit Madame de Lafayette et Racine apparaît comme la gardienne d’une culture de l’élite. Du côté du peuple , l’expérience, le contact avec le réel ; du côté des opposants, le savoir, présenté comme inutile et mortifère. La référence littéraire est utilisée pour promouvoir des valeurs, construire des communautés, produire de l’adhésion. Ce que fait Nicolas Sarkozy avec Racine, c’est bien de la politique.

 

Pour citer ce billet: Marine Roussillon, "Que fait Nicolas Sarkozy avec Racine ?," publié sur Politiques du Grand-siècle, 27 janvier 2016. Lien : https://pogs.hypotheses.org/58.

 

Crédits. Image de bandeau. Sarah Bernhardt dans le rôle de Phèdre. Photographie de Nadar. The Getty Center, Object 62674, Digital image courtesy of the Getty’s Open Content Program.


Auteur : Marine Roussillon

Marine Roussillon est Maîtresse de Conférences en littérature française à l’université d’Artois. Elle travaille sur les usages politiques des lettres et des arts, au 17e siècle et ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *