Tartuffe : le retour (Théâtre de l’Odéon, février 2016)

Étonnant parcours que celui du Tartuffe joué à l’Odéon en février dernier. Il y a eu d’abord l’adaptation allemande de Tartuffe mise en scène par Luc Bondy à Vienne en 2012. De ce premier Tartuffe, le spectacle de l’Odéon a hérité son décor (une création de Richard Peruzzi) et le choix de mise en scène dont ce décor est porteur: celui de l’actualisation. Puis il y a eu un deuxième Tartuffe de Bondy, à l’Odéon cette fois, en 2014. Patrice Chéreau venait de mourir, avant d’avoir terminé sa mise en scène de Comme il vous plaira. Il fallait produire rapidement un nouveau spectacle pour compléter la programmation: Bondy recrée donc le Tartuffe. Il conserve le décor viennois, adopte le casting de Chéreau et revient au texte de Molière. Le Tartuffe de 2016 est un troisième Tartuffe. Après le décès de Luc Bondy, il s’agit à la fois de lui rendre hommage en reprenant l’une de ses créations et de pallier à nouveau un vide dans la programmation. Retour de Tartuffe donc : retour du spectacle, mais aussi retour du texte français du XVIIe siècle dans une mise en scène pensée d’abord pour un texte adapté, retour du passé dans le spectacle du présent.

Continuer la lecture de « Tartuffe : le retour (Théâtre de l’Odéon, février 2016) »

Actualité de La Princesse de Clèves

Adaptation théâtrale de La Princesse de Clèves par Magali Montoya, du 19 au 26 mars 2016 au théâtre de l’Échangeur, à Bagnolet.

Le spectacle reprend l’intégralité du texte de Madame de La Fayette et dure 7 heures, en deux parties. Il mêle théâtre, musique et peinture.

Quelques notes, comme premiers jalons pour un travail à venir sur l’actualité de la « langue classique ».

Continuer la lecture de « Actualité de La Princesse de Clèves »

Que fait Nicolas Sarkozy avec Racine ?

RacineComment mieux inaugurer un blog sur les politiques du Grand-siècle qu’avec une phrase de Nicolas Sarkozy ? On se souvient qu’il avait beaucoup souffert « sur » La Princesse de Clèves et que ses commentaires avaient alors donné lieu à l’une des plus vastes tentatives d’actualisation de la littérature classique. Grâce à lui, on a pu entendre la prose de Madame de Lafayette au coin des rues. À peine ai-je ouvert ce carnet de recherches qu’il m’offre un sujet de billet, en s’attaquant à un autre de nos « classiques » : Racine.

 

La scène se passe dans une librairie de Strasbourg. L’ancien président, entouré de supporters et de journalistes, y dédicace son livre, La France pour la vie. Il fait allusion aux nombreuses critiques dont son ouvrage fait l’objet – on lui reproche notamment des erreurs et des inventions factuelles – et plus largement aux enquêtes d’opinion qui condamnent sa candidature aux prochaines présidentielles. Et c’est alors, au détour d’une phrase, que Racine survient.

[Racine] a été très perturbé par les critiques quand il a sorti Phèdre. Les critiques sont oubliées, Racine non. Sans doute j’ai trop tenu compte des commentaires.

Aussitôt se fait entendre une autre voix, celle du commentateur averti, le « proche » de Sarkozy qui avertit les journalistes : « c’était pour rire ».

Que fait Nicolas Sarkozy avec Racine ? Non pas simplement que font-ils ensemble, dans une alliance improbable qui pourrait nous faire « rire », mais comment l’un agit-il avec l’autre ? De quelle action cet énoncé qui fait référence au plus classique des auteurs classiques est-il l’instrument ? Continuer la lecture de « Que fait Nicolas Sarkozy avec Racine ? »