Usages politiques des plaisirs

Il y a quelques jours, le 12 janvier 2024, j’ai soutenu une Habilitation à diriger des recherches (HDR) à l’université Paris 3 Sorbonne nouvelle. J’y ai présenté un dossier intitulé “Usages politiques des plaisirs au 17e siècle: littérature, histoire, spectacles” composé d’un mémoire de synthèse revenant sur mon parcours de chercheuse, d’un dossier de publications et d’un ouvrage inédit : “Histoires de fêtes. Écritures d’évènements galants”. Je reproduis ici la présentation de mes recherches par laquelle j’ai ouvert les discussions de la soutenance. Au moment de l’écrire, j’ai été contente de trouver quelques exemples en ligne : j’espère donc que celui-ci sera utile à d’autres !

Lire la suite : Usages politiques des plaisirs

Discours de soutenance

Madame la présidente, Mesdames et messieurs les membres du jury,
Chers collègues, chers ami-es,

Je voudrais commencer en vous remerciant toutes et tous d’être là. J’aimerais nommer toutes celles et tous ceux qui ont contribué, par leurs conseils, leurs encouragements, ou tout bêtement en s’occupant de mes enfants pendant que je rédigeais, à l’achèvement du dossier sur les « Usages politiques des plaisirs au 17e siècle » que je présente aujourd’hui. Faute de temps, je n’en citerai que quelques-uns.

Tout d’abord, un grand merci à Sophie Houdard, qui m’a accompagnée depuis mes premiers pas de doctorante et qui a accepté de jouer le rôle de marraine de ce dossier d’HDR, comme les fées des contes – elle qui préfère pourtant les sorcières et les démons. Sans son impatience et son énergie, je ne sais pas si je serais arrivée à bout de ce dossier.

Je suis très reconnaissante aux membres du jury, Benoît Bolduc ; Roger Chartier ; Anne-Madeleine Goulet ; Bénédicte Louvat et Delphine Reguig, qui ont accepté de lire et de discuter mes travaux.

Je voudrais encore remercier Stéphanie Loncle, qui m’accompagne depuis nos premiers pas à l’École Normale Supérieure, qui m’a poussée à m’intéresser aux spectacles et à la vie théâtrale, et qui, plus de vingt ans après, est toujours là pour me relire, m’écouter et me conseiller.

Merci aussi aux membres du Grihl, le Groupe de Recherches Interdisciplinaire sur l’histoire du littéraire, qui sont mes interlocuteurs privilégiés depuis mes débuts dans la recherche ; à Kate Tunstall, avec qui j’ai eu la chance de travailler à l’université d’Oxford, et qui n’a jamais hésité à traverser la Manche pour venir me soutenir ; et à mes collègues de l’université d’Artois, qui n’ont cessé d’encourager mes recherches, jusqu’à trouver le temps de venir aujourd’hui malgré les cours à préparer et l’évaluation HCERES qui approche.

Merci enfin à toutes celles et tous ceux avec qui j’ai partagé le plaisir du travail collectif, et qui ont nourri mes recherches de leurs remarques et de leurs curiosités : aux amis du projet « Merveilles de la cour », Christophe Schuwey, Gaëlle Lafage Yohann Deguin, avec qui j’ai appris les humanités numériques et plein d’autres choses ; à celles de l’enquête collective sur les villes assiégées, Anne Piéjus,  Laurence Giavarini ; aux spécialistes des fêtes qui hantent mes notes de bas de page, Laura Naudeix et Pauline Lemaigre-Gaiffier.

Je suis particulièrement émue par la présence aujourd’hui de nombreux amis d’Alain Viala : Christian Jouhaud, Sylvaine Guyot, Paul Aron, Dinah Ribard, Jeanne Marie Hostiou, Claudine Nédelec, … Il m’est difficile de dire tout ce que je dois à Alain Viala, et d’autres en parleront peut-être. Il a été mon directeur de thèse, il a continué à m’accompagner ensuite, tout au long de mes travaux. Le dossier que je présente aujourd’hui a été façonné par nos échanges. Maintenant qu’il n’est plus là, je suis heureuse de poursuivre la discussion avec vous, qui avez été ses collègues, ses élèves et ses amis. Merci.


