JE- Les divertissements de cour sur la scène contemporaine

RENCONTRES AVEC BINTOU DEMBÉLÉ ET ROBYN ORLIN

Vendredi 1er février – La Ruche
Salle de spectacle de la Maison de l’Étudiant. Université d’Artois – rue Raoul François, 62000 Arras

Org. Marine Roussillon et Pénélope Dechaufour (Projet Merveilles 17)

La redécouverte du « baroque » dans la deuxième moitié du XXesiècle s’est présentée comme un mouvement de retour aux pratiques du passé : utilisation d’instruments d’époque, travail sur l’interprétation et l’ornementation en musique, sur la diction et à la gestuelle en théâtre… Nous souhaitons renverser la perspective sur ces pratiques en posant la question de ce qui fait leur actualité, leur pertinence dans notre époque. Pourquoi recréer aujourd’hui des opéras et des ballets des cours de Louis XIV ou Louis XV, qui chantent la gloire de la monarchie française ? Quels sont les enjeux éthiques et politiques des choix esthétiques résumés par la notion de « baroque » ? Que nous dit la vogue du « baroque » de notre présent ? Les chorégraphes Bintou Dembélé et Robyn Orlin s’approprient des œuvres baroques pour questionner les identités et explorer l’altérité. À rebours d’un usage identitaire du passé, qui conjugue idéalisation du « siècle classique » et revendication d’une continuité, il s’agit de mettre en lumière les démarches d’artistes qui convoquent le corps baroque pour donner à voir des failles, des écarts, créer des espaces de jeu avec les identités assignées. 

Continuer la lecture de « JE- Les divertissements de cour sur la scène contemporaine »

Le pouvoir dans les marges du livre (XVIe-XVIIIe siècles)

Colloque organisé par Yohann Deguin et Marine Roussillon
12-13 octobre 2018 – Université d’Artois, Arras
(salle des colloques de la Maison de la Recherche)

Sous l’Ancien Régime, l’éloge du pouvoir se déploie de manière privilégiée dans les marges des textes, des images et des spectacles : prologues, dédicaces, textes introductifs, privilèges, clés, etc. Ces textes disent la gloire du roi, de sa famille ou des grandes figures de pouvoir, offrent le livre à un puissant, l’autorisent depuis une position de pouvoir, ou programment sa lecture dans une perspective politique. Ce sont ces marges, souvent négligées, peu lues et peu commentées, que nous souhaitons prendre comme objet d’étude, à partir de l’apparent paradoxe que constitue leur investissement massif par l’écriture du pouvoir : situer le pouvoir dans les marges, est-ce marginaliser le politique ?

Objet ambivalent, à la fois inscrit dans le livre et susceptible de s’en détacher, la marge permet de penser l’inscription du livre, et à travers lui des lettres et des arts, dans le monde social : non pas comme un document qui viendrait témoigner du contexte dans lequel l’œuvre se serait inscrite, mais comme le lieu d’une action qui mobilise à la fois le lecteur, le livre et le pouvoir. Ce colloque se propose d’étudier les écritures marginales du pouvoir comme autant d’usages du livre dans des relations sociales et de pouvoir.

Au programme…

Continuer la lecture de « Le pouvoir dans les marges du livre (XVIe-XVIIIe siècles) »

Indes galantes : une anthologie

En février dernier, Clément Cogitore a reçu le prix du public du festival du court-métrage de Clermont-Ferrand pour sa mise en scène d’un court extrait des Indes galantes de Rameau : l’entrée des sauvages. Ce film de 6 minutes, commandé par la 3e scène de l’opéra de Paris, donne à voir une version krump de l’opéra baroque, chorégraphiée par Bintou Dembélé, Igor Caruge et Brahim Rachiki.

À distance des habituelles approches esthétisantes de la musique baroque, cette entrée de ballet pose avec acuité le problème de l’actualité, et des actualisations, des divertissements de cour baroques.

Avant de me lancer dans un travail de plus longue haleine sur ces usages contemporains des divertissements de cour, sur l’actualité et l’altérité du corps baroque, et sur la version intégrale de l’opéra que préparent Clément Cogitore et Bintou Dembele (création prévue en septembre 2019 à l’Opéra Bastille), petite promenade en images à travers quelques mises en scènes des Indes galantes.

Continuer la lecture de « Indes galantes : une anthologie »

JE : Réception, appropriations, détournements des fêtes de cour

Journée d’études organisée par Marine Roussillon et Claudine Nédelec. Arras, 15 juin 2018.

La recherche sur les fêtes de cour s’est longtemps consacrée à la reconstitution des spectacles : aux aspects institutionnels et aux modalités pratiques de leur organisation, à leur esthétique et à l’imaginaire politique qu’ils mettaient en scène. Cette journée d’études propose de déplacer le regard porté sur les fêtes en interrogeant leur réception : plus que leurs effets sur leurs premiers spectateurs, difficilement saisissables, il s’agit d’étudier la manière dont elles ont été ressaisies dans l’écriture, appropriées, mobilisées dans des actions nouvelles.

Continuer la lecture de « JE : Réception, appropriations, détournements des fêtes de cour »

Littéraire. Pour Alain Viala

 

Directeur, directrice. Qui conduit, qui règle. Le directeur d’une entreprise, d’un ouvrage, d’une affaire. Directeur général. Directeur des Gabelles. Directeur des Créanciers d’ une succession. Directeur général des Fortifications. Directrice d’ une troupe de Comédiens. On appelle Directeur de conscience, ou simplement Directeur, Celui qui conduit une personne, qui a soin de la conscience de quelqu’ un. Il se dit aussi d’ Une personne qui préside à de certaines Compagnies. Le Directeur de l’ Académie.

(Dictionnaire de l’Académie française, 4e édition, 1762)

Directeur de conscience, directeur d’une troupe de comédiens, directeur général des fortifications… Il y a un peu de tout ça dans un directeur de thèse.

Alain Viala a été – et reste, longtemps après la soutenance – mon directeur de thèse. Il prend sa retraite et le temps est venu de lui témoigner reconnaissance, gratitude, admiration – sans pour autant le transformer en monument académique, ce qu’il détesterait. C’est ce que nous avons tenté dans ce livre, que nous lui offrirons en septembre et que je suis très fière d’avoir co-dirigée avec d’autres de ses ami.e.s, disciples ou collègues.

Continuer la lecture de « Littéraire. Pour Alain Viala »