Le corps noir du roi (1) : le Soleil et la Nuit

La mise en scène du corps du roi – dans les ballets, les cérémonies, les portraits, les récits… – a joué un rôle central dans la construction du pouvoir monarchique. La monarchie française disparue, ces représentations demeurent. Mais que reste-t-il de leur pouvoir ? De quelles appropriations peuvent-elles faire l’objet, quelle peut être leur pertinence pour notre présent ? Parce que la démarche “décoloniale” est aujourd’hui l’un des lieux privilégiés de la critique du canon et de la réflexion sur l’actualité des oeuvres du passé, j’ai voulu poser ces questions à partir d’oeuvres qui confrontent le corps du roi à des corps construits comme “autres”: les corps noirs du sauvage et de l’esclave. “Corps noirs” parce que la couleur de peau est une figure de l’altérité, mais aussi au sens qu’on donne à ce terme en physique : des corps qui absorbent la lumière, envers parfaits du corps rayonnant du “roi Soleil”. Que produit cette rencontre ? Et que nous dit-elle du fonctionnement de la représentation du pouvoir, jusque dans notre présent ?

Le premier billet de cette série est consacré à la recréation du Ballet royal de la Nuit par Sébastien Daucé et Francesca Lattuada en 2017. Le choix d’un danseur noir – Sean Patrick Mombruno – pour incarner Louis XIV y est l’instrument d’une dépolitisation du ballet, qui tente d’en faire l’objet d’une admiration hors du temps.

Continuer la lecture de « Le corps noir du roi (1) : le Soleil et la Nuit »

JE- Les divertissements de cour sur la scène contemporaine

RENCONTRES AVEC BINTOU DEMBÉLÉ ET ROBYN ORLIN

Vendredi 1er février – La Ruche
Salle de spectacle de la Maison de l’Étudiant. Université d’Artois – rue Raoul François, 62000 Arras

Org. Marine Roussillon et Pénélope Dechaufour (Projet Merveilles 17)

La redécouverte du « baroque » dans la deuxième moitié du XXesiècle s’est présentée comme un mouvement de retour aux pratiques du passé : utilisation d’instruments d’époque, travail sur l’interprétation et l’ornementation en musique, sur la diction et à la gestuelle en théâtre… Nous souhaitons renverser la perspective sur ces pratiques en posant la question de ce qui fait leur actualité, leur pertinence dans notre époque. Pourquoi recréer aujourd’hui des opéras et des ballets des cours de Louis XIV ou Louis XV, qui chantent la gloire de la monarchie française ? Quels sont les enjeux éthiques et politiques des choix esthétiques résumés par la notion de « baroque » ? Que nous dit la vogue du « baroque » de notre présent ? Les chorégraphes Bintou Dembélé et Robyn Orlin s’approprient des œuvres baroques pour questionner les identités et explorer l’altérité. À rebours d’un usage identitaire du passé, qui conjugue idéalisation du « siècle classique » et revendication d’une continuité, il s’agit de mettre en lumière les démarches d’artistes qui convoquent le corps baroque pour donner à voir des failles, des écarts, créer des espaces de jeu avec les identités assignées. 

Continuer la lecture de « JE- Les divertissements de cour sur la scène contemporaine »

Indes galantes : une anthologie

En février dernier, Clément Cogitore a reçu le prix du public du festival du court-métrage de Clermont-Ferrand pour sa mise en scène d’un court extrait des Indes galantes de Rameau : l’entrée des sauvages. Ce film de 6 minutes, commandé par la 3e scène de l’opéra de Paris, donne à voir une version krump de l’opéra baroque, chorégraphiée par Bintou Dembélé, Igor Caruge et Brahim Rachiki.

À distance des habituelles approches esthétisantes de la musique baroque, cette entrée de ballet pose avec acuité le problème de l’actualité, et des actualisations, des divertissements de cour baroques.

Avant de me lancer dans un travail de plus longue haleine sur ces usages contemporains des divertissements de cour, sur l’actualité et l’altérité du corps baroque, et sur la version intégrale de l’opéra que préparent Clément Cogitore et Bintou Dembele (création prévue en septembre 2019 à l’Opéra Bastille), petite promenade en images à travers quelques mises en scènes des Indes galantes.

Continuer la lecture de « Indes galantes : une anthologie »

JE : Réception, appropriations, détournements des fêtes de cour

Journée d’études organisée par Marine Roussillon et Claudine Nédelec. Arras, 15 juin 2018.

La recherche sur les fêtes de cour s’est longtemps consacrée à la reconstitution des spectacles : aux aspects institutionnels et aux modalités pratiques de leur organisation, à leur esthétique et à l’imaginaire politique qu’ils mettaient en scène. Cette journée d’études propose de déplacer le regard porté sur les fêtes en interrogeant leur réception : plus que leurs effets sur leurs premiers spectateurs, difficilement saisissables, il s’agit d’étudier la manière dont elles ont été ressaisies dans l’écriture, appropriées, mobilisées dans des actions nouvelles.

Continuer la lecture de « JE : Réception, appropriations, détournements des fêtes de cour »

Le choix des sujets d’opéra par Louis XIV : une affaire de goût ?

Les trois derniers opéras composés par Lully et Quinault pour Louis XIV ont tous trois un sujet chevaleresque: Amadis (1684) est inspiré du roman du même nom, Roland (1685) du Roland furieux de l’Arioste et Armide (1686) de La Jérusalem délivrée du Tasse. De nombreux textes contemporains de la création de ces opéras affirment que c’est le roi lui-même qui en a choisi le sujet. Louis XIV aurait-il eu un goût pour la chevalerie ? Pour Philippe Beaussant, « avec ce[s] œuvre[s] qui abandonne[nt] la mythologie et les images traditionnellement chargées de transmettre la symbolique royale, nous sommes plus près que jamais de la personne et de l’esprit du roi »1. Les enjeux politiques des récits du choix du sujet par le roi montrent ce que l’idée d’un “goût du roi” occulte : dans la cour galante de Louis XIV, plaire au roi est un acte de pouvoir, et le goût du roi une construction politique2.

Continuer la lecture de « Le choix des sujets d’opéra par Louis XIV : une affaire de goût ? »

  1. P. Beaussant, Lully ou le musicien du Soleil, Paris, Gallimard, 1992, p. 660. []
  2. Pour une critique du “goût du roi”, voir C. Biet, “Le roi, les ambrettes, le théâtre et la fiction du goût”, dans J. Duron (dir.), Le Prince et la musique. Les passions musicales de Louis XIV, Mardaga, 2009, p.137-150. []