Objets

À l’université Paris 3 Sorbonne nouvelle, où j’ai mené ma thèse, et au sein du séminaire du Grihl, j’ai été formée à une approche historique et sociale du littéraire. Cette approche répondait à mon exigence de scientificité, comme à ma volonté de comprendre le monde pour le transformer : je ne pouvais m’en tenir au dialogue des interprétations, ni même à la compréhension de la littérature ; avec la littérature, je voulais, et je veux toujours, produire des savoirs sur le monde social, pertinents pour le présent.

À cette approche d’histoire sociale du littéraire, on a souvent reproché de « réduire » la littérature à des stratégies, d’ignorer ce qui en fait la spécificité : le plaisir esthétique qu’elle procure et sa capacité à traverser le temps. J’ai choisi de faire de ce plaisir l’objet central de mon travail.

Pour cela, je me suis intéressée principalement à deux objets :

  • D’une part, l’imaginaire médiéval du 17e siècle, associé à la fois aux origines de la monarchie chrétienne et au divertissement : au 17e s., les romans de chevalerie sont critiqués comme l’archétype de la lecture de plaisir, sans aucune utilité morale ou sociale. Mes recherches sur l’imaginaire chevaleresque, entamées au moment de ma thèse, ont débouché sur la publication de mon livre, Don Quichotte à Versailles. L’imaginaire médiéval du Grand siècle, paru en 2022 chez Champ Vallon.
  • D’autre part, les fêtes de cour suscitent un plaisir et une fascination qui durent jusqu’à aujourd’hui, et constituent un objet privilégié pour interroger les liens entre plaisir et pouvoir. J’y consacre l’ouvrage inédit au cœur du dossier d’HDR que je vous présente, qui s’intitule Histoires de fêtes. Écritures d’évènements galants.
Couverture de l'ouvrage Don Quichotte à Versailles.

Ces objets m’ont amenée à travailler sur un 17e siècle assez éloigné du canon « classique ». Certes, Molière occupe une place centrale dans mon travail. Mais à ses côtés, on croise dans mes recherches des auteurs et des autrices moins connus – Jean Desmarets de Saint-Sorlin et son épopée chrétienne, Marie-Jeanne L’Héritier et ses contes inspirés des troubadours, les récits galants de Mme de Villedieu, le théâtre à machines de Jean Donneau de Visé – et même des écrivains qui ne sont pas tout à fait des auteurs : François de Beauvilliers, comte puis duc de Saint-Aignan, en charge de l’organisation des divertissements de la cour, ou Pierre Ignace Chavatte, ouvrier lillois et rédacteur d’une chronique.

Cette vision du 17e siècle est largement tributaire du renouvellement de l’histoire littéraire de la période apporté par l’étude de la galanterie. Le corpus galant, parce qu’il promeut le plaisir et l’agrément, occupe une place centrale dans mon travail : en étudiant les usages politiques des plaisirs au 17e siècle, je contribue à la compréhension de la galanterie comme phénomène artistique, social et politique.

Une dernière remarque sur mes objets. Les fêtes de cour et l’imaginaire médiéval ont en commun de se situer sur une frontière disciplinaire : entre littérature et arts du spectacle pour les unes, entre littérature et histoire pour les autres. L’écriture du passé médiéval, telle qu’elle se développe dans la seconde moitié du XVIIe siècle, a contribué à produire le partage entre histoire et littérature. L’écriture des fêtes, quant à elle, est l’un des lieux où s’opère, à partir du récit d’un spectacle, la distinction entre un texte théâtral et des archives de la performance. Le rapprochement de l’une et de l’autre m’a conduite à étudier l’écriture des fêtes, et plus largement des spectacles, comme une expérience d’écriture galante de l’événement – dans un rapprochement avec d’autres formes d’écriture de l’actualité – et à ouvrir le chantier d’une histoire des spectacles comme objets d’écriture. Mes travaux contribuent ainsi aussi à une généalogie des distinctions disciplinaires – qui me permet, au besoin, de m’en émanciper.


Méthode

À partir de ces objets, j’ai expérimenté plusieurs méthodes, plusieurs approches du littéraire et de son inscription historique et sociale – et j’ai ainsi élaboré une démarche à la fois ouverte et plurielle (dont je vais décrire ici trois composantes).

