Indes galantes : une anthologie

En février dernier, Clément Cogitore a reçu le prix du public du festival du court-métrage de Clermont-Ferrand pour sa mise en scène d’un court extrait des Indes galantes de Rameau : l’entrée des sauvages. Ce film de 6 minutes, commandé par la 3e scène de l’opéra de Paris, donne à voir une version krump de l’opéra baroque, chorégraphiée par Bintou Dembélé, Igor Caruge et Brahim Rachiki.

À distance des habituelles approches esthétisantes de la musique baroque, cette entrée de ballet pose avec acuité le problème de l’actualité, et des actualisations, des divertissements de cour baroques.

Avant de me lancer dans un travail de plus longue haleine sur ces usages contemporains des divertissements de cour, sur l’actualité et l’altérité du corps baroque, et sur la version intégrale de l’opéra que préparent Clément Cogitore et Bintou Dembele (création prévue en septembre 2019 à l’Opéra Bastille), petite promenade en images à travers quelques mises en scènes des Indes galantes.

Continuer la lecture de « Indes galantes : une anthologie »

Faut-il jouer Molière comme au 17e siècle ? Discussion autour du Tartuffe inconnu

Faut-il jouer Molière comme au 17e siècle ? C’est l’ambition de plusieurs projets de théâtre « historiquement informé » qui réunissent universitaires et professionnels du théâtre autour des comédies de Molière. Quel est l’intérêt d’une telle démarche et à qui s’adresse-t-elle ? Sans rendre compte ici de l’ensemble des débats qui traversent le vaste champ du théâtre « historiquement informé », je voudrais partir d’une discussion suscitée ici par mon compte-rendu du Tartuffe inconnu de Molière pour mettre en lumière quelques uns de ses enjeux.

Continuer la lecture de « Faut-il jouer Molière comme au 17e siècle ? Discussion autour du Tartuffe inconnu »

Tartuffe : le retour (Théâtre de l’Odéon, février 2016)

Étonnant parcours que celui du Tartuffe joué à l’Odéon en février dernier. Il y a eu d’abord l’adaptation allemande de Tartuffe mise en scène par Luc Bondy à Vienne en 2012. De ce premier Tartuffe, le spectacle de l’Odéon a hérité son décor (une création de Richard Peruzzi) et le choix de mise en scène dont ce décor est porteur: celui de l’actualisation. Puis il y a eu un deuxième Tartuffe de Bondy, à l’Odéon cette fois, en 2014. Patrice Chéreau venait de mourir, avant d’avoir terminé sa mise en scène de Comme il vous plaira. Il fallait produire rapidement un nouveau spectacle pour compléter la programmation: Bondy recrée donc le Tartuffe. Il conserve le décor viennois, adopte le casting de Chéreau et revient au texte de Molière. Le Tartuffe de 2016 est un troisième Tartuffe. Après le décès de Luc Bondy, il s’agit à la fois de lui rendre hommage en reprenant l’une de ses créations et de pallier à nouveau un vide dans la programmation. Retour de Tartuffe donc : retour du spectacle, mais aussi retour du texte français du XVIIe siècle dans une mise en scène pensée d’abord pour un texte adapté, retour du passé dans le spectacle du présent.

Continuer la lecture de « Tartuffe : le retour (Théâtre de l’Odéon, février 2016) »