L’édition de La Princesse d’Élide dans la relation des Plaisirs de l’île enchantée: raté ou coup de force ?

Molière a créé de nombreuses comédies-ballets pour les divertissements de la cour. Parmi ces pièces, La Princesse d’Élide1 est pourtant un cas unique : première comédie-ballet créée pour les fêtes de Louis XIV, elle est aussi la seule à avoir été intégralement imprimée dans la relation officielle de ces fêtes chez Ballard, imprimeur officiel des divertissements de la cour2. Par la suite, Molière n’a plus donné le texte de ses comédies dans les relations des fêtes : il en a conservé la propriété pour pouvoir en fournir des éditions autonomes après les avoir reprises dans son théâtre du Palais-Royal, de manière à prolonger le succès à la cour et à la ville par le succès de librairie. Dans le contexte de la carrière de Molière, marquée par la volonté de contrôler la publication de ses œuvres3, cette édition de La Princesse d’Élide peut apparaître comme un raté. Mais lorsqu’on l’étudie à la lumière des rivalités qui opposent Molière aux autres acteurs des divertissements de la cour au début des années 1660, cette édition semble plutôt un coup de force : en donnant sa pièce à l’imprimeur officiel des divertissements du roi, Molière se présente comme le fournisseur officiel de ces divertissements, alors que sa troupe n’a pas encore été adoptée par le roi et que c’est Benserade qui a le titre de « poète du roi ».

Continuer la lecture de « L’édition de La Princesse d’Élide dans la relation des Plaisirs de l’île enchantée: raté ou coup de force ? »

  1. Molière, La Princesse d’Élide, 1664 : édition en ligne sur le site Théâtre classique. []
  2. Les Plaisirs de l’Isle enchantée. Course de bague, collation ornée de machines, comédie meslée de danse et de musique, Ballet du Palais d’Alcine, feu d’artifice : et autres festes galantes et magnifiques, faites par le Roy à Versailles, le 7 may 1664 et continuées plusieurs autres jours, Paris, R. Ballard, 1664, In-fol. []
  3. Voir C. E. J. Caldicott, La Carrière de Molière entre protecteurs et éditeurs, Amsterdam, Rodopi, 1998. []

Faut-il jouer Molière comme au 17e siècle ? Discussion autour du Tartuffe inconnu

Faut-il jouer Molière comme au 17e siècle ? C’est l’ambition de plusieurs projets de théâtre « historiquement informé » qui réunissent universitaires et professionnels du théâtre autour des comédies de Molière. Quel est l’intérêt d’une telle démarche et à qui s’adresse-t-elle ? Sans rendre compte ici de l’ensemble des débats qui traversent le vaste champ du théâtre « historiquement informé », je voudrais partir d’une discussion suscitée ici par mon compte-rendu du Tartuffe inconnu de Molière pour mettre en lumière quelques uns de ses enjeux.

Continuer la lecture de « Faut-il jouer Molière comme au 17e siècle ? Discussion autour du Tartuffe inconnu »

Tartuffe : retour aux origines

Eugène Silvain dans « Tartuffe », dessin de Yves Marevéry, 1906. Source: Bibliothèque Nationale de France.
Tartuffe est la pièce de Molière la plus jouée depuis le XIXe siècle, et était encore cette année au programme de l’agrégation. Et voilà qu’une troupe d’étudiants et d’anciens étudiants, menée par Isabelle Grellet et Georges Forestier, crée à La Sorbonne un spectacle intitulé Le Tartuffe inconnu de Molière. Inconnu ? C’est qu’il s’agit pour cette petite troupe de faire revivre la première version de la pièce, avant qu’elle ait été modifiée sous la pression de la censure royale. Le travail érudit de reconstitution d’un texte originel passe ici l’épreuve de la représentation, servi par un jeu « historiquement informé » (grâce aux conseils de Jean-Noël Laurenti).
Tartuffe et Elmire sont tous deux face au public, devant la table où se cache Orgon.
Le Tartuffe inconnu de Molière. Photographie d’Olivier Jacquet, service culturel de Paris IV.

Continuer la lecture de « Tartuffe : retour aux origines »

Penser les groupes dans les histoires du littéraire

Je participerai le 28 novembre prochain à la journée d’études organisée par Laurence Giavarini (CGC UMR CNRS uB 7366) à l’université de Dijon sur « les groupes dans les histoires du littéraire ». J’y étudierai les usages de l’expression « jeune cour » dans les récits de l’affaire Tartuffe : d’où vient-elle ? quelles expressions vient-elle concurrencer ? avec quelles conséquence sur la manière dont le littéraire est pensé, en particulier dans ses relations avec le politique ?

Continuer la lecture de « Penser les groupes dans les histoires du littéraire »

Tartuffe : le retour (Théâtre de l’Odéon, février 2016)

Étonnant parcours que celui du Tartuffe joué à l’Odéon en février dernier. Il y a eu d’abord l’adaptation allemande de Tartuffe mise en scène par Luc Bondy à Vienne en 2012. De ce premier Tartuffe, le spectacle de l’Odéon a hérité son décor (une création de Richard Peruzzi) et le choix de mise en scène dont ce décor est porteur: celui de l’actualisation. Puis il y a eu un deuxième Tartuffe de Bondy, à l’Odéon cette fois, en 2014. Patrice Chéreau venait de mourir, avant d’avoir terminé sa mise en scène de Comme il vous plaira. Il fallait produire rapidement un nouveau spectacle pour compléter la programmation: Bondy recrée donc le Tartuffe. Il conserve le décor viennois, adopte le casting de Chéreau et revient au texte de Molière. Le Tartuffe de 2016 est un troisième Tartuffe. Après le décès de Luc Bondy, il s’agit à la fois de lui rendre hommage en reprenant l’une de ses créations et de pallier à nouveau un vide dans la programmation. Retour de Tartuffe donc : retour du spectacle, mais aussi retour du texte français du XVIIe siècle dans une mise en scène pensée d’abord pour un texte adapté, retour du passé dans le spectacle du présent.

Continuer la lecture de « Tartuffe : le retour (Théâtre de l’Odéon, février 2016) »