  1. D’abord, pour étudier les usages politiques du plaisir, l’approche la plus évidente consiste à s’intéresser à la politique de la gloire orchestrée autour de Louis XIV, et à la représentation du pouvoir qui s’y élabore. J’ai montré le rôle important joué par l’imaginaire médiéval dans cette représentation – nuançant ainsi la tradition qui associe plutôt l’image de Louis XIV à la référence antique. Cet imaginaire n’y est pas seulement mobilisé comme un objet de savoirs, pour fonder des pouvoirs dans la connaissance du passé : il est aussi, et peut-être surtout, utilisé comme un objet de plaisir, pour susciter l’adhésion à des valeurs.

Je prends un exemple, dont beaucoup d’entre vous m’ont déjà entendu parler :la première fête organisée par Louis XIV à Versailles, Les Plaisirs de l’île enchantée. Dans cette fête, le roi et ses courtisans incarnent des personnages de chevaliers, inspirés d’une fiction – Le Roland furieux. Cet imaginaire est utilisé pour scénariser une conception nouvelle des relations entre le roi et sa noblesse, fondée sur la promotion du mérite personnel, et du jugement du roi comme seul critère de ce mérite. L’imaginaire médiéval contribue alors à l’invention d’une représentation galante du pouvoir royal comme pouvoir agréable – suscitant l’adhésion par le plaisir qu’il procure. Cette représentation est rapidement mise en débat dans une série de conflits et de querelles qui interrogent les places respectives du plaisir et de la force dans la représentation du pouvoir ; de la fiction et du savoir dans son écriture ; ainsi que celles des différentes institutions susceptibles de la prendre en charge.

Je me suis attachée à montrer d’une part les enjeux politiques et sociaux de cette représentation – la promotion galante du plaisir allant de pair avec l’émergence d’une élite nouvelle – et d’autre part le rôle moteur des gens de lettres dans sa production. À rebours du modèle d’une propagande centralisée, par laquelle le pouvoir chercherait à diffuser son discours dans l’ensemble de la société en instrumentalisant les lettres et les arts, ce sont ici les gens de lettres qui sont à l’initiative, et qui dans un même mouvement élaborent la littérature galante et offrent leurs services au pouvoir.

Cette première approche appelle un questionnement sur l’efficacité de la représentation du pouvoir. Si le pouvoir royal utilise le plaisir littéraire pour produire de l’adhésion, cela signifie-t-il nécessairement que ça fonctionne ? Dans quelle mesure la communauté de plaisirs instaurée par les fêtes et leurs récits produit-elle une communauté de valeurs ? Et comment le savoir, quand les croyances des acteurs du passé nous sont irrémédiablement inaccessibles ? Pour tenter de répondre à ces questions, j’ai développé simultanément deux autres approches.

Israël Silvestre, Troisième journée des Plaisirs de l’île enchantée. Alcine devant son palais dressé sur le bassin des Cygnes. Estampe. Bibliothèque nationale de France, Estampes, réserve, coll. Hennin, QB- 201(46)-FOL, Hennin 4214. Source : Gallica.
  1. Je tente (2e élément de définition de ma démarche) de saisir des phénomènes d’adhésion ou de réticences en travaillant sur la circulation de la représentation du pouvoir. Il s’agit d’observer des appropriations, pour repérer ce qui s’y sédimente, jusqu’à s’imposer, et ce qui au contraire est transformé, interprété ou reconfiguré.

Cette démarche m’a éloignée de la cour. J’étudie ainsi les fêtes organisées par les villes récemment conquises par Louis XIV, comme Lille ou Valenciennes, pour observer ce que ces villes reproduisent de la représentation galante du pouvoir comme objet de plaisir – alors même qu’elles viennent d’en subir la violence.

Extrait de Hercule soutenant le ciel , dessin des feux d’artifices dressés pour l’arrivée du roi en sa ville de Valenciennes, le 5 août 1680, slnd. Source: Gallica.

Cette démarche m’a aussi amenée à sortir du 17e siècle, pour m’intéresser aux appropriations des textes du passé, jusqu’à la scène contemporaine. L’étude des Indes galantes mises en scènes par Clément Cogitore et chorégraphiées par Bintou Dembélé à l’Opéra de Paris en 2019, et le numéro de la revue Thaêtre que j’y ai consacré avec ma collègue Pénélope Dechaufour, ont joué un rôle important dans ma réflexion sur les enjeux politiques du plaisir pris au spectacle galant. Ils ont posé le premier jalon d’une recherche en cours sur la transmission des spectacles de cour par la scène.

