Tartuffe : retour aux origines

Eugène Silvain dans « Tartuffe », dessin de Yves Marevéry, 1906. Source: Bibliothèque Nationale de France.
Tartuffe est la pièce de Molière la plus jouée depuis le XIXe siècle, et était encore cette année au programme de l’agrégation. Et voilà qu’une troupe d’étudiants et d’anciens étudiants, menée par Isabelle Grellet et Georges Forestier, crée à La Sorbonne un spectacle intitulé Le Tartuffe inconnu de Molière. Inconnu ? C’est qu’il s’agit pour cette petite troupe de faire revivre la première version de la pièce, avant qu’elle ait été modifiée sous la pression de la censure royale. Le travail érudit de reconstitution d’un texte originel passe ici l’épreuve de la représentation, servi par un jeu « historiquement informé » (grâce aux conseils de Jean-Noël Laurenti).
Tartuffe et Elmire sont tous deux face au public, devant la table où se cache Orgon.
Le Tartuffe inconnu de Molière. Photographie d’Olivier Jacquet, service culturel de Paris IV.

Continuer la lecture de « Tartuffe : retour aux origines »

Penser les groupes dans les histoires du littéraire

Je participerai le 28 novembre prochain à la journée d’études organisée par Laurence Giavarini (CGC UMR CNRS uB 7366) à l’université de Dijon sur « les groupes dans les histoires du littéraire ». J’y étudierai les usages de l’expression « jeune cour » dans les récits de l’affaire Tartuffe : d’où vient-elle ? quelles expressions vient-elle concurrencer ? avec quelles conséquence sur la manière dont le littéraire est pensé, en particulier dans ses relations avec le politique ?

Continuer la lecture de « Penser les groupes dans les histoires du littéraire »