Sauvages ? Sur une version krump des Indes galantes de Rameau

Une première version de cet article est paru dans la revue Les Lettres françaises en février 2019.

En novembre 2017, la 3e scène de l’opéra de Paris présentait un court-métrage de Clément Cogitore intitulé Les Indes galantes : on y voit des jeunes gens vêtus de sweat à capuches danser le krump – une forme de danse issue de la pratique hip-hop – sur la musique des Indes galantes de Rameau, un opéra-ballet du début du XVIIIe siècle. Devant le succès inattendu du film, l’Opéra de Paris a commandé à Clément Cogitore une mise en scène de l’ensemble de l’opéra-ballet. Ce sera l’un des spectacles phare de la saison anniversaire de 2018-2019, qui célèbre à la fois les 350 ans de la fondation de l’Académie royale de musique – ancêtre de l’Opéra – et les 20 ans de l’Opéra Bastille. 

Les Indes galantes. Court-Métrage de Clément Cogitore pour la 3e scène de l’Opéra de Paris.
Continuer la lecture de « Sauvages ? Sur une version krump des Indes galantes de Rameau »

Le pouvoir dans les marges du livre (XVIe-XVIIIe siècles)

Colloque organisé par Yohann Deguin et Marine Roussillon
12-13 octobre 2018 – Université d’Artois, Arras
(salle des colloques de la Maison de la Recherche)

Sous l’Ancien Régime, l’éloge du pouvoir se déploie de manière privilégiée dans les marges des textes, des images et des spectacles : prologues, dédicaces, textes introductifs, privilèges, clés, etc. Ces textes disent la gloire du roi, de sa famille ou des grandes figures de pouvoir, offrent le livre à un puissant, l’autorisent depuis une position de pouvoir, ou programment sa lecture dans une perspective politique. Ce sont ces marges, souvent négligées, peu lues et peu commentées, que nous souhaitons prendre comme objet d’étude, à partir de l’apparent paradoxe que constitue leur investissement massif par l’écriture du pouvoir : situer le pouvoir dans les marges, est-ce marginaliser le politique ?

Objet ambivalent, à la fois inscrit dans le livre et susceptible de s’en détacher, la marge permet de penser l’inscription du livre, et à travers lui des lettres et des arts, dans le monde social : non pas comme un document qui viendrait témoigner du contexte dans lequel l’œuvre se serait inscrite, mais comme le lieu d’une action qui mobilise à la fois le lecteur, le livre et le pouvoir. Ce colloque se propose d’étudier les écritures marginales du pouvoir comme autant d’usages du livre dans des relations sociales et de pouvoir.

Au programme…

Continuer la lecture de « Le pouvoir dans les marges du livre (XVIe-XVIIIe siècles) »

Littéraire. Pour Alain Viala

 

Directeur, directrice. Qui conduit, qui règle. Le directeur d’une entreprise, d’un ouvrage, d’une affaire. Directeur général. Directeur des Gabelles. Directeur des Créanciers d’ une succession. Directeur général des Fortifications. Directrice d’ une troupe de Comédiens. On appelle Directeur de conscience, ou simplement Directeur, Celui qui conduit une personne, qui a soin de la conscience de quelqu’ un. Il se dit aussi d’ Une personne qui préside à de certaines Compagnies. Le Directeur de l’ Académie.

(Dictionnaire de l’Académie française, 4e édition, 1762)

Directeur de conscience, directeur d’une troupe de comédiens, directeur général des fortifications… Il y a un peu de tout ça dans un directeur de thèse.

Alain Viala a été – et reste, longtemps après la soutenance – mon directeur de thèse. Il prend sa retraite et le temps est venu de lui témoigner reconnaissance, gratitude, admiration – sans pour autant le transformer en monument académique, ce qu’il détesterait. C’est ce que nous avons tenté dans ce livre, que nous lui offrirons en septembre et que je suis très fière d’avoir co-dirigée avec d’autres de ses ami.e.s, disciples ou collègues.

Continuer la lecture de « Littéraire. Pour Alain Viala »

Mme de La Fayette au baccalauréat

Sous le titre Femmes et littérature: une question politique, cet article a été publié dans la revue Carnets rouges (n°11, octobre 2017, « Questions vives », disponible en ligne) aux côtés d’un article d’Olivier Ritz intitulé « Ce que les femmes font à l’idée de littérature: l’écriture féminine et la Révolution ». L’essentiel de ce dernier article est repris sur le carnet de recherches d’Olivier Ritz.

Ce que les femmes font aux programmes scolaires

Portrait gravé de Mme de La Fayette
Madame de La Fayette, d’après une gravure du XVIIe siècle. Source : Wikimedia commons.

Le débat sur la place des femmes dans les programmes scolaires s’est longtemps cantonné aux programmes d’histoire. Depuis quelques années, il touche aussi l’enseignement de la littérature. Ce débat soulève des questions à la fois scientifiques (touchant à la connaissance que nous avons du passé) et politiques : comment articuler dans l’enseignement la transmission des connaissances produites par la recherche, de la hiérarchisation de ces connaissances dans un patrimoine (le canon littéraire, qui valorise essentiellement l’écriture masculine), et celle des moyens de produire des connaissances et des valeurs nouvelles ? La question de l’égalité (entre femmes et hommes, mais le même raisonnement pourrait s’appliquer aux inégalités sociales) rencontre ici celle de l’émancipation. Continuer la lecture de « Mme de La Fayette au baccalauréat »

AAC – Le pouvoir dans les marges du livre

12-13 octobre 2018, Université d’Artois (Arras)

 

Sous l’Ancien Régime, l’éloge du pouvoir se déploie de manière privilégiée dans les marges des textes, des images et des spectacles : prologues, dédicaces, textes introductifs, privilèges, clés, etc. Ces textes disent la gloire du roi, de sa famille ou des grandes figures de pouvoir, offrent le livre à un puissant, l’autorisent depuis une position de pouvoir, ou programment sa lecture dans une perspective politique. Ce sont ces marges, souvent négligées, peu lues et peu commentées, que nous souhaitons prendre comme objet d’étude, à partir de l’apparent paradoxe que constitue leur investissement massif par l’écriture du pouvoir : situer le pouvoir dans les marges, est-ce marginaliser le politique ?

Continuer la lecture de « AAC – Le pouvoir dans les marges du livre »