Tartuffe : le retour (Théâtre de l’Odéon, février 2016)

Damier
Étonnant parcours que celui du Tartuffe joué à l’Odéon en février dernier. Il y a eu d’abord l’adaptation allemande de Tartuffe mise en scène par Luc Bondy à Vienne en 2012. De ce premier Tartuffe, le spectacle de l’Odéon a hérité son décor (une création de Richard Peruzzi) et le choix de mise en scène dont ce décor est porteur: celui de l’actualisation. Puis il y a eu un deuxième Tartuffe de Bondy, à l’Odéon cette fois, en 2014. Patrice Chéreau venait de mourir, avant d’avoir terminé sa mise en scène de Comme il vous plaira. Il fallait produire rapidement un nouveau spectacle pour compléter la programmation: Bondy recrée donc le Tartuffe. Il conserve le décor viennois, adopte le casting de Chéreau et revient au texte de Molière. Le Tartuffe de 2016 est un troisième Tartuffe. Après le décès de Luc Bondy, il s’agit à la fois de lui rendre hommage en reprenant l’une de ses créations et de pallier à nouveau un vide dans la programmation. Retour de Tartuffe donc : retour du spectacle, mais aussi retour du texte français du XVIIe siècle dans une mise en scène pensée d’abord pour un texte adapté, retour du passé dans le spectacle du présent.

Les comédiens saluent à la fin de la pièce.
Photo: Tartuffe de Molière par Luc Bondy à l’Odéon par Florent Darrault. Licence Creatice Commons BY-SA
Le spectacle fait le pari de l’actualisation. Le décor, les costumes, les hiérarchies sociales auxquelles ils renvoient sont clairement contemporains. Mais cette entreprise d’actualisation butte sur le texte de Molière, dont les vers sont régulièrement écorchés par les comédiens au nom du « naturel ». Enquête sur quelques effets de ce retour du passé.
Le damier

Élément marquant du décor, le carrelage en damier situe l’action dans une époque proche de la nôtre. Dans la bande-annonce comme sur l’affiche de la pièce, il est utilisé pour signaler la portée religieuse et politique de la pièce : il se fait échiquier, sur lequel s’affronte les personnages, avant d’être barré par un crucifix.

Dans le spectacle, cette dimension religieuse et politique est pourtant quasiment absente. Le damier ne fait pas tant signe vers le passé de l’affaire Tartuffe que vers un présent indéterminé, et pour le spectateur averti, vers un autre passé – celui de la mise en scène du Tartuffe par Roger Planchon en 1973 – et une autre querelle, celle déclenchée par cette mise en scène sur les relations entre Orgon et Tartuffe (querelle qui fut un épisode de la grande querelle de la nouvelle critique). Mais de ce passé-là non plus, le spectacle ne fait rien. Il se refuse à interpréter les relations entre le maître de maison et l’escroc qui l’exploite. Bondy l’écrit dans le programme de la pièce : il ne veut « pas surajouter une énième interprétation duTartuffe », il veut « éviter d’expliquer ». Comme si la mise en scène d’un classique était vouée à ressasser un passé mort, sans pertinence pour le présent. «Tartuffe: la liste s’allonge » , titre Jean-Pierre Léonardini dans l’Humanité.1

 

Cassette(s)

Le texte de Molière résiste à l’actualisation. Que faire ainsi de l’encombrante  « cassette », ce coffret empli de papiers compromettants confié par un ami frondeur à Orgon, puis par Orgon à Tartuffe, qui s’en sert pour le dénoncer au roi ? Un jeu de mots permet de l’intégrer à l’univers contemporain de la mise en scène de Bondy : dès les premières scènes, Dorine cache un magnétophone dans un panier de linge. Les cassettes qu’elle récolte régulièrement, tout au long de la pièce, donnent une pertinence nouvelle au mot employé par Orgon. Elles rattachent la pièce à l’actualité la plus immédiate, en faisant allusion à l’affaire Bettencourt. Mais elles effacent la dimension politique de la pièce : la révolte noble et le pardon royal cèdent la place à une histoire d’escroquerie.

Dans une interview donnée au Nouvel Observateur2 , Luc Bondy revient sur la dimension politique de la cassette de Molière :
« Cette histoire de cassette pleine de papiers compromettants m’a rappelé la situation de certains intellectuels allemands des années 1970, à l’époque de la Fraction Armée Rouge. Certains d’entre eux avaient soutenu Baader, Meinhof et leurs camarades. Plus tard, il ne fallait surtout pas en parler. Être captif d’un secret plus ou moins honteux, cela reste tout à fait contemporain. »
Étonnante actualisation, sans lien aucun avec celle que propose le spectacle français. Ce texte affirme l’actualité politique de la pièce, quand le spectacle efface la dimension politique pour mieux actualiser. Comme si une fois encore le texte classique agissait comme un obstacle. L’actualité politique de Tartuffe passe par la transposition – ici dans l’Allemagne des années 70. La simple actualisation au contraire l’efface, la réduit à de l’anecdotique.

Dénouement

Le problème du sens politique de la pièce pour notre présent, ou plutôt de la possibilité qu’elle ait encore une pertinence politique en dehors du contexte de sa production, se pose de manière particulièrement aiguë dans la dernière scène. Tartuffe a pris possession de la maison et tout semble perdu quand surgit un « exempt », représentant du pouvoir royal, qui démasque l’imposteur, pardonne à Orgon et le sauve avec toute sa famille. Dans le texte de Molière, la tirade de l’exempt est l’occasion d’un long éloge du « Prince ennemi de la fraude » et la dernière phrase de la pièce, prononcée par Orgon, annonce le mariage des jeunes amants.

