Mme de La Fayette au baccalauréat

Sous le titre Femmes et littérature: une question politique, cet article a été publié dans la revue Carnets rouges (n°11, octobre 2017, « Questions vives », disponible en ligne) aux côtés d’un article d’Olivier Ritz intitulé « Ce que les femmes font à l’idée de littérature: l’écriture féminine et la Révolution ». L’essentiel de ce dernier article est repris sur le carnet de recherches d’Olivier Ritz.

Ce que les femmes font aux programmes scolaires

Portrait gravé de Mme de La Fayette
Madame de La Fayette, d’après une gravure du XVIIe siècle. Source : Wikimedia commons.

Le débat sur la place des femmes dans les programmes scolaires s’est longtemps cantonné aux programmes d’histoire. Depuis quelques années, il touche aussi l’enseignement de la littérature. Ce débat soulève des questions à la fois scientifiques (touchant à la connaissance que nous avons du passé) et politiques : comment articuler dans l’enseignement la transmission des connaissances produites par la recherche, de la hiérarchisation de ces connaissances dans un patrimoine (le canon littéraire, qui valorise essentiellement l’écriture masculine), et celle des moyens de produire des connaissances et des valeurs nouvelles ? La question de l’égalité (entre femmes et hommes, mais le même raisonnement pourrait s’appliquer aux inégalités sociales) rencontre ici celle de l’émancipation. Continuer la lecture de « Mme de La Fayette au baccalauréat »

Que fait Nicolas Sarkozy avec Racine ?

RacineComment mieux inaugurer un blog sur les politiques du Grand-siècle qu’avec une phrase de Nicolas Sarkozy ? On se souvient qu’il avait beaucoup souffert « sur » La Princesse de Clèves et que ses commentaires avaient alors donné lieu à l’une des plus vastes tentatives d’actualisation de la littérature classique. Grâce à lui, on a pu entendre la prose de Madame de Lafayette au coin des rues. À peine ai-je ouvert ce carnet de recherches qu’il m’offre un sujet de billet, en s’attaquant à un autre de nos « classiques » : Racine.

 

La scène se passe dans une librairie de Strasbourg. L’ancien président, entouré de supporters et de journalistes, y dédicace son livre, La France pour la vie. Il fait allusion aux nombreuses critiques dont son ouvrage fait l’objet – on lui reproche notamment des erreurs et des inventions factuelles – et plus largement aux enquêtes d’opinion qui condamnent sa candidature aux prochaines présidentielles. Et c’est alors, au détour d’une phrase, que Racine survient.

[Racine] a été très perturbé par les critiques quand il a sorti Phèdre. Les critiques sont oubliées, Racine non. Sans doute j’ai trop tenu compte des commentaires.

Aussitôt se fait entendre une autre voix, celle du commentateur averti, le « proche » de Sarkozy qui avertit les journalistes : « c’était pour rire ».

Que fait Nicolas Sarkozy avec Racine ? Non pas simplement que font-ils ensemble, dans une alliance improbable qui pourrait nous faire « rire », mais comment l’un agit-il avec l’autre ? De quelle action cet énoncé qui fait référence au plus classique des auteurs classiques est-il l’instrument ? Continuer la lecture de « Que fait Nicolas Sarkozy avec Racine ? »