Indes galantes : une anthologie

En février dernier, Clément Cogitore a reçu le prix du public du festival du court-métrage de Clermont-Ferrand pour sa mise en scène d’un court extrait des Indes galantes de Rameau : l’entrée des sauvages. Ce film de 6 minutes, commandé par la 3e scène de l’opéra de Paris, donne à voir une version krump de l’opéra baroque, chorégraphiée par Bintou Dembélé, Igor Caruge et Brahim Rachiki.

À distance des habituelles approches esthétisantes de la musique baroque, cette entrée de ballet pose avec acuité le problème de l’actualité, et des actualisations, des divertissements de cour baroques.

Avant de me lancer dans un travail de plus longue haleine sur ces usages contemporains des divertissements de cour, sur l’actualité et l’altérité du corps baroque, et sur la version intégrale de l’opéra que préparent Clément Cogitore et Bintou Dembele (création prévue en septembre 2019 à l’Opéra Bastille), petite promenade en images à travers quelques mises en scènes des Indes galantes.

Continuer la lecture de « Indes galantes : une anthologie »

JE : Réception, appropriations, détournements des fêtes de cour

Journée d’études organisée par Marine Roussillon et Claudine Nédelec. Arras, 15 juin 2018.

La recherche sur les fêtes de cour s’est longtemps consacrée à la reconstitution des spectacles : aux aspects institutionnels et aux modalités pratiques de leur organisation, à leur esthétique et à l’imaginaire politique qu’ils mettaient en scène. Cette journée d’études propose de déplacer le regard porté sur les fêtes en interrogeant leur réception : plus que leurs effets sur leurs premiers spectateurs, difficilement saisissables, il s’agit d’étudier la manière dont elles ont été ressaisies dans l’écriture, appropriées, mobilisées dans des actions nouvelles.

Continuer la lecture de « JE : Réception, appropriations, détournements des fêtes de cour »

AAC – Le pouvoir dans les marges du livre

12-13 octobre 2018, Université d’Artois (Arras)

 

Sous l’Ancien Régime, l’éloge du pouvoir se déploie de manière privilégiée dans les marges des textes, des images et des spectacles : prologues, dédicaces, textes introductifs, privilèges, clés, etc. Ces textes disent la gloire du roi, de sa famille ou des grandes figures de pouvoir, offrent le livre à un puissant, l’autorisent depuis une position de pouvoir, ou programment sa lecture dans une perspective politique. Ce sont ces marges, souvent négligées, peu lues et peu commentées, que nous souhaitons prendre comme objet d’étude, à partir de l’apparent paradoxe que constitue leur investissement massif par l’écriture du pouvoir : situer le pouvoir dans les marges, est-ce marginaliser le politique ?

Continuer la lecture de « AAC – Le pouvoir dans les marges du livre »

Le choix des sujets d’opéra par Louis XIV : une affaire de goût ?

Les trois derniers opéras composés par Lully et Quinault pour Louis XIV ont tous trois un sujet chevaleresque: Amadis (1684) est inspiré du roman du même nom, Roland (1685) du Roland furieux de l’Arioste et Armide (1686) de La Jérusalem délivrée du Tasse. De nombreux textes contemporains de la création de ces opéras affirment que c’est le roi lui-même qui en a choisi le sujet. Louis XIV aurait-il eu un goût pour la chevalerie ? Pour Philippe Beaussant, « avec ce[s] œuvre[s] qui abandonne[nt] la mythologie et les images traditionnellement chargées de transmettre la symbolique royale, nous sommes plus près que jamais de la personne et de l’esprit du roi »1. Les enjeux politiques des récits du choix du sujet par le roi montrent ce que l’idée d’un « goût du roi » occulte : dans la cour galante de Louis XIV, plaire au roi est un acte de pouvoir, et le goût du roi une construction politique2.

Continuer la lecture de « Le choix des sujets d’opéra par Louis XIV : une affaire de goût ? »

  1. P. Beaussant, Lully ou le musicien du Soleil, Paris, Gallimard, 1992, p. 660. []
  2. Pour une critique du « goût du roi », voir C. Biet, « Le roi, les ambrettes, le théâtre et la fiction du goût », dans J. Duron (dir.), Le Prince et la musique. Les passions musicales de Louis XIV, Mardaga, 2009, p.137-150. []

L’édition de La Princesse d’Élide dans la relation des Plaisirs de l’île enchantée: raté ou coup de force ?

Molière a créé de nombreuses comédies-ballets pour les divertissements de la cour. Parmi ces pièces, La Princesse d’Élide1 est pourtant un cas unique : première comédie-ballet créée pour les fêtes de Louis XIV, elle est aussi la seule à avoir été intégralement imprimée dans la relation officielle de ces fêtes chez Ballard, imprimeur officiel des divertissements de la cour2. Par la suite, Molière n’a plus donné le texte de ses comédies dans les relations des fêtes : il en a conservé la propriété pour pouvoir en fournir des éditions autonomes après les avoir reprises dans son théâtre du Palais-Royal, de manière à prolonger le succès à la cour et à la ville par le succès de librairie. Dans le contexte de la carrière de Molière, marquée par la volonté de contrôler la publication de ses œuvres3, cette édition de La Princesse d’Élide peut apparaître comme un raté. Mais lorsqu’on l’étudie à la lumière des rivalités qui opposent Molière aux autres acteurs des divertissements de la cour au début des années 1660, cette édition semble plutôt un coup de force : en donnant sa pièce à l’imprimeur officiel des divertissements du roi, Molière se présente comme le fournisseur officiel de ces divertissements, alors que sa troupe n’a pas encore été adoptée par le roi et que c’est Benserade qui a le titre de « poète du roi ».

Continuer la lecture de « L’édition de La Princesse d’Élide dans la relation des Plaisirs de l’île enchantée: raté ou coup de force ? »

  1. Molière, La Princesse d’Élide, 1664 : édition en ligne sur le site Théâtre classique. []
  2. Les Plaisirs de l’Isle enchantée. Course de bague, collation ornée de machines, comédie meslée de danse et de musique, Ballet du Palais d’Alcine, feu d’artifice : et autres festes galantes et magnifiques, faites par le Roy à Versailles, le 7 may 1664 et continuées plusieurs autres jours, Paris, R. Ballard, 1664, In-fol. []
  3. Voir C. E. J. Caldicott, La Carrière de Molière entre protecteurs et éditeurs, Amsterdam, Rodopi, 1998. []