Dans l’environnement construit par Bondy, l’éloge du souverain apparaitrait comme un anachronisme. Le metteur en scène fait donc ici le choix de modifier le texte et de supprimer toutes les allusions à un pouvoir monarchique. L’éloge du prince devient éloge de l’État, et l’exempt a tous les attributs d’un jeune fonctionnaire tout frais sorti de l’ENA. Bondy s’en explique ainsi3 :

La fin est difficile. Il y a ce côté happy end obligé. Il fallait que Molière fasse rétablir l’ordre par le Roi en personne pour rappeler au public que Louis XIV le soutenait et autorisait les représentations. Peu de pièces ont été aussi violemment agressées dans l’histoire du théâtre. Bien que Le Tartuffe ait été écrit au XVIIe siècle, j’ai essayé de rendre compréhensible le dénouement. Objectivement, Orgon devrait avoir perdu la partie. Il faut l’intervention arbitraire d’un «souverain pouvoir» pour priver Tartuffe de ses droits. La pièce finit bien grâce à un deus ex machina administratif. Molière invite ses spectateurs à prendre la chose avec ironie. Il faut voir pour croire, mais il ne faut pas toujours croire tout ce qu’on voit. Surtout au théâtre.
Le dénouement du texte de Molière est expliqué par son contexte de production : celui de l’affaire Tartuffe et de l’interdiction de la pièce. Qu’en faire quand ce contexte a disparu ? Bond opte pour un traitement ironique, tout en l’attribuant à Molière lui-même. Quant au happy-end, il est oublié dans le spectacle: la dernière réplique d’Orgon est supprimée, rien n’annonce le mariage des amants. Le spectacle s’achève sur un dîner mélancolique dans lequel un Orgon solitaire semble ressasser sa déception, tandis qu’Elvire continue à boire et à avaler ses cachets. L’actualisation demande de traiter avec ironie le message politique du dénouement et affaiblit ainsi sa dimension comique, pour faire de Tartuffe un drame psychologique.
Le choix de l’actualisation, associé à la reprise quasiment à l’identique du texte de Molière, produit donc à la fois la dépolitisation de la pièce et la perte de sa dimension comique. Nous assistons à un drame bourgeois dont les ressorts sont essentiellement psychologiques : l’exploitation des solitudes par un petit escroc, la répression des désirs dans un monde de contraintes… L’actualisation de la dimension politique de la pièce ne semble possible qu’au prix de l’abandon du texte. L’actualisation du texte passe au contraire par la perte de ses effets : le comique, l’éloge du pouvoir, sont sacrifiés à la construction d’un drame psychologique. Est-ce à dire qu’il n’est pas possible de rendre actuels les classiques, qu’ils n’ont plus d’autre pertinence pour notre présent que celle d’un patrimoine certes valorisé, mais mort4 ?
C’est Luc Bondy lui-même qui propose une autre conception de la valeur des classiques, une autre voie pour penser non plus leur actualité, mais leur présence5 :
Il faut savoir ne pas être à la mode, à l’heure où, si souvent, on ne parle que du projet de tel metteur en scène ou d’écrivains de plateau. Pour moi, l’essentiel, c’est le corps de l’acteur et un beau texte riche de sens. On peut ainsi rendre un classique très contemporain, comme le disait Jan Kott de Shakespeare. Mais, sur cette question des classiques et des contemporains, je suis frappé par la façon dont nous vivons un temps où il faudrait toujours regarder vers l’avant, jamais vers l’arrière. Ce n’est pas passéiste que de s’intéresser au passé : il contient notre humanité. Shakespeare est encore là.
Il ne s’agit plus ici d’actualiser, mais de rendre le passé présent. Molière, comme Shakespeare, appartient au passé. La présence physique des acteurs sur scène rend ce passé présent, le temps d’une représentation, et nous libère ainsi d’un temps linéaire, d’un présent toujours orienté vers l’avenir. Ce ne sont pas les cassettes, le damier, les modifications du texte qui rendent Tartuffe présent : c’est le jeu de Micha Lescot, qui fait rire le public et lui offre l’expérience d’une présence du passé.
Pour citer ce billet: Marine Roussillon, "Tartuffe : le retour (Théâtre de l’Odéon, février 2016)," publié sur Politiques du Grand-siècle, 11 avril 2016. Lien : https://pogs.hypotheses.org/75.
Crédits : image de bandeau. Damier, par Antoine Vasse Nicolas. Licence creative commons BY.
_________
  1. J.-P. Léonardini, « Tartuffe: la liste s’allonge », L’Humanité du 14 avril 2014. Lire en ligne. []
  2. L. Bondy, « Il faut savoir ne pas être à la mode », entretien publié dans Le Nouvel Observateur le 27 mars 2014. []
  3. Dans le programme du spectacle de 2014 []
  4. Voir C. Biet, C. Biet, « Représenter les “classiques” au théâtre ou la difficile manducation des morts à la fin du xxe siècle »Revue d’histoire littéraire de la France 2/2007 (Vol. 107), p. 383-400. []
  5. Dans l’entretien au Nouvel Observateur déjà cité []

Auteur : Marine Roussillon

Marine Roussillon est Maîtresse de Conférences en littérature française à l'université d'Artois. Elle travaille sur les usages politiques des lettres et des arts, au 17e siècle et ailleurs.

Une réflexion sur « Tartuffe : le retour (Théâtre de l’Odéon, février 2016) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.