Ressources en ligne sur les fêtes de cour (1) : bases de données

Danseurs de ballet. Estampe représentant l'un des intermèdes des Amants Magnifiques de Molière, 1670.
Les Amants magnifiques, estampe. Source : Bibliothèque nationale de France, département Bibliothèque-musée de l’opéra.

 

Cet article est le premier d’une série ayant pour objet de présenter quelques ressources en ligne utiles à l’étude des fêtes de cour en Europe sous l’Ancien Régime.

Plusieurs ouvrages ont cherché à recenser les fêtes de cour. Pour ce qui concerne les fêtes de la cour de Louis XIV, on pourra notamment consulter Philippe Hourcade, Mascarades et ballets au Grand Siècle, 1643-1715 (Paris, Desjonquères et Centre National de la Danse, 2002), Stéphane Castelluccio, Les Carrousels en France du XVIe au XVIIIe siècle (Paris, L’Insulaire, 2002), Marie-France Christout, Le Ballet de cour sous Louis XIV, 1643-1672 (Paris, Centre National de la Danse et Éditions Picard, 2005) et surtout Florence Sorkine, Propagande et mécénat royal: les fêtes louis-quatorziennes à Versailles et leurs représentations. 1661-1682 (thèse de doctorat, littérature française, Université Paris 3 Sorbonne nouvelle, 1993).

Les écrits et les images suscités par les fêtes sont moins bien repérés. Pourtant, ils ne constituent pas seulement des sources pour reconstituer ces spectacles : le récit de fête est un véritable genre littéraire et éditorial qui occupe une place centrale dans la représentation du pouvoir et contribue à façonner l’imaginaire social de la période.

Les bases de données décrites dans ce premier article rendent possible un recensement de ce corpus, l’étude de sa cohérence et de sa circulation.

Continuer la lecture de « Ressources en ligne sur les fêtes de cour (1) : bases de données »

“ Nicomède, ce Che Guevara ”

Les mises en scène de Nicomède par Brigitte Jaques Wajeman, en 2008 puis en 2011, proposent une interprétation à la fois politique et dés-historicisée de la pièce de Corneille. La tragédie est utilisée pour penser une situation politique – l’impérialisme – que le spectacle rapproche de nous à la fois par ses choix de scénographie et par ses discours. Mais dans le même temps, les commentaires du spectacle utilisent la tragédie de Corneille pour réinsérer l’actualité (en particulier celle des révolutions arabes de 2010) dans une écriture stéréotypée du politique.

Penser les groupes dans les histoires du littéraire

Je participerai le 28 novembre prochain à la journée d’études organisée par Laurence Giavarini (CGC UMR CNRS uB 7366) à l’université de Dijon sur « les groupes dans les histoires du littéraire ». J’y étudierai les usages de l’expression « jeune cour » dans les récits de l’affaire Tartuffe : d’où vient-elle ? quelles expressions vient-elle concurrencer ? avec quelles conséquence sur la manière dont le littéraire est pensé, en particulier dans ses relations avec le politique ?

Continuer la lecture de « Penser les groupes dans les histoires du littéraire »

Harry Potter contre Donald Trump

Lire Harry Potter peut modifier vos convictions politiques. C’est une étude menée par Diana Mutz, professeur à l’Institut d’Études des Citoyens et de la Politique (ISCAP) de l’Université de Pennsylvanie, qui le prouve. Les sciences politiques viennent ainsi, statistiques à l’appui, conforter l’hypothèse selon laquelle tout plaisir esthétique a des enjeux politiques. Reste à comprendre comment tout cela fonctionne. C’est d’autant plus essentiel que nous vivons dans des sociétés où la consommation de divertissements est massive. Et c’est le rôle des études littéraires.

Continuer la lecture de « Harry Potter contre Donald Trump »