Littéraire. Pour Alain Viala

 

Directeur, directrice. Qui conduit, qui règle. Le directeur d’une entreprise, d’un ouvrage, d’une affaire. Directeur général. Directeur des Gabelles. Directeur des Créanciers d’ une succession. Directeur général des Fortifications. Directrice d’ une troupe de Comédiens. On appelle Directeur de conscience, ou simplement Directeur, Celui qui conduit une personne, qui a soin de la conscience de quelqu’ un. Il se dit aussi d’ Une personne qui préside à de certaines Compagnies. Le Directeur de l’ Académie.

(Dictionnaire de l’Académie française, 4e édition, 1762)

Directeur de conscience, directeur d’une troupe de comédiens, directeur général des fortifications… Il y a un peu de tout ça dans un directeur de thèse.

Alain Viala a été – et reste, longtemps après la soutenance – mon directeur de thèse. Il prend sa retraite et le temps est venu de lui témoigner reconnaissance, gratitude, admiration – sans pour autant le transformer en monument académique, ce qu’il détesterait. C’est ce que nous avons tenté dans ce livre, que nous lui offrirons en septembre et que je suis très fière d’avoir co-dirigée avec d’autres de ses ami.e.s, disciples ou collègues.

Continuer la lecture de « Littéraire. Pour Alain Viala »

(Il)légitimité des romans de chevalerie

Ce billet est un résumé de la communication que j’ai donnée à la journée « Culture savante, culture populaire: trajectoires de légitimation » organisée à l’université d’Arras dans le cadre du projet LegiPop de la MESHS Lille-Nord de France. Il a été écrit pour le blog du projet LegiPop.

 

L'Histoire de Huon de Bordeaux: page de titre d'une édition bon marché de la "Bibliothèque bleue", éditée par Nicolas Oudot à Troyes en 1675. Une gravure sur bois représente un homme à cheval.
Une édition bon marché de roman de chevalerie: L’Histoire de Huon de Bordeaux…, Troyes, Nicolas Oudot, 1675. Source: Bibliothèque nationale de France, Gallica.

 

Addictifs, ils inciteraient les jeunes gens à la violence et les jeunes filles à la luxure, les couperaient de leur culture, leur feraient perdre tout repère moral… Les jeux vidéos ? Non, les romans de chevalerie. C’est en tous cas ainsi que les décrit Charles Sorel, polygraphe du 17e siècle, dans son Histoire comique de Francion comme dans ses ouvrages critiques1.

Continuer la lecture de « (Il)légitimité des romans de chevalerie »

  1. C. Sorel, Histoire comique de Francion, Paris, Pierre Billaine, 1623, livre III. Voir aussi La Bibliothèque française, 1664 et De la Connaissance des bons livres, Paris, Pralard, 1671 []