JE : Réception, appropriations, détournements des fêtes de cour

Journée d’études organisée par Marine Roussillon et Claudine Nédelec. Arras, 15 juin 2018.

La recherche sur les fêtes de cour s’est longtemps consacrée à la reconstitution des spectacles : aux aspects institutionnels et aux modalités pratiques de leur organisation, à leur esthétique et à l’imaginaire politique qu’ils mettaient en scène. Cette journée d’études propose de déplacer le regard porté sur les fêtes en interrogeant leur réception : plus que leurs effets sur leurs premiers spectateurs, difficilement saisissables, il s’agit d’étudier la manière dont elles ont été ressaisies dans l’écriture, appropriées, mobilisées dans des actions nouvelles.

Continuer la lecture de « JE : Réception, appropriations, détournements des fêtes de cour »

Littéraire. Pour Alain Viala

 

Directeur, directrice. Qui conduit, qui règle. Le directeur d’une entreprise, d’un ouvrage, d’une affaire. Directeur général. Directeur des Gabelles. Directeur des Créanciers d’ une succession. Directeur général des Fortifications. Directrice d’ une troupe de Comédiens. On appelle Directeur de conscience, ou simplement Directeur, Celui qui conduit une personne, qui a soin de la conscience de quelqu’ un. Il se dit aussi d’ Une personne qui préside à de certaines Compagnies. Le Directeur de l’ Académie.

(Dictionnaire de l’Académie française, 4e édition, 1762)

Directeur de conscience, directeur d’une troupe de comédiens, directeur général des fortifications… Il y a un peu de tout ça dans un directeur de thèse.

Alain Viala a été – et reste, longtemps après la soutenance – mon directeur de thèse. Il prend sa retraite et le temps est venu de lui témoigner reconnaissance, gratitude, admiration – sans pour autant le transformer en monument académique, ce qu’il détesterait. C’est ce que nous avons tenté dans ce livre, que nous lui offrirons en septembre et que je suis très fière d’avoir co-dirigée avec d’autres de ses ami.e.s, disciples ou collègues.

Continuer la lecture de « Littéraire. Pour Alain Viala »

AAC – Le pouvoir dans les marges du livre

12-13 octobre 2018, Université d’Artois (Arras)

 

Sous l’Ancien Régime, l’éloge du pouvoir se déploie de manière privilégiée dans les marges des textes, des images et des spectacles : prologues, dédicaces, textes introductifs, privilèges, clés, etc. Ces textes disent la gloire du roi, de sa famille ou des grandes figures de pouvoir, offrent le livre à un puissant, l’autorisent depuis une position de pouvoir, ou programment sa lecture dans une perspective politique. Ce sont ces marges, souvent négligées, peu lues et peu commentées, que nous souhaitons prendre comme objet d’étude, à partir de l’apparent paradoxe que constitue leur investissement massif par l’écriture du pouvoir : situer le pouvoir dans les marges, est-ce marginaliser le politique ?

Continuer la lecture de « AAC – Le pouvoir dans les marges du livre »

Penser les groupes dans les histoires du littéraire

Je participerai le 28 novembre prochain à la journée d’études organisée par Laurence Giavarini (CGC UMR CNRS uB 7366) à l’université de Dijon sur « les groupes dans les histoires du littéraire ». J’y étudierai les usages de l’expression « jeune cour » dans les récits de l’affaire Tartuffe : d’où vient-elle ? quelles expressions vient-elle concurrencer ? avec quelles conséquence sur la manière dont le littéraire est pensé, en particulier dans ses relations avec le politique ?

Continuer la lecture de « Penser les groupes dans les histoires du littéraire »