Indes galantes : une anthologie

En février dernier, Clément Cogitore a reçu le prix du public du festival du court-métrage de Clermont-Ferrand pour sa mise en scène d’un court extrait des Indes galantes de Rameau : l’entrée des sauvages. Ce film de 6 minutes, commandé par la 3e scène de l’opéra de Paris, donne à voir une version krump de l’opéra baroque, chorégraphiée par Bintou Dembélé, Igor Caruge et Brahim Rachiki.

À distance des habituelles approches esthétisantes de la musique baroque, cette entrée de ballet pose avec acuité le problème de l’actualité, et des actualisations, des divertissements de cour baroques.

Avant de me lancer dans un travail de plus longue haleine sur ces usages contemporains des divertissements de cour, sur l’actualité et l’altérité du corps baroque, et sur la version intégrale de l’opéra que préparent Clément Cogitore et Bintou Dembele (création prévue en septembre 2019 à l’Opéra Bastille), petite promenade en images à travers quelques mises en scènes des Indes galantes.

Continuer la lecture de « Indes galantes : une anthologie »

JE : Réception, appropriations, détournements des fêtes de cour

Journée d’études organisée par Marine Roussillon et Claudine Nédelec. Arras, 15 juin 2018.

La recherche sur les fêtes de cour s’est longtemps consacrée à la reconstitution des spectacles : aux aspects institutionnels et aux modalités pratiques de leur organisation, à leur esthétique et à l’imaginaire politique qu’ils mettaient en scène. Cette journée d’études propose de déplacer le regard porté sur les fêtes en interrogeant leur réception : plus que leurs effets sur leurs premiers spectateurs, difficilement saisissables, il s’agit d’étudier la manière dont elles ont été ressaisies dans l’écriture, appropriées, mobilisées dans des actions nouvelles.

Continuer la lecture de « JE : Réception, appropriations, détournements des fêtes de cour »