  1. Enfin (et c’est le troisième élément de définition de ma démarche), j’étudie ces appropriations comme autant d’actions politiques singulières, dans la continuité des travaux du Grihl sur « écriture et action ». À l’élargissement du champ qu’impose l’étude des appropriations répond ainsi un resserrement de la focale sur des actions politiques précisément situées. J’observe des acteurs sociaux utilisant des récits chevaleresques, ou des fêtes de cour, ou la référence à un plaisir littéraire, pour mener des actions politiques.

C’est dans cette perspective que j’ai mis en ligne un corpus de récits de fêtes, au sein de la bibliothèque numérique Merveilles de la cour. L’indexation des lieux, des techniques et des personnes nommées, les comparaisons que le corpus rend possibles, permettent de repérer des actions menées par ces écrits.

Cela me conduit à m’intéresser à des acteurs habituellement absents de l’histoire littéraire. Le duc de Saint-Aignan, par exemple, n’est ni un auteur, ni un acteur de la librairie, mais utilise pourtant l’écriture et la littérature pour agir. À l’occasion des fêtes qu’il organise, il écrit et fait écrire, et multiplie les références à la galanterie, de manière à faire évoluer les attributions de sa charge de premier gentilhomme de la chambre et à renforcer sa position à la cour.

Cette démarche me permet aussi d’enrichir la compréhension d’écrits plus directement littéraires. Ainsi, l’interprétation de La Princesse d’Élide de Molière gagne à ne pas s’en tenir à l’analyse du texte (assez convenu) de la pièce : sa signification historique n’est pas tant dans la fable galante qu’elle déploie que dans le coup de force qui consiste à faire publier ce texte dans la relation officielle d’une fête royale, et ainsi à archiver le service rendu par Molière au souverain, alors même que le comédien n’occupe aucune place à la cour.

L’articulation de ces démarches me permet de préciser la place faite à la littérature dans mon travail et le sens que je donne à ce terme. Je n’étudie pas la littérature seulement comme un corpus à analyser mais aussi comme une ressource pour l’action et un produit d’actions. Ce sont ces actions qui sont au cœur de mes recherches : je les décris au travers d’études de cas, que je mets en série pour observer des circulations, des accumulations, des différences. L’inédit que je présente aujourd’hui est ainsi construits autour de plusieurs terrains – la cour, la librairie de nouveauté, la vie théâtrale, le marché des nouvelles de la guerre – dans lesquels j’observe la circulation de la référence aux fêtes monarchiques, et des actions menées avec cette référence. Faire place à l’étude de ces actions dans l’histoire du littéraire implique de repenser les modalités de l’interprétation : elles montrent en effet que la signification historique d’un écrit n’est pas seulement ou pas toujours accessible par l’analyse du texte. Cette démarche a aussi pour conséquence d’élargir considérablement le champ des études littéraires. Dans cette perspective, les études littéraires peuvent contribuer à la compréhension de tous les domaines des rapports sociaux, en tant qu’ils sont touchés par l’émergence, puis l’existence, du domaine littéraire.


Apports de la recherche

Au fil de ces travaux, la question des usages politiques des plaisirs qui guide mes recherches a trouvé une formulation nouvelle. Plutôt que de chercher à saisir la manière dont le plaisir est utilisé pour susciter l’adhésion, j’en suis venue à tenter de comprendre comment les rapports de pouvoir sont affectés par la littérature, et à partir de là, à faire l’histoire de la production du plaisir littéraire à la fois comme une valeur distincte de l’efficacité politique, et comme un instrument d’action politique doté d’un pouvoir propre.

Mes recherches m’ont amenée à voir dans la deuxième moitié du XVIIe siècle un moment de reconfiguration des relations entre les plaisirs esthétiques et le pouvoir politique, articulant d’une part, la promotion d’un pouvoir spécifique de la littérature et des arts, et d’autre part, l’occultation et la dévalorisation des intérêts politiques qui président à la création.

Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-201 (46)-FOL

La fête galante est l’un des lieux de cette reconfiguration.

Ces « fêtes galantes » qui prolifèrent dans la deuxième moitié du 17e siècle et que j’étudie dans mon inédit ne désignent pas des pratiques particulièrement nouvelles. Les ballets royaux, les spectacles mêlant danse, théâtre et musique… tout cela existait déjà dans les décennies précédentes. Ce qui change dans les années 1660, c’est leur association à la galanterie. Avec cette qualification galante, des pratiques qui relevaient jusque-là de la politique, voire de la polémique, sont désignées comme des divertissements visant un plaisir partagé. L’organisateur des fêtes – qu’il s’agisse de Saint-Aignan ou de Louis XIV – n’est plus présenté comme un homme de gouvernement, mais comme un galant homme, désireux de plaire. L’association des fêtes à la vogue littéraire de la galanterie en occulte la portée politique et polémique pour en faire des objets de plaisir consensuels.

Cette opération est réalisée dans des écrits. Au lendemain de la grande fête versaillaise de 1668, de nombreux récits en sont publiés, qui se présentent comme des écrits d’agrément, relayant les plaisirs des fêtes par un texte plaisant. Ces récits sont aussi, pour celles et ceux qui les produisent – Madeleine de Scudéry, Jean de La Fontaine, Madame de Villedieu, Paul Pellisson… – une manière d’offrir leurs services au pouvoir royal. Paradoxalement, la promotion du plaisir pris aux arts constitue ainsi une manière de se mettre à disposition du pouvoir.

Enfin, dans le contexte des guerres de Louis XIV, cette promotion galante du plaisir sert la construction d’une représentation agréable de la violence. Le Mercure galant donne à lire les guerres de Hollande comme une succession de fêtes et fait ainsi des aristocrates français des héros de romans, à la fois braves et galants. Dans la suite de mes recherches, je souhaite prolonger l’étude des écritures de la violence guerrière, pour tenter de trouver des formes d’extériorité à cette écriture galante, voire des lieux de sa mise en débat.

Les fêtes et leur écriture donnent ainsi à voir l’invention, dans la deuxième moitié du 17e siècle, d’une configuration galante des relations entre le pouvoir et les arts : une configuration qui associe d’une part la promotion du plaisir lié aux arts, en dehors de toute utilité sociale et politique et d’autre part une revendication de soumission au pouvoir royal ; et qui se manifeste dans les figures du roi ami des arts, des pouvoirs de la littérature et de la violence agréable. Autant d’éléments dont nous sommes les héritiers, et dont il importe donc de comprendre l’histoire, pour pouvoir, à notre tour, les infléchir et les redéfinir.


C’est, en dernière instance, l’objet de mon travail : éclairer nos propres plaisirs, pour les rendre plus libres. Lorsque l’on enseigne la littérature, on se retrouve, qu’on le veuille ou non, porteur d’une forme d’injonction au plaisir. Les textes que nous enseignons sont, par le fait même qu’ils sont enseignés, désignés à l’admiration. Pour nos étudiants, ne pas rire à Molière, ne pas sentir la terreur et la pitié que doit susciter Phèdre, c’est toujours un peu ne pas être bons, ne pas réussir. En travaillant sur le plaisir littéraire, en mettant au jour son historicité, sa production polémique, je cherche à tenir cette injonction à distance, pour ouvrir l’espace de la compréhension critique, de l’appropriation, de l’interrogation sur la pertinence des textes pour le présent – et pour construire, avec mes étudiantes et mes étudiants, les conditions d’un plaisir partagé.

Je termine en disant à nouveau tout le plaisir que j’ai à pouvoir aujourd’hui discuter de ces travaux avec vous, Madame la présidente, mesdames et messieurs les membres du jury, et en espérant que ce plaisir sera réciproque.

Ceci n’est pas un livre sur Don Quichotte

Mon livre Don Quichotte à Versailles. L’imaginaire médiéval du Grand siècle est paru chez Champ Vallon en avril 2022. J’essaie ici de vous le présenter en quelques mots.

C’est par une discussion avec Alain Viala que tout a commencé. Je venais de terminer une maîtrise sur le jeu dans des romans du 17e siècle, qu’il avait dirigée. Je le connaissais mal, j’avais à peine lu ses livres, mais je lui faisais déjà une grande confiance, et j’avais très envie de continuer à travailler avec lui. Sauf que je m’étais découvert une passion pour la littérature médiévale, les romans de chevalerie, Lancelot surtout – et que lui était spécialiste du 17e siècle. Comment faire ? Il a très vite trouvé la solution : tu n’as qu’à travailler sur la lecture des romans de chevalerie au 17e siècle. Et c’est ce que j’ai fait, pendant longtemps. Ça m’a obligée à redéfinir à peu près tous les termes de la question : les romans de chevalerie, la lecture, le 17e siècle.

Continuer la lecture de « Ceci n’est pas un livre sur Don Quichotte »

Don Quichotte à Versailles

Parution. Marine Roussillon, Don Quichotte à VersaillesL’imaginaire médiéval du Grand Siècle. Ceyzérieu, Champ Vallon, 2022. Présentation sur le site de l’éditeur

On n’a pas attendu Tolkien ou les romantiques pour inventer un Moyen Âge de fantaisie. À la cour de Louis XIV, les nobles jouent aux chevaliers et combattent des géants. Dans les romans, à l’opéra, dans les contes, on croise Clovis et Charlemagne, des fées et des troubadours. Le passé médiéval est un enjeu de pouvoir : il prouve l’ancienneté d’une famille, légitime les prétentions d’une couronne. C’est aussi un objet de plaisirs : plaisirs coupables de lecteurs (et surtout de lectrices) décrits comme de nouveaux Don Quichotte, fêtes royales, divertissements de l’opéra… En imaginant son passé médiéval, le XVIIe siècle définit les plaisirs acceptables et ceux qui ne le sont pas, débat des pouvoirs de la fiction et instaure une coupure durable entre l’esthétique et le politique.

Continuer la lecture de « Don Quichotte à Versailles »

Sauvages ? Sur une version krump des Indes galantes de Rameau

Une première version de cet article est paru dans la revue Les Lettres françaises en février 2019.

En novembre 2017, la 3e scène de l’opéra de Paris présentait un court-métrage de Clément Cogitore intitulé Les Indes galantes : on y voit des jeunes gens vêtus de sweat à capuches danser le krump – une forme de danse issue de la pratique hip-hop – sur la musique des Indes galantes de Rameau, un opéra-ballet du début du XVIIIe siècle. Devant le succès inattendu du film, l’Opéra de Paris a commandé à Clément Cogitore une mise en scène de l’ensemble de l’opéra-ballet. Ce sera l’un des spectacles phare de la saison anniversaire de 2018-2019, qui célèbre à la fois les 350 ans de la fondation de l’Académie royale de musique – ancêtre de l’Opéra – et les 20 ans de l’Opéra Bastille. 

Les Indes galantes. Court-Métrage de Clément Cogitore pour la 3e scène de l’Opéra de Paris.
Continuer la lecture de « Sauvages ? Sur une version krump des Indes galantes de Rameau »

Le pouvoir dans les marges du livre (XVIe-XVIIIe siècles)

Colloque organisé par Yohann Deguin et Marine Roussillon
12-13 octobre 2018 – Université d’Artois, Arras
(salle des colloques de la Maison de la Recherche)

Sous l’Ancien Régime, l’éloge du pouvoir se déploie de manière privilégiée dans les marges des textes, des images et des spectacles : prologues, dédicaces, textes introductifs, privilèges, clés, etc. Ces textes disent la gloire du roi, de sa famille ou des grandes figures de pouvoir, offrent le livre à un puissant, l’autorisent depuis une position de pouvoir, ou programment sa lecture dans une perspective politique. Ce sont ces marges, souvent négligées, peu lues et peu commentées, que nous souhaitons prendre comme objet d’étude, à partir de l’apparent paradoxe que constitue leur investissement massif par l’écriture du pouvoir : situer le pouvoir dans les marges, est-ce marginaliser le politique ?

Objet ambivalent, à la fois inscrit dans le livre et susceptible de s’en détacher, la marge permet de penser l’inscription du livre, et à travers lui des lettres et des arts, dans le monde social : non pas comme un document qui viendrait témoigner du contexte dans lequel l’œuvre se serait inscrite, mais comme le lieu d’une action qui mobilise à la fois le lecteur, le livre et le pouvoir. Ce colloque se propose d’étudier les écritures marginales du pouvoir comme autant d’usages du livre dans des relations sociales et de pouvoir.

Au programme…

Continuer la lecture de « Le pouvoir dans les marges du livre (XVIe-XVIIIe siècles) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search