Penser les groupes dans les histoires du littéraire

Je participerai le 28 novembre prochain à la journée d’études organisée par Laurence Giavarini (CGC UMR CNRS uB 7366) à l’université de Dijon sur « les groupes dans les histoires du littéraire ». J’y étudierai les usages de l’expression « jeune cour » dans les récits de l’affaire Tartuffe : d’où vient-elle ? quelles expressions vient-elle concurrencer ? avec quelles conséquence sur la manière dont le littéraire est pensé, en particulier dans ses relations avec le politique ?

Continuer la lecture de « Penser les groupes dans les histoires du littéraire »

« Ce contexte » : quand Ariane Mnouchkine mettait en scène (l’affaire) Tartuffe

Je continue à penser que les attaques contre Tartuffe étaient très injustes. Je reste persuadée que la pièce a été écrite exactement dans ce contexte.[1]

Ariane Mnouchkine justifie ainsi, quinze ans plus tard, sa mise en scène du Tartuffe de Molière créée à Avignon en 1995. « Ce contexte », c’est à la fois le contexte de 1995, celui de la montée de l’islamisme en Algérie, et le contexte de 1664, celui de la fameuse Affaire Tartuffe, la querelle provoquée par l’interdiction de la pièce. En identifiant l’un à l’autre, Ariane Mnouchkine propose à la fois une interprétation de la querelle comme querelle religieuse, opposant la liberté du théâtre au fanatisme, et une interprétation de la pièce comme œuvre de combat contre le fanatisme. Elle inscrit la pièce dans un contexte qui en détermine le sens pour mieux affirmer sa capacité à traverser le temps, son actualité.

Photographie de Daniel Cande. Source : Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, DIA-PHO-6 (250)
Photographie de Daniel Cande. Source : Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, DIA-PHO-6 (250)

Le spectacle de 1995, s’il propose bien une mise en scène du texte de la comédie de Molière, s’appuie beaucoup sur les textes de la querelle (notamment les placets au roi publiés par Molière) pour créer des images et actualiser la pièce. Dans la comédie de Molière, Tartuffe est un individu isolé. Mais dans les textes qu’il publie pour se défendre, Molière désigne ses adversaires comme un groupe : les « originaux » dont Tartuffe est la copie, la « cabale ». Ces termes ont rencontré un important écho dans la critique, et la « cabale des dévots » est une expression couramment utilisée dans les éditions scolaires pour désigner les ennemis de Molière. La mise en scène de Mnouchkine s’appuie sur cette figure d’ennemi pluriel et anonyme : l’entrée en scène de Tartuffe est précédée du bruit d’une manifestation et le personnage ne se déplace qu’entouré d’un groupe muet et anonyme (au point de porter, pour certains, une cagoule qui leur couvre le visage). Continuer la lecture de « « Ce contexte » : quand Ariane Mnouchkine mettait en scène (l’affaire) Tartuffe »