Faut-il jouer Molière comme au 17e siècle ? Discussion autour du Tartuffe inconnu

Faut-il jouer Molière comme au 17e siècle ? C’est l’ambition de plusieurs projets de théâtre « historiquement informé » qui réunissent universitaires et professionnels du théâtre autour des comédies de Molière. Quel est l’intérêt d’une telle démarche et à qui s’adresse-t-elle ? Sans rendre compte ici de l’ensemble des débats qui traversent le vaste champ du théâtre « historiquement informé », je voudrais partir d’une discussion suscitée ici par mon compte-rendu du Tartuffe inconnu de Molière pour mettre en lumière quelques uns de ses enjeux.

Continuer la lecture de « Faut-il jouer Molière comme au 17e siècle ? Discussion autour du Tartuffe inconnu »

Tartuffe : retour aux origines

Eugène Silvain dans « Tartuffe », dessin de Yves Marevéry, 1906. Source: Bibliothèque Nationale de France.
Tartuffe est la pièce de Molière la plus jouée depuis le XIXe siècle, et était encore cette année au programme de l’agrégation. Et voilà qu’une troupe d’étudiants et d’anciens étudiants, menée par Isabelle Grellet et Georges Forestier, crée à La Sorbonne un spectacle intitulé Le Tartuffe inconnu de Molière. Inconnu ? C’est qu’il s’agit pour cette petite troupe de faire revivre la première version de la pièce, avant qu’elle ait été modifiée sous la pression de la censure royale. Le travail érudit de reconstitution d’un texte originel passe ici l’épreuve de la représentation, servi par un jeu « historiquement informé » (grâce aux conseils de Jean-Noël Laurenti).
Tartuffe et Elmire sont tous deux face au public, devant la table où se cache Orgon.
Le Tartuffe inconnu de Molière. Photographie d’Olivier Jacquet, service culturel de Paris IV.

Continuer la lecture de « Tartuffe : retour aux origines »

Penser les groupes dans les histoires du littéraire

Je participerai le 28 novembre prochain à la journée d’études organisée par Laurence Giavarini (CGC UMR CNRS uB 7366) à l’université de Dijon sur « les groupes dans les histoires du littéraire ». J’y étudierai les usages de l’expression « jeune cour » dans les récits de l’affaire Tartuffe : d’où vient-elle ? quelles expressions vient-elle concurrencer ? avec quelles conséquence sur la manière dont le littéraire est pensé, en particulier dans ses relations avec le politique ?

Continuer la lecture de « Penser les groupes dans les histoires du littéraire »

Tartuffe : le retour (Théâtre de l’Odéon, février 2016)

Étonnant parcours que celui du Tartuffe joué à l’Odéon en février dernier. Il y a eu d’abord l’adaptation allemande de Tartuffe mise en scène par Luc Bondy à Vienne en 2012. De ce premier Tartuffe, le spectacle de l’Odéon a hérité son décor (une création de Richard Peruzzi) et le choix de mise en scène dont ce décor est porteur: celui de l’actualisation. Puis il y a eu un deuxième Tartuffe de Bondy, à l’Odéon cette fois, en 2014. Patrice Chéreau venait de mourir, avant d’avoir terminé sa mise en scène de Comme il vous plaira. Il fallait produire rapidement un nouveau spectacle pour compléter la programmation: Bondy recrée donc le Tartuffe. Il conserve le décor viennois, adopte le casting de Chéreau et revient au texte de Molière. Le Tartuffe de 2016 est un troisième Tartuffe. Après le décès de Luc Bondy, il s’agit à la fois de lui rendre hommage en reprenant l’une de ses créations et de pallier à nouveau un vide dans la programmation. Retour de Tartuffe donc : retour du spectacle, mais aussi retour du texte français du XVIIe siècle dans une mise en scène pensée d’abord pour un texte adapté, retour du passé dans le spectacle du présent.

Continuer la lecture de « Tartuffe : le retour (Théâtre de l’Odéon, février 2016) »

« Ce contexte » : quand Ariane Mnouchkine mettait en scène (l’affaire) Tartuffe

Je continue à penser que les attaques contre Tartuffe étaient très injustes. Je reste persuadée que la pièce a été écrite exactement dans ce contexte.[1]

Ariane Mnouchkine justifie ainsi, quinze ans plus tard, sa mise en scène du Tartuffe de Molière créée à Avignon en 1995. « Ce contexte », c’est à la fois le contexte de 1995, celui de la montée de l’islamisme en Algérie, et le contexte de 1664, celui de la fameuse Affaire Tartuffe, la querelle provoquée par l’interdiction de la pièce. En identifiant l’un à l’autre, Ariane Mnouchkine propose à la fois une interprétation de la querelle comme querelle religieuse, opposant la liberté du théâtre au fanatisme, et une interprétation de la pièce comme œuvre de combat contre le fanatisme. Elle inscrit la pièce dans un contexte qui en détermine le sens pour mieux affirmer sa capacité à traverser le temps, son actualité.

Photographie de Daniel Cande. Source : Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, DIA-PHO-6 (250)
Photographie de Daniel Cande. Source : Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, DIA-PHO-6 (250)

Le spectacle de 1995, s’il propose bien une mise en scène du texte de la comédie de Molière, s’appuie beaucoup sur les textes de la querelle (notamment les placets au roi publiés par Molière) pour créer des images et actualiser la pièce. Dans la comédie de Molière, Tartuffe est un individu isolé. Mais dans les textes qu’il publie pour se défendre, Molière désigne ses adversaires comme un groupe : les « originaux » dont Tartuffe est la copie, la « cabale ». Ces termes ont rencontré un important écho dans la critique, et la « cabale des dévots » est une expression couramment utilisée dans les éditions scolaires pour désigner les ennemis de Molière. La mise en scène de Mnouchkine s’appuie sur cette figure d’ennemi pluriel et anonyme : l’entrée en scène de Tartuffe est précédée du bruit d’une manifestation et le personnage ne se déplace qu’entouré d’un groupe muet et anonyme (au point de porter, pour certains, une cagoule qui leur couvre le visage). Continuer la lecture de « « Ce contexte » : quand Ariane Mnouchkine mettait en scène (l’affaire) Tartuffe »