Don Quichotte à Versailles

Couverture de l'ouvrage Don Quichotte à Versailles.

Parution. Marine Roussillon, Don Quichotte à VersaillesL’imaginaire médiéval du Grand Siècle. Ceyzérieu, Champ Vallon, 2022. Présentation sur le site de l’éditeur

On n’a pas attendu Tolkien ou les romantiques pour inventer un Moyen Âge de fantaisie. À la cour de Louis XIV, les nobles jouent aux chevaliers et combattent des géants. Dans les romans, à l’opéra, dans les contes, on croise Clovis et Charlemagne, des fées et des troubadours. Le passé médiéval est un enjeu de pouvoir : il prouve l’ancienneté d’une famille, légitime les prétentions d’une couronne. C’est aussi un objet de plaisirs : plaisirs coupables de lecteurs (et surtout de lectrices) décrits comme de nouveaux Don Quichotte, fêtes royales, divertissements de l’opéra… En imaginant son passé médiéval, le XVIIe siècle définit les plaisirs acceptables et ceux qui ne le sont pas, débat des pouvoirs de la fiction et instaure une coupure durable entre l’esthétique et le politique.

La séduction de la fiction et des spectacles, les dangers  qu’ils font courir à ceux qui les aiment trop : la question fait toujours débat. Au XVIIe siècle, ce débat fait de l’imaginaire médiéval l’un des lieux privilégiés de condamnation des dangers de la fiction – et du même coup de proclamation de ses pouvoirs. Don Quichotte en est l’incarnation. Dans les années 1640-1650, l’imaginaire médiéval intéresse un large public (Première partie : Susciter l’intérêt) : à la fois les savants intéressés par le passé national et le public mondain, jeune, féminin, familier de romans de chevalerie. Il est donc intéressant aussi pour le pouvoir : construire une vision partagée du passé médiéval, c’est construire une interprétation commune des origines de la monarchie. À partir d’intérêts divers, se forme ainsi un imaginaire partagé, qui investit un pan du passé médiéval de valeurs modernes, nationales et galantes. La communauté de plaisir devient communauté d’interprétation et d’adhésion.

Israël Silvestre, Troisième journée des Plaisirs de l’île enchantée. Alcine devant son palais dressé sur le bassin des Cygnes. Estampe. Bibliothèque nationale de France, Estampes, réserve, coll. Hennin, QB- 201(46)-FOL, Hennin 4214. Source : Gallica.

 

En 1664, la première fête de cour organisée par Louis XIV à Versailles, Les Plaisirs de l’île enchantée, évoque la figure de Charlemagne et s’inspire d’un roman de chevalerie (Deuxième partie. Un pouvoir agréable : Les Plaisirs de l’île enchantée). Ces fêtes utilisent la figure du chevalier pour faire la promotion d’un pouvoir fondé sur le mérite personnel plus que sur la généalogie – et cela au moment-même où Louis XIV revendique son pouvoir comme une action personnelle. Elles représentent un roi galant, soucieux de plaire à la reine et aux courtisans, et font du plaisir une figure du pouvoir. Cet usage politique des plaisirs est immédiatement critiqué, contesté, mis en débat : le roi galant est caricaturé en roi débauché, et l’interprétation galante de la figure du chevalier contestée au nom d’une interprétation guerrière et chrétienne.

Ce débat sur le rôle politique des plaisirs s’accentue dans les décennies suivantes (Troisième partie. Plaire à qui et comment ? Anciens et Modernes). À qui plaire, et comment ? Quels sont les publics et les choix esthétiques légitimes ? Les querelles entre « Anciens » et « Modernes » opposent des interprétations divergentes de l’imaginaire médiéval, et à travers lui des relations entre plaisirs et pouvoirs. Les arts peuvent-ils avoir une efficacité politique ou ne sont-ils que des divertissements ? Une écriture plaisante du passé est-elle nécessairement mensongère ? Les femmes peuvent-elles s’intéresser au passé médiéval, voire en écrire l’histoire ? Là où la modernité galante proposait de faire du plaisir un fondement du pouvoir, les querelles de la fin du siècle font la promotion d’une esthétique dépolitisée, et d’autant plus utile à la gloire du roi qu’elle se construit à distance de tout jugement politique. Les plaisirs sont ainsi progressivement disqualifiés comme instruments de l’action politique. Dans ces querelles, deux distinctions structurantes se construisent dans un même mouvement : d’une part la distinction entre fiction et non-fiction, d’autre part la séparation entre les plaisirs (pensés comme relevant du domaine privé) et le politique. Alors que ces clivages nous semblent naturels, l’étude des débats du XVIIe siècle rend visibles d’autres façons de penser l’écriture et la relation au passé, qui n’opposent pas fiction et histoire et revendiquent un usage politique des plaisirs.

Lire le sommaire.



Citer ce billet
Marine Roussillon (2022, 16 juin). Don Quichotte à Versailles. Politiques du Grand-siècle. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxld

Auteur/autrice : Marine Roussillon

Marine Roussillon est Maîtresse de Conférences en littérature française à l'université d'Artois. Elle travaille sur les usages politiques des lettres et des arts, au 17e siècle et ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search