Le corps noir du roi (1) : le Soleil et la Nuit

La mise en scène du corps du roi – dans les ballets, les cérémonies, les portraits, les récits… – a joué un rôle central dans la construction du pouvoir monarchique. La monarchie française disparue, ces représentations demeurent. Mais que reste-t-il de leur pouvoir ? De quelles appropriations peuvent-elles faire l’objet, quelle peut être leur pertinence pour notre présent ? Parce que la démarche “décoloniale” est aujourd’hui l’un des lieux privilégiés de la critique du canon et de la réflexion sur l’actualité des oeuvres du passé, j’ai voulu poser ces questions à partir d’oeuvres qui confrontent le corps du roi à des corps construits comme “autres”: les corps noirs du sauvage et de l’esclave. “Corps noirs” parce que la couleur de peau est une figure de l’altérité, mais aussi au sens qu’on donne à ce terme en physique : des corps qui absorbent la lumière, envers parfaits du corps rayonnant du “roi Soleil”. Que produit cette rencontre ? Et que nous dit-elle du fonctionnement de la représentation du pouvoir, jusque dans notre présent ?

Le premier billet de cette série est consacré à la recréation du Ballet royal de la Nuit par Sébastien Daucé et Francesca Lattuada en 2017. Le choix d’un danseur noir – Sean Patrick Mombruno – pour incarner Louis XIV y est l’instrument d’une dépolitisation du ballet, qui tente d’en faire l’objet d’une admiration hors du temps.

Continuer la lecture de « Le corps noir du roi (1) : le Soleil et la Nuit »

Sauvages ? Sur une version krump des Indes galantes de Rameau

Une première version de cet article est paru dans la revue Les Lettres françaises en février 2019.

En novembre 2017, la 3e scène de l’opéra de Paris présentait un court-métrage de Clément Cogitore intitulé Les Indes galantes : on y voit des jeunes gens vêtus de sweat à capuches danser le krump – une forme de danse issue de la pratique hip-hop – sur la musique des Indes galantes de Rameau, un opéra-ballet du début du XVIIIe siècle. Devant le succès inattendu du film, l’Opéra de Paris a commandé à Clément Cogitore une mise en scène de l’ensemble de l’opéra-ballet. Ce sera l’un des spectacles phare de la saison anniversaire de 2018-2019, qui célèbre à la fois les 350 ans de la fondation de l’Académie royale de musique – ancêtre de l’Opéra – et les 20 ans de l’Opéra Bastille. 

Les Indes galantes. Court-Métrage de Clément Cogitore pour la 3e scène de l’Opéra de Paris.
Continuer la lecture de « Sauvages ? Sur une version krump des Indes galantes de Rameau »

Mme de La Fayette au baccalauréat

Sous le titre Femmes et littérature: une question politique, cet article a été publié dans la revue Carnets rouges (n°11, octobre 2017, “Questions vives”, disponible en ligne) aux côtés d’un article d’Olivier Ritz intitulé “Ce que les femmes font à l’idée de littérature: l’écriture féminine et la Révolution”. L’essentiel de ce dernier article est repris sur le carnet de recherches d’Olivier Ritz.

Ce que les femmes font aux programmes scolaires

Portrait gravé de Mme de La Fayette
Madame de La Fayette, d’après une gravure du XVIIe siècle. Source : Wikimedia commons.

Le débat sur la place des femmes dans les programmes scolaires s’est longtemps cantonné aux programmes d’histoire. Depuis quelques années, il touche aussi l’enseignement de la littérature. Ce débat soulève des questions à la fois scientifiques (touchant à la connaissance que nous avons du passé) et politiques : comment articuler dans l’enseignement la transmission des connaissances produites par la recherche, de la hiérarchisation de ces connaissances dans un patrimoine (le canon littéraire, qui valorise essentiellement l’écriture masculine), et celle des moyens de produire des connaissances et des valeurs nouvelles ? La question de l’égalité (entre femmes et hommes, mais le même raisonnement pourrait s’appliquer aux inégalités sociales) rencontre ici celle de l’émancipation. Continuer la lecture de « Mme de La Fayette au baccalauréat »

Le choix des sujets d’opéra par Louis XIV : une affaire de goût ?

Les trois derniers opéras composés par Lully et Quinault pour Louis XIV ont tous trois un sujet chevaleresque: Amadis (1684) est inspiré du roman du même nom, Roland (1685) du Roland furieux de l’Arioste et Armide (1686) de La Jérusalem délivrée du Tasse. De nombreux textes contemporains de la création de ces opéras affirment que c’est le roi lui-même qui en a choisi le sujet. Louis XIV aurait-il eu un goût pour la chevalerie ? Pour Philippe Beaussant, « avec ce[s] œuvre[s] qui abandonne[nt] la mythologie et les images traditionnellement chargées de transmettre la symbolique royale, nous sommes plus près que jamais de la personne et de l’esprit du roi »1. Les enjeux politiques des récits du choix du sujet par le roi montrent ce que l’idée d’un “goût du roi” occulte : dans la cour galante de Louis XIV, plaire au roi est un acte de pouvoir, et le goût du roi une construction politique2.

Continuer la lecture de « Le choix des sujets d’opéra par Louis XIV : une affaire de goût ? »

  1. P. Beaussant, Lully ou le musicien du Soleil, Paris, Gallimard, 1992, p. 660. []
  2. Pour une critique du “goût du roi”, voir C. Biet, “Le roi, les ambrettes, le théâtre et la fiction du goût”, dans J. Duron (dir.), Le Prince et la musique. Les passions musicales de Louis XIV, Mardaga, 2009, p.137-150. []

L’édition de La Princesse d’Élide dans la relation des Plaisirs de l’île enchantée: raté ou coup de force ?

Molière a créé de nombreuses comédies-ballets pour les divertissements de la cour. Parmi ces pièces, La Princesse d’Élide1 est pourtant un cas unique : première comédie-ballet créée pour les fêtes de Louis XIV, elle est aussi la seule à avoir été intégralement imprimée dans la relation officielle de ces fêtes chez Ballard, imprimeur officiel des divertissements de la cour2. Par la suite, Molière n’a plus donné le texte de ses comédies dans les relations des fêtes : il en a conservé la propriété pour pouvoir en fournir des éditions autonomes après les avoir reprises dans son théâtre du Palais-Royal, de manière à prolonger le succès à la cour et à la ville par le succès de librairie. Dans le contexte de la carrière de Molière, marquée par la volonté de contrôler la publication de ses œuvres3, cette édition de La Princesse d’Élide peut apparaître comme un raté. Mais lorsqu’on l’étudie à la lumière des rivalités qui opposent Molière aux autres acteurs des divertissements de la cour au début des années 1660, cette édition semble plutôt un coup de force : en donnant sa pièce à l’imprimeur officiel des divertissements du roi, Molière se présente comme le fournisseur officiel de ces divertissements, alors que sa troupe n’a pas encore été adoptée par le roi et que c’est Benserade qui a le titre de « poète du roi ».

Continuer la lecture de « L’édition de La Princesse d’Élide dans la relation des Plaisirs de l’île enchantée: raté ou coup de force ? »

  1. Molière, La Princesse d’Élide, 1664 : édition en ligne sur le site Théâtre classique. []
  2. Les Plaisirs de l’Isle enchantée. Course de bague, collation ornée de machines, comédie meslée de danse et de musique, Ballet du Palais d’Alcine, feu d’artifice : et autres festes galantes et magnifiques, faites par le Roy à Versailles, le 7 may 1664 et continuées plusieurs autres jours, Paris, R. Ballard, 1664, In-fol. []
  3. Voir C. E. J. Caldicott, La Carrière de Molière entre protecteurs et éditeurs, Amsterdam, Rodopi, 1998. []