À propos de ce carnet

Ce carnet veut explorer des usages politiques des lettres et des arts, à partir du “Grand-siècle” : envisagé à la fois comme période historique (comment les lettres et les arts sont-ils utilisés pour agir politiquement sous le règne de Louis XIV?) et comme lieu de mémoire (comment le “Grand-siècle” et les oeuvres “classiques” sont-ils appropriés dans des périodes ultérieures pour intervenir dans la société et configurer les relations entre arts et pouvoir ?).

On y trouvera des écrits et des images du 17e s, qui utilisent le plaisir esthétique pour agir politiquement : récits et images de fêtes de cour, vers mondains et galants, traités d’héraldique, généalogies… On y croisera aussi des textes et des spectacles plus récents, qui font référence au “Grand-siècle” et se l’approprient pour agir dans un contexte nouveau, et en particulier pour configurer les relations entre arts et pouvoir : récits historiques (de Voltaire à Marc Fumaroli), réécritures, mises en scènes (le Tartuffe d’Ariane Mnouchkine ou la Princesse de Clèves de Magali Montoya), débats et querelles …

À travers ces billets, j’espère contribuer modestement à l’écriture d’une histoire politique et sociale des pratiques esthétiques et à la réflexion sur les relations entre arts et pouvoir : faire apparaître les arts non pas comme un domaine séparé des activités sociales mais comme une pratique politique et sociale parmi d